Nocturnal Business [PV Tina]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Nocturnal Business [PV Tina]

Message par Kaarasu Takami le Dim 5 Nov - 0:10

Kaarasu verrouille la porte de son loft en se glissant comme une ombre sur le pallier. Nô est endormi depuis quelques heures déjà, et le brun espère ne pas le réveiller avec sa petite escapade. Depuis la fin de la soirée au domaine Jadziah, il a été extrêmement occupé. Ses trois téléphones n’ont pas cessé de sonner et ses boites de réception débordent de messages. Tout le monde veut en savoir plus et s’il existe bien une personne réputée pour tout savoir dans cette ville, c’est bien Kaarasu Takami. Naturellement, il s’est changé depuis la fête et porte maintenant un jeans sombre et une simple veste à capuche, rabattue sur ses cheveux en bataille. Les mains enfoncées dans ses poches, il marche rapidement, d’un pas sûr, certain de ne pas trop attirer l’attention. Dans le pire des cas, on le croira impliqué dans un traffic illégal, ce qui n’est pas absolument faux. Seulement, ce n’est pas de la drogue qu’il est sur le point de vendre.

Il monte dans le train de nuit, peu peuplé à cette heure, et se rend dans les entrailles de Baoshì Town, véritable petit empire de feu monsieur Jadziah. Il traverse les rues sous les milles yeux des lanternes rouges et s’arrête devant la porte d’un salon de massage à la façade décrépie. De là, il envoie un message texte et frappe doucement contre la porte. Une grande femme en bottes de cuir vient lui ouvrir.

— Je peux vous aider ?

— Je viens pour la vente, dit-il, timidement. J’ai été invité par… Nezumi.

La femme le juge de la tête aux pieds, puis lui demande de rabattre sa capuche. Ne reconnaissant pas cette petite tête brune aux yeux cernés, elle le laisse passer. Kaarasu sourit en retournant se cacher sous le tissu. Il a l’avantage de rarement rencontrer ses clients en personne et très peu connaissent son vrai visage.

Il descend une série de marches humides et se retrouve devant une des nombreuses entrées menant au réseau souterrain de la ville. Dans une salle reculée, derrière une porte aux allures de cellules, une quinzaine de personnes sont déjà rassemblées, installées sur des chaises pliantes, dans un semblant d’audience. La tension est palpable dans la salle uniquement éclairée par des lanternes. Kaarasu s’installe dans une chaise près de l’allée, en retrait. Il est impatient de voir débuter le spectacle.

Sur une sorte d’estrade en avant, un homme est installé, silencieux, les yeux rougis par les larmes. Il a l’allure d’un père de famille tout à fait banal et tient un téléphone serré entre ses doigts. Lorsque tout le monde est installé, il s’éclaircit la gorge et commence à lire les mots qui apparaissent à son écran.

— Bonsoir. Je suis Nezumi. J’ai emprunté cette voix par soucis de s-sécurité… Sachez que cet homme est équipé d’un… d’un dispositif explosif que je peux déclencher à tous moments. Alors au moindre accroc… boum.

Dissimulé sous sa capuche, Kaarasu tape au fur et à mesure le texte lu par l’homme sur son téléphone. La plupart de ses « invités » sont trop préoccupés pour faire attention à lui, mais au final, qu’on le remarque ou non lui est plutôt égal. Il est un homme de mise en scène. Quoiqu’il arrive, the show must go on.

— Quoiqu’il en soit… mes soirées se passent généralement bien. Je compte sur vous. Les règles sont plutôt s-simples. Quand un lot vous intéresse, envoyez votre prix au numéro qui… vous a envoyé l’invitation. Il sera annoncé et l’information sera adjugée au plus offrant… Le lot vous sera envoyé aussitôt l’argent transférée à mon c-compte bancaire… Des questions ?


Personne ne s’impose. Kaarasu remarque alors la présence d’une jeune femme qui attire spécialement son attention. Il la reconnait à ses cheveux toujours un peu bouclés, comme celle qui accompagnait Nô à la mascarade. Souriant maintenant, il tape les indications du premier lot.

— Nous avons, tout d’abord… une photo de la scène de crime. On peut y voir le cadavre juste après le décès. C’est t-tout ce que vous devez savoir. À combien commençons-nous ?

Croisant enfin le regard de la brune, il lui offre un sourire complice, bien conscient qu’elle doit l’avoir reconnu aussi.

_________________
Let's play with your heart, see what it takes it to break



The best of us can find happiness in misery


Kaa délire en d90101
avatar
Kaarasu Takami

Messages : 11
Date d'inscription : 28/01/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum