Festival des Fleurs (EVENT)

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Festival des Fleurs (EVENT)

Message par Akatsuki Shimizu le Mar 8 Mai - 23:38


Akatsuki

« Booon maaatin Asheimkai !! Aujourd’hui les parfums les plus délicats et les couleurs les plus fantastiques se mêlent dans les jolis jardins botaniques de Cassiopeia Gardens pour l’ouverture du Festival des Fleurs ! Des gens venus des confins de Manvet et de Kyrial seront présents pour célébrer la paix et promouvoir leur culture. Venez nous rejoindre, petits et grands pourront profiter des festivités qui dureront toute la semaine ! »

Akatsuki sourit, tenant le micro à deux mains tant il est excité. Le festival des fleurs est l’unes de ses célébrations favorites, depuis qu’il est arrivé à Asheimkai.

« En raison des évènements, l’émission d’aujourd’hui sera un peu plus courte que d’habitude, mais c’est simplement parce que je veux moi aussi me rendre sur place pour profiter de la fête, héhé ! Si vous m’y voyez, n’hésitez pas à venir me parler ! Je suis toujours très heureux de rencontrer les auditeurs ! D’ailleurs, beaucoup d’entres vous m’ont écrit sur les réseaux sociaux à savoir si mon collègue de la nuit serait sur les lieux, hahaha ! Eh bien navré de vous décevoir, mais je n’en sais strictement rien! Il est très discret sur sa vie privée, et je ne divulguerai aucune information même sous la tor-tu-re ! »

Il passe au travers de sa liste de nouvelles, un peu plus rapidement qu’à l’habitude, pressé de pouvoir finalement s’en aller.

« Pour conclure, je vous dévoile que je pourrais… peut-être… donner une entrevue exclusive avec ma grande amie Eva Maria Uccello un peu plus tard en direct à la TÉLÉVISION ! Eh oui, ma toute première apparition devant les caméras, êtes-vous aussi fébriles que moi ? »

L’écran de son téléphone s’illumine alors pour signifier qu’il a reçu un message : [Je suis là] a écrit Eva. Le sourire d’Akatsuki s’agrandit.

« Aller, j’ai hâte de vous retrouver là-bas ! Bon festival des fleurs à tous ! »


Eva


Eva se gare devant la station de radio, dans une jolie voiture blanche, décapotable. Ses longs cheveux clairs sont libres sur ses épaules et elle porte une épaisse paire de lunettes de soleil, servant à la fois à camoufler son identité et à protéger ses yeux. Elle offre un grand sourire à Akatsuki quand il sort de la station vêtu d’une veste à imprimé de chats.

— Nouvelle voiture ? S’enquit-il en montant sur le siège passager.

— Ma mère la déteste, répond l’actrice sans cesser de sourire. Elle dit que je devrais m’intéresser à des choses plus féminines, comme la broderie. Mais si tu savais à quelle vitesse elle peut aller…

Plus ça va, plus Eva apprécie la compagnie du jeune animateur de radio. Il n’y a qu’avec lui qu’elle se sente en confiance d’être elle-même ; de parler de ses véritables centres d’intérêt, et de ne pas se surveiller en permanence pour être certaine de dire ce que l’on attend d’elle. Akatsuki met de la musique joyeuse et elle s’arrête à un feu rouge, lorsque le bruit d’un moteur de moto attire son attention. Elle se tourne vers le conducteur, caché derrière un casque.

— Tu crois qu’il veut faire une course ?


Le brun la dévisage un moment, incrédule. Il examine le jeune conducteur et ses yeux s’agrandissent en reconnaissant à son style Kou Yuudai, l’employé de la sandwicherie où Akatsuki a déjà passé beaucoup de temps depuis leur rencontre au Matsuri. Il se retourne vers Eva, le regard vaguement paniqué.

— Non ?!

Kaarasu

Kaarasu a passé la nuit chez Nô, pour la première fois depuis un moment. Comme Tina n’a pas l’air de le porter spécialement dans son coeur, il n’a pas beaucoup visité son meilleur ami depuis que sa petite fille séjourne souvent chez lui. S’il y a bien une chose que le brun ne sait pas gérer, ce sont les enfants. Encore moins les enfants de Tina.

Le festival des fleurs commence cette semaine. Comme tous les printemps, Kaarasu n’aime pas spécialement cet évènement (beaucoup de fleurs signifient beaucoup de pollen, auquel il est allergique), mais se plait à y aller pour la récolte d’informations. C’est la semaine où le plus d’habitants des trois cités se réunissent au même endroit, et les rumeurs y vont toujours de bon train. Tout ça est bon pour ses affaires. Sans parler de tous les objets curieux (et rares) qui se vendent parmi les étals…

Installé à la table de la cuisine, il avale un grand café noir, les yeux rivés sur l’écran de son ordinateur portable, lorsque le blond descend.

— Bonjour, le salue-t-il sans lever les yeux. Bien dormi ?

Il envoie un dernier message, sourit, puis ferme l’écran et lui sert un café.

— On dit que l’ambassadeur de Manvet pourrait faire une apparition, pour l’ouverture du festival, dit-il en terminant le sien. Tu as des plans pour la journée ?

Il lui offre un sourire malicieux typique des Takami. Il ne l’aurait jamais avoué, mais il a été un peu jaloux de tout le temps que le blond a passé avec sa nouvelle amie, qui ne lui plait pas du tout. Hors de question qu’il laisse quiconque lui voler Nô, aujourd’hui. Si Tina veut la guerre, il est prêt à jouer le jeu.
avatar
Akatsuki Shimizu

Messages : 11
Date d'inscription : 14/02/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Festival des Fleurs (EVENT)

Message par Kou Yuudai le Mar 15 Mai - 4:04

Nô Kotasu

Le blond se réveilla en sentant les rayons chauds du soleil sur son dos. Il remarqua que Kaarasu n’était plus à ses côtés et soupira ; Le brun avait des difficultés à dormir depuis qu’il était jeune, le Kotasu espérait qu’un jour il arrive à dormir au moins aussi longtemps que lui.

Par habitude, il alluma la radio pour entendre la voix excitée et empressée d’Akatsuki pendant qu’il se préparait : Un interview avec Ucello? Comment avait-il réussi à organiser ça? La jeune femme était injoignable. L’androgyne ne put s’empêcher de sourire, son cadet, bien qu’agaçant, l’impressionnait un peu plus chaque jour.

Il rejoignit Kaarasu à la cuisine et accepta avec un sourire le café qu’il lui tendit, le Takami savait exactement comment le blond prenait son café. Il en prit une gorgée avant de répondre,

_J’ai bien dormi oui.

Il se dirigea vers le frigo pour sortir de quoi faire un petit-déjeuner saint.

_Pourquoi es-tu intéressé par l’ambassadeur de Manvet, il se retourna vers lui avec un sourire découragé, que manigance tu?

Il posa le lait, le pain, les œufs et le sirop d’érable sur le comptoir, continuant, ne voulant pas vraiment savoir la réponse,

_Je voulais garder un œil sur Shimizu, de toute façon. Tu sais j’ai peur qu’il…

Il serra les poings.

_Je veux bien y aller.Il mit les pains sur le poêle et força un sourire. Mais je veux une surprise étrange, fufufu…

~~~

Le duo arriva sur place, l’androgyne accroché au bras de son meilleur ami. L’évènement était toujours aussi impressionnant, année après année. Des petits magasins à perte de vue et un brouhaha épouvantable mais rassurant pour le blond. Dans cette foule, il serait difficile pour un certain homme de le trouver. Ce dernier plus grand que la moyenne, le Kotasu pourrait le repérer facilement.

_Dit moi si tu vois Akatsuki… Je ne veux pas qu’il fasse l’imbécile devant les caméras.


~ ~ ~ ~ ~
Kou Yuudai

Le punk était fièrement installé sur sa moto, se délectant du doux bruit cacophonique de son moteur. C’était le festival des fleurs, et il était bien décidé à aller y mettre un peu le trouble. Kou n’aimait pas vraiment ce genre de rassemblements, mais aimait bien emmerder les gens, alors ça allait.

Arrêté à une lumière, il regarda à sa gauche pour remarquer une magnifique voiture, la conductrice la regardant avec un air de défit ; Elle voulait courser ?! Il avait l’impression d’avoir déjà vu le jeune homme installé à ses côtés aussi.



Bah il s’en battait les couilles de toute façon. Et la Barbie elle allait rien faire non plus contre son bébé, il n’allait pas se faire dépasser par ces deux connards de merde, BON. Aussitôt que la lumière tourna au vert, il appuya sur l’accélérateur, se faufilant dangereusement entre deux voitures, les klaxons de ces dernières se faisant vite entendre.

Il ne mit pas grand temps avant d’arriver aux barricades protégeant les participants du festival contre les voitures, ou il freina non pas sans faire un bruit de crissement horrible. Il retira son casque, dévoilant son ses lèvres percées relevées dans un sourire victorieux. Il toisa la conductrice et l’autre tête de nœud,

_Bordel vous êtes des couilles en course!  

Il passa une main dans ses cheveux blonds plein de gel,

_Mais putaIN DE MERDE C’ÉTAIT COOL. On se la refait?!

C’était probablement un peu trop dangereux, et il revenait déjà au miracle qu’il ne se soit pas fait arrêter.
avatar
Kou Yuudai

Messages : 14
Date d'inscription : 21/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Festival des Fleurs (EVENT)

Message par Tina le Lun 21 Mai - 8:50

Cette semaine, Tina avait emmené sa fille en « vacances » respiré l’air pur de la campagne. Elle s’était rendue au manoir d’Irinushka. D’une, parce que la russe devait y séjournée un certain temps, très proche de sa famille, les Koulikowsky se réunissaient souvent dans leur demeure. Et de deux, Tina avait promis à Luka de lui présenter sa fille. Bien que la cadette de la famille Koulikowsky n’aimait absolument pas la brune, elle se prit rapidement d’affection pour son adorable fille

La petite tête blonde avait adoré découvrir la nature, entre les balades à cheval, le grand jardin et la serre de la famille russe, il n’y avait pas de quoi s’ennuyer. Sarielle a même pu caresser une biche dans la forêt. Une semaine que la petite avait hâte de raconter à son père une fois à la maison.

Et la semaine eut une fin, Tina et Sarielle rentrèrent à Asheimkai pour le festival des fleurs. Pour l’occasion, Klavdiya, la sœur d’Irinushka, avait offert à l’enfant une ravissante robe de printemps, blanche et mauve en soie et dentelles, cette robe devait couter extrêmement cher mais Sarielle ressemblait à une princesse ainsi vêtue. Tina la coiffa d’une longue tresse et c’est ainsi que les deux filles se baladèrent dans les rues.

_Maman ! Maman ! Maman ! Je peux avoir une couronne de fleurs ?

Tina leva les yeux vers une femme qui tressait des couronnes et des colliers de fleurs. Elle avait l’impression que ces choses étaient bien trop grandes pour la tête de l’enfant, mais cette femme pourrait bien bricoler rapidement quelque chose. Et quitte à ressembler à une petit princesse, autant y aller jusqu’au bout. Tina acquiesça doucement à sa fille qui se précipita vers la dame, lui montrant ses jolies dents.

_Bonjour madame ! Je pourrais avoir une couronne de fleur s’il vous plait ?

Tina arriva derrière Sarielle pour montrer qu’elle allait payer le travaille de cette femme. La dame eut un léger ralentissement entre l’enfant et la femme en face d’elle. Le contraste de leur tenue était assez étonnant.
Celle-ci demanda alors à la petite de choisir les fleurs qu’elle désirait. Sarielle aurait aimé avoir un arc-en-ciel dans les cheveux, mais Tina calma ses ardeurs en lui conseillant de prendre des couleurs dans les tons de sa robe pour que ça soit assorti.
La dame travailla efficacement et la couronne fut rapidement terminée.

_Je peux en avoir une pour papa ?

Tina esquissa un sourire et acquiesça. Cette fois, la petite choisit des fleurs aux milles couleurs. Tina la laissa faire, c’était une bonne occasion de faire une blague à Nô.
avatar
Tina

Messages : 100
Date d'inscription : 28/01/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Festival des Fleurs (EVENT)

Message par Philibert le Mar 22 Mai - 23:36

Super assistant :

La journée était incroyablement superbe, le ciel bleu ravissait les yeux des passants tandis que la tendre chaleur de ce printemps incitait la population à quitter leurs activités habituelles pour se promener candidement sur les lieux du festival.
Cependant, ce n'était pas le cas de tout le monde, malgré la journée et le chaleureux festival qui se déroulait autour de lui, l'ancien mafieux nommé Philibert était encore allongé sur un de ces bancs qu'il chérissait tant sans que le commun des mortels ne puisse le comprendre.
Habituellement, il aurait fait attention à la propreté des fines planches qui soutenaient son corps afin d'éviter de salir sa chemise blanche froissée, dans l'unique but de ne pas devoir faire une lessive en rentrant, mais cette fois-ci il ne respecta pas cette quasi-tradition car il était encore plus fainéant qu'a son habitude.
Habituellement, il aurait fait attention à la propreté des fines planches qui soutenaient son corps afin d'éviter de salir sa chemise blanche froissée, dans l'unique but de ne pas devoir faire une lessive en rentrant, mais cette fois-ci il ne respecta pas cette quasi-tradition, car il était encore plus fainéant qu'a son habitude. Qu'il était satisfaisant et bon de ne rien faire pour une fois et de profiter d'une journée de repos tendre.
Si l'acolyte avait eu un vœu à exaucer a ce moment précis, il aurait probablement souhaité que toutes les journées qui lui restait jusqu’à la fin de son existence soit comme celle-ci, et qu'il n'est plus besoin de commander pour que les pizzas arrivent aussi. Cependant, ce ne fut pas un génie qui vint a lui, mais un long et strident crissement de pneu, troublant le calme ambiant de la scène.
Pour montrer son mécontentement, le brun soupira, laissa tomber son bras jusqu'au sol, attrapa une petite pierre grise d'un poids insignifiant, et la jeta à quelques centimètres de lui d'un geste si mou et lent que certains passant auraient pu penser que son bras se faisait balader par la brise printanière.
Lorsqu'il finit cette protestation épuisante, le brun plaça délicatement son avant-bras sur ses yeux désormais clos, ayant repris une expression neutre. Il avait l'espoir que quand le taré dérapeur, qui venait de se mettre a beugler des mots auquel il ne prêtait pas la moindre attention, allait enfin se taire, il pourrait de nouveau regarder les nuages parcourir leur course infinie tranquillement.


Maniaque de film :


Une nuit, une nuit entière, une longue nuit entière, une longue nuit entière et ennuyante.
Voila le temps que Richemond avait du attendre avant d'enfin trouver un policier patrouillant dans les rues de cette fichue ville, et en plus il c'était fait remarquer au moment de lui piquer son badge discrètement... Il faut dire que commencer à imiter une certaine musique lorsque sa main agrippa l'objet de ses désirs les plus vicieux n'avait pas été l'idée la plus brillante qu'il est eue, mais il faut dire que la situation s'y prêtait tellement qu'il se serait auto jugé coupable de sacrilège de ne pas l'avoir fait, et puis la course poursuite qui s'en suivit fut forte sympathique et riche en rebondissement.
L'incompréhension sur le visage de cette jeune demoiselle lorsqu'il s'empara d'un geste brusque de son sac à main pour le jeter à la tête du forcené empli d'idéal de justice qui le poursuivait était si parfaite que les plus grands noms du cinéma ne pourraient la copier dans toutes ses subtilités sans qu'il ne le remarque, rien que d'y repenser, il ne pouvait retenir un sourire de satisfaction.
Mais maintenant il était enfin préparé, il avait ce badge, mais surtout un téléphone dernier cri. Aujourd'hui, il allait s'amuser.

Venant d'arriver au festival, il se contenta de marcher quelques minutes dans la foule avant d'apercevoir la cible idéale de son plan farfelu, un jeune homme accompagné de sa charmante femme et de sa petite fille profitant joyeusement des arbres fleuris. Quel superbe instant familial.
Leur journée aurait pu être un beau souvenir dont ils parleraient encore plusieurs années après, ressassant leur histoire d'amour à leurs enfants, mais malheureusement pour ce jeune couple, ce n'était pas ce que racontait le scénario de Richemond.

Il dut se tortiller un petit peu et attendre presque une trentaine de minutes la bonne occasion, mais il parvint finalement à prendre une photo du père avec une expression calme et neutre, sans arbre en arrière-plan, tout ce qu'il voulait.
Rangeant son téléphone, il tapota deux fois sur sa montre duquel jaillit la photographie en hologramme des plus nets et réalistes. Finalement, il ne regrettait pas d'avoir acheté cette montre avec l'argent de Jeannette.

Faisant disparaître l'image, Richemond parti se mettre à l'ombre d'un arbre non loin. Il attendit de nouveau un quart d'heure que le couple s'écarte de sa position et s'enfonce dans le festival avant d'enfin passer au second acte. Il s'approcha alors de la première qui croisa son regard et récupéra l'attention de celle-ci en lui mettant le badge sous les yeux :

- Sergent Gontran de la police, avez-vous vu cette homme ?

Il tapa de nouveau sur sa montre pour faire apparaître la fameuse image qu'il avait soigneusement prise, l'individu répondit par la négative juste avant que le faux policier ajoute :

- Il s'agit d'un dangereux criminel en cavale, il tient actuellement en otage une femme et son enfant. Si vous le voyez, appelez discrètement la police pour signaler sa position, mais n'entreprenez rien. Merci de votre contribution.

Puis l'usurpateur s'écarta, et se mêla complétement à la foule pour interpeller de plus en plus de personnes. Il leur récitait son texte simple et efficace, pensant déjà au moment où il pourra s'asseoir discrètement dans un coin en regardant d'un oeil amusé la situation qu'il venait de créer avoir une assez grande ampleur pour que le spectacle devienne des plus amusants et intéressants.
avatar
Philibert

Messages : 59
Date d'inscription : 22/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Festival des Fleurs (EVENT)

Message par Eva Maria Uccello le Sam 9 Juin - 19:09



Eva Maria

— Bordel vous êtes des couilles en course!  Mais putaIN DE MERDE C’ÉTAIT COOL. On se la refait?! 

Eva sent le rouge lui monter aux joues. Comme presque chaque fois qu’elle se trouve devant une personne normale voulant simplement faire la conversation, elle est dans tous ses états et n’arrive pas à répondre sans balbutier, rougir et paniquer intérieurement. Elle force un sourire et s’apprête à répondre lorsque…

— MARIA !

… Deus ex machina. Une main maigre, mais étonnement robuste, l’attrape par le coude.

— Tu es en retard ! La gronde l’une des maquilleuses, aller, viens.

Elle a à peine le temps de se retourner pour envoyer la main à Akatsuki, puis se fait vite trainer vers un plateau aménagé pour la séance photo et autographes de la journée. De façon rapide et méthodique, on lui enlève ses vêtements pour la glisser dans une longue robe de dentelle noire, ajustée par un corset très serré. Une jeune femme s’approche pour la coiffer alors qu’une autre s’affaire à la maquiller à la hâte, lui adressant à peine la parole. Eva a l’habitude. Elle se sent souvent comme une poupée que l’on prend plaisir à habiller, manipuler et présenter comme on veut, sans trop lui demander son avis selon les circonstances. Cela fait partie du travail.

— La séance commence dans vingt minutes ! annonce le photographe.

La maquilleuse demande à Eva d’ouvrir la bouche pour lui fixer ses faux crocs de vampires l’aide d’un produit spécial, alors que la coiffeuse dépose sur sa chevelure un long voile de dentelle noire. On lui écarquille les paupières pour lui installer des lentilles écarlates, la faisant sursauter et laissant ses yeux larmoyants s’accoutumer à leurs présence.

— Ne cligne pas trop, tu ruinerais mon maquillage.


Elle aperçoit, au delà des larges rosiers en fleurs déplacés pour les photos, un attroupement fébrile, entassés près du périmètre de sécurité délimité par l’équipe.

— Wow… murmure l’actrice en voyant la foule grossir. Ils sont tous ici pour me voir ?

Elle a beau avoir l’habitude, le trac est toujours un peu présent.

— Pas toi, ils sont là pour voir Lady Angélique, répond le photographe avec un clin d’oeil. Tu as dix minutes pour retrouver le personnage.

On la laisse seule derrière les rosiers. Eva ferme les yeux et se concentre. Angélique est le personnage qu’elle a incarné le plus souvent et probablement son préféré aussi. Elle est forte, séduisante, suave, passionnée et en contrôle de sa vie. Tout ce qu’Eva aurait aimé pouvoir être.

Elle ouvre les yeux en sentant quelque chose lui chatouiller les chevilles. À ses pieds, farfouillant dans les pans de sa robe, se trouve le plus minuscule chien qu’elle ait jamais vu. Elle l’aurait pris pour un écureuil s’il n’avait porté un collier. Avec mille précautions, elle s’agenouille devant lui et et balaye le jardin du regard, mais aucune trace de son maitre nulle part.

— Salut, murmure-t-elle doucement en lui caressant la tête. Tu es perdu ?

Elle se rappelle avoir entendu, quelques instants plus tôt, un chasseur de Manvet se vanter d'avoir des plantes carnivores capables d'engloutir un lapin en entier et frissonne en imaginant tout ce qui pourrait arriver à cette petite bête si elle la laissait seule. Sur sa médaille est gravé quelque chose dans une langue qu’elle ne reconnait pas.

— Tu as envie de venir prendre des photos avec moi ?


Akatsuki


Le jeune animateur blêmit quand sa meilleure amie se fait enlever par une de ses collègues, le laissant seul avec leur adversaire de course.

— Haha, ouais… c’était cool…

Le blond ne semble pas le reconnaitre, ce qui peine un peu Akatsuki, qui a passé pas mal de temps dans la sandwicherie de sa famille depuis le dernier festival d’été, où ils s’étaient rencontrés en bonne et due forme (avec des Aliens et de la barbe à papa, mais bon). Il passe une main dans ses cheveux et replace son chapeau, un peu gêné.

— Oh, au fait! On s’est déjà rencontrés mais ça ne fait rien si tu ne t’en rappelles pas.

Il n’a jamais eu beaucoup de tact, mais la raison principale pour laquelle il est ici est suffisante pour lui redonner le sourire. Plus enjoué, il sort son téléphone pour filmer les étals et les gens colorés qui déambulent dans les jardins.

— Je fais un vlog pour ceux qui me suivent sur les réseaux sociaux, explique-t-il. Mine de rien, je suis assez populaire, haha! Tu veux être dedans ?

Sans attendre sa réponse, il commence à se filmer, offrant un grand sourire à la caméra de son portable.

— Salut Asheimkai !! C’est moi, Akatsuki, et je viens d’arriver au légendaire Festival des Fleurs! Et si on allait faire un tour ?

Kaarasu


— Dit moi si tu vois Akatsuki… Je ne veux pas qu’il fasse l’imbécile devant les caméras.

Kaarasu acquiesce avec un sourire amusé. Il y a tant de choses, tant de voix, de couleurs, de personnes à voir que son regard ne sait plus où se poser. Pourtant, il est à la recherche d’une chose bien précise. Une chose sur laquelle il doit à tout prix mettre la main avant que quelqu’un de (plus) dangereux ne le fasse. Une toute petite plante qui pourrait lui rapporter gros. Elle doit forcément se trouver par ici, quelque part. Le festival des fleurs est organisé comme un vaste labyrinthe, où les kiosques et autres expositions serpentent entre la végétation, rendant la cachette assez facile. Enfin, la journée est assez jeune…

Nô toujours accroché à son bras, ils s’approchent d’un premier stand où sont exposées nombres de fleurs en pot, toutes plus exotiques les unes que les autres. À l’auvent sont accrochées des pendentifs faits à partir de billes de verre colorées. Kaarasu en effleure une du bout des doigts.

— Ma mère disait, il y a longtemps, que lorsqu’on place une bille devant la lumière pour que les rayons la traverse, il faut faire un voeu, commence-t-il en japonais, ayant reconnu sa langue natale sur les écriteaux du kiosque. Le voeu est alors emprisonné dans la bille et il se réalise si on la garde sur soi.

Le vieil homme hoche la tête, bienveillant.

— Votre mère semble être une femme charmante.

Kaarasu sourit.

— Elle l’était.


— Oh, je suis désolé…

— C’était il y a longtemps, dit-il en sortant son téléphone pour lui montrer une photo d’une plante aux minuscules fleurs violettes. Savez-vous où je pourrais trouver ces fleurs ? Elles étaient ses préférées.

Le vieil homme semble embêté, n’arrivant pas à identifier la mystérieuse plante. Kaarasu et lui discutent un moment et, le remerciant pour sa gentillesse, le brun lui achète l’un de ses bijoux orné d’une bille. Avec un regard complice, il le glisse dans la main du Kotasu.

— Ne gaspille pas ton voeu, lui souffle-t-il.

Il aperçoit alors une petite fille aux boucles blondes qui accourt vers eux, les bras chargés de fleurs.

Soo Lin


Tard dans l’avant-midi, Soo Lin est réveillée par la sonnerie énergique de son téléphone. Une sonnerie différente de l’habitude. Quand elle ouvre les yeux, grimaçant, elle remarque une gerbe de confettis holographiques émergeant de son écran. Elle plisse les yeux pour lire l’inscription colorée qui accompagne la musique : « Joyeux anniversaire ! »

Oh. Déjà ?

Elle fait taire la sonnerie et se redresse dans le lit de Philibert. Elle n’utilise presque plus le sien depuis quelques temps, la présence de Phili calmant ses cauchemars et sa chambre ayant été pratiquement transformée en bureau où elle entrepose sa collection d’insectes. Elle se rend dans la salle de bain encombrée pour se laver le visage et se brosser les dents, prenant le temps de s’observer dans le miroir. 25 ans, aujourd’hui.  

Il y a dix ans, jour pour jour, elle commençait son service militaire dans l’armée de Kyrial. On n’est jamais trop jeune pour servir la Nation, là-bas. Elle se revoit, toute menue dans l’uniforme trop grand. Résignée à mourir pour l’État, pour protéger ses dirigeants… Elle se souvient de la première fois qu’on lui avait montré le visage de l’héritier Jadziah. Un enfant à l’air fragile. « Jin Limstella Jadziah, avait présenté le général Yao à sa troupe de jeunes soldats devant une photo officielle. Si vous devez attraper une grenade pour lui éviter une égratignure, faites-le. Aucune hésitation ne sera tolérée. Mourrir pour protéger un Jadziah est probablement la meilleure façon de quitter ce monde. Bien compris, soldats ? »

Il faut admettre que Soo Lin avait été très surprise de le voir débarquer dans son cabinet. Elle avait fait un effort surhumain pour paraitre aussi naturelle que possible. Il croyait passer inaperçu sans ses beaux habits, dans cette grande ville, mais la détective aurait reconnu ce visage n’importe où… Ce jeune homme avait-il la moindre idée du nombre de vies qui avaient été sacrifiées pour lui ?

Soo Lin secoue la tête et passe une main dans ses cheveux, essayant de chasser ces souvenirs amers de son esprit avant de se glisser sous la douche. Un peu plus tard, essorant ses longs cheveux avec une serviette, elle appelle Philibert sur haut-parleur.

— Hey,
le salue-t-elle lorsqu’il répond enfin. C’est mon anniversaire aujourd’hui. Tu devrais m’organiser un rendez-vous.

Malgré la froideur habituelle de sa voix, son assistant la connait assez bien pour y déceler l’humour.

— Où es-tu ?

avatar
Eva Maria Uccello

Messages : 4
Date d'inscription : 05/11/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Festival des Fleurs (EVENT)

Message par Mikoto Suzu le Lun 6 Aoû - 17:27

Kotasu Nô

_Dit-moi si tu vois Akatsuki… Je ne veux pas qu’il fasse l’imbécile devant les caméras.


Il suivit Kaarasu entre les différents stands, laissant son regard se perdre parmi les centaines d’objets étranges venant de contrées qu’il n’aurait probablement jamais la chance de visiter. Kyrial ne lui semblait pas être un endroit très agréable et il n’avait pas le temps de s’échapper de son boulot assez longtemps pour se rendre à Manvet. Le Takami s’arrêta devant une petite table ou un homme vendait des bijoux, le soleil brillant sur les billes transposant leurs jolies couleurs sur sa nappe blanche immaculée.

_Ma mère disait, il y a longtemps, que lorsqu’on place une bille devant la lumière pour que les rayons la traverse, il faut faire un vœu,  le vœu est alors emprisonné dans la bille et il se réalise si on la garde sur soi.

Il tourna son visage vers lui ~ ils parlaient rarement en japonais, tous les deux, encore plus rarement de leurs familles. Le brun s’entretenu avec le vendeur alors que le Kotasu observait les bijoux, le Takami lui en glissant un entre les doigts.

_ Ne gaspille pas ton vœu.

Le blond lui offrit un sourire heureux et retira une de ses boucles d’oreilles pour y glisser son présent. Il suivit le regard de son meilleur ami jusqu’à ce qu’il se pose sur Sarielle qui courrait vers lui. L’androgyne se pencha pour la prendre dans ses bras lorsqu’elle arriva à sa hauteur. Faussant un ton bien plus amical que celui qu’il utilisait habituellement, il l’a salua,

_Mais quelle surprise! Mon adorable petite princesse!

Il la regarda quelques secondes et la fit tourner sur elle-même pour regarder sa tenue. Sans qu’il ne comprenne vraiment ce qu’elle disait, elle lui raconta sa semaine de vacances, le ton chargé d’une excitation étonnante. Elle glissa la couronne de fleurs dans ses cheveux et l’animateur de radio embrassa son front avant de se redresser. Il salua la brunette qui s’avançait vers eux.

_Bonjour Tina.

Il lui offrit le sourire unique des Kotasu.

_Vous vous amusez bien, toutes les deux?


L’enfant s’exclama, citant tout ce qu’elle avait aimé du festival jusqu’à date. Le Kotasu lui sourit avant de rapporter son attention à son amie.

_Tina, voici Kaarasu, un très bon ami à moi.


Il se retourna vers ce dernier, ignorant l’animosité entre ses deux amis.

~ ~ ~ ~ ~


Yuudai Kou

_Mais putaIN DE MERDE C’ÉTAIT COOL. On se la refait?!

Les deux inconnus le regardèrent un instant comme s’il était un extra-terrestre ou une autre merde du genre. Mais bordel, c’était bien eux qui l’avaient défié, non?! Avant qu’elle ne puisse répondre quoi que ce soit, la jeune femme fut amenée par une autre, le laissant seul avec le petit brun. Le punk avait l’impression de l’avoir déjà vu mais n’arrivait pas à se rappeler ou. Il balbutia,

_Haha, ouais… c’était cool…


Le blond commença à regarder autour, un peu mal à l’aise ~ Il allait peut-être devoir trouver d’autres connards avec qui passer la journée car celui-là semblait sous le point de mourir de gêne. Il continua, alors que le Yuudai se préparait à partir,

_Oh, au fait! On s’est déjà rencontrés mais ça ne fait rien si tu ne t’en rappelles pas.

AH ! Il le savait! Mais la question, c’était où? Et quand? Changeant complètement d’attitude, le petit brun sorti son téléphone portable de ses poches et lui demanda, plus enjoué,

_Je fais un vlog pour ceux qui me suivent sur les réseaux sociaux. Mine de rien, je suis assez populaire, haha! Tu veux être dedans ?


Le blond allait refuser, jugeant que ça ne faisait pas vraiment rebelle de la société de se retrouver dans une vidéo avec un tel type, mais ce dernier ne lui laissa pas vraiment le choix et commença à filmer,

_Salut Asheimkai !! C’est moi, Akatsuki, et je viens d’arriver au légendaire Festival des Fleurs! Et si on allait faire un tour ?

Akatsuki… Bordel de merde, ou avait-il entendu ce nom? Il suivit le brun en silence et à une certaine distance en attendant qu’il éteigne son portable. Lorsqu’il le remit dans sa poche, le punk lui demanda,

_Hey tête de nœuds! Tu traînes tout le monde comme ça dans tes vidéos de merdes?

Il accéléra le pas pour se retrouver à sa hauteur, cherchant du regard quelque chose d’amusant à faire.

_Jveux faire un vrai truc cool ~t’es trop family friendly, mec.

Son regard se posa sur une espèce d’énorme panneau qui jouait un vidéo de Jonathan Mirai, parlant de lui et de comment il avait aidé à rendre le festival une véritable réussite. Un vrai connard, celui-là,

_Genre… On va lui refaire une ptite beauté, tu vois ce que je veux dire?


Il sorti de son sac une bombe de peinture, immature et prêt à aller lui peinturer une graine dans le front.

~ ~ ~ ~ ~

Suzu Mikoto

Mikoto sorti d’un taxi, posant son sac lourd contre son dos. Le brun étudiait également l’été, essayant d’obtenir son doctorat le plus rapidement possible. Il se maudit de ne pas avoir apporté d’autres vêtements, le soleil tapant très fort sur son col roulé noir, il fourra son sarreau dans son sac et roula les manches de son haut. Il n’avait pas vraiment prévu se rendre au festival mais son professeur l’avait convaincu de prendre une petite pause avant de rentrer chez lui ~ devant la foule bruyante et grouillante, cette pause lui semblait être plus de la torture que d’autre chose.

Il se faufila entre les gens, plus grand que la moyenne, regardant sans vraiment faire attention les différents stands. Il s’arrêta en remarquant une table ou l’on vendait des stylos à bille. L’étudiant s’avança, observant les différents styles, se décidant finalement d’en prendre un en bois de rose, appréciant son esthétique et comment il glissait sur le papier.

Mikoto posa son sac au sol pour en sortir son porte-monnaie, sac qui fut rapidement agrippé par un voleur qui prit ses jambes à son cou, bousculant la foule sur son passage pour se sauver avec ses avoirs.

_Mais bordel….

L’androgyne le suivit rapidement, tentant de ne pas le perdre des yeux ~ cet imbécile n’avait rien prit qui valait quoi que ce soit mais dans le sac se trouvait son vieux portables contenant toutes ses notes de cours.

Se rendant à l’évidence qu’il n’allait pas le rattraper, il s’arrêta et remarqua un policier installé contre arbre, surveillant la foule. Il s’approcha, à bout de souffle, glissant une de ses longues mèches derrière son oreille pour lui demander,

_Excusez-moi, monsieur l’agent. On vient de me voler mon sac, pourriez-vous m’aider à le retrouver?

Il força un petit sourire poli malgré son niveau de stress maintenant assez élevé.  


~ ~ ~ ~ ~

Jadziah Keros Yüeh

Keros ne savait aucunement qu’il y avait actuellement un festival se déroulant en ville. Il avait un certain don pour se retrouver ainsi parmi de très large foule de gens sans vraiment comprendre ce qui se passait. C’était sans importance, au final, puisqu’il aimait bien l’ambiance de la petite fête.

Il prit Ba Shê dans ses bras, ne voulant pas que son chien se fasse marcher dessus, la bête étant si minuscule que les gens ne le voyaient pas toujours. Il avançait sans but précis, les gens se poussant sur son chemin, ne voulant visiblement pas avoir affaire avec un homme faisant évidement parti de la mafia chinoise.

Le Jadziah s’arrêta derrière une petite foule rassemblée devant une scène ou personne ne se trouvait pour le moment. Curieux malgré lui, il attendit également pour voir qui allait se pointer. Une jeune femme recula contre lui, sans regarder, et le bouscula. Son chien sauta au sol et la demoiselle se tourna vers lui pour se confondre en excuses, visiblement terrifiée. Il secoua la tête pour lui signifier que ce n’était pas très grave et remarqua que son petit compagnon n’était plus à ses côtés. Suivant un chemin ou il y avait très peu de gens, il finit par l’apercevoir se faufiler dans une petite tente.

Étrangement, il n’y avait personne près du petit habitacle à qui il aurait pu demander qu’on aille lui chercher son chien. Ne voulant pas non plus attendre toute la journée, il y entra à son tour, tombant sur une jeune femme tenant Ba Shê contre sa poitrine.

_Excusez-moi.

Il fit un pas vers elle mais s’arrêta en voyant un éclat de peur dans ses grands yeux.

_Pardonnez l’intrusion, mais vous avez mon chien.
avatar
Mikoto Suzu

Messages : 1
Date d'inscription : 09/05/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Festival des Fleurs (EVENT)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum