Festival des Fleurs (EVENT)

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Aller en bas

Festival des Fleurs (EVENT) - Page 3 Empty Re: Festival des Fleurs (EVENT)

Message par Soo Lin Yao le Dim 30 Déc - 1:08



Soo Lin

— Dis m’en plus. On parle d’un enfant de quel âge ? Garçon ou fille ? La mère fait environ quelle taille ? Qui as-tu entendu en parler ? S’agit-il d’une prise d’otages, d’une demande de rançon ?

— Bah... J'suis pas sur, j'crois avoir entendu parler d'un criminel en cavale et d'une petite fille... Presque le festival en entier en parle, allons demander, on va sûrement tomber sur quelqu'un qui en sait plus que moi rapidement.

La détective aurait dû s’en douter ; Phili avait de nombreuses qualités, mais rapporter les nouvelles n’en était pas vraiment une. Il ne perd toutefois pas son temps et lui déniche une témoin de façon plutôt… originale. Soo Lin passe quelques minutes avec la jeune fille, mais peu de questions sont nécessaires pour qu’elle se fasse une bonne idée de ce qui se trame.

— Bien, je vous remercie, dit-elle en se levant.

Quelque chose ne semble pas tout à fait net dans cette histoire. La jeune détective a bien l’intention de faire la lumière là-dessus. Elle a, pour la deuxième fois, la désagréable impression de n’être qu’un pion dans le jeu de quelqu’un d’autre. Se pourrait-il que Takami soit derrière tout ça ?

Avant qu’elle n’ait pu se rendre bien loin, elle se fait bousculer par un homme cherchant visiblement à s’enfuir, et Philibert se charge de le mettre K.O. en une fraction de secondes. Si la scène a quelque chose de plutôt impressionnant pour les passants, Soo Lin y est habituée, maintenant.

— Merci, lui dit-elle en reprenant le bouquet de fleurs, poursuivant sa route comme si de rien n’était.

Toujours suivie de son acolyte, elle se faufile entre les passants interloqués, scannant la foule du regard. Elle repère Takami, près d’un étal avec une petite fille, et fronce les sourcils. Est-il assez dérangé pour s’en prendre aux enfants ? Probablement pas… Malgré tout, elle ne peut pas se permettre de le laisser filer encore une fois. Elle a trop de questions à lui poser, après les évènements du casino. Elle se dirige vers le kiosque quand quelqu’un l’attrape par le coude, la faisant se retourner aussitôt.

— Yao… ?

Elle se retrouve devant trois hommes à l’air dur, plus âgés, portant l’uniforme de l’armée de Kyrial.

Son sang se fige dans ses veines.


Akatsuki

— Ce… Ce n’est pas ce que tu… Enfin, je sais que ça a l’air de… mais je n’étais pas… Par pitié ne me renvoie pas!!

— Akatsuki… Pourquoi dois-je toujours te dire d’arrêter de faire l’imbécile? 

Le ton calme de Nô est infiniment menaçant. Akatsuki se sent comme figé sur place, incapable de dire quoique ce soit pour répondre à la question.

— Tu avais littéralement une seule tâche, aujourd’hui. J’imagine que tu n’as toujours pas interviewé Eva Maria? Sais-tu seulement où le plateau se trouve?? Tu sais que tu es censé y être depuis au moins 5 minutes, oui??? Et j’espère que tu ne t’imagine pas avoir d’autre interview à la télévision après ça???? 

Le jeune homme aurait donné n’importe quoi pour pouvoir disparaitre, à ce moment précis. Il ne sait pas où se trouve son nouvel ami, mais c’est bien le dernier de ses soucis, en ce moment. Il laisse Nô l’entrainer vers le plateau de tournage, n’osant pas le regarder en face, se crispant au maximum pour ne pas fondre en larmes. Il ne manquerait plus que ça.

— Va y file, maintenant.

Le petit brun ne se fait pas prier. Il serre les poings, hoche la tête et s’avance d’un pas décidé vers le rassemblement de fans, déterminé à se rattraper. Les gens le regardent un peu étrangement alors qu’il s’approche ; il faut dire qu’il est toujours taché de peinture.

Il est pris d’un sursaut quand un homme, manifestement un journaliste, s’effondre à ses pieds, se tordant de douleur. Akatsuki entend alors une voix grave à l’accent quelque peu étranger qui le fait frissonner.

— Continuons.

Il se force à lever les yeux pour voir un homme beaucoup plus grand et beaucoup plus large que lui, tout habillé en noir. Ses yeux rouges et perçants le font déglutir, son coeur battant très vite. Il a tout d’un terrifiant yôkai.

— Ahem, je suis en charge… de l’entrevue…

Il remarque son amie un peu plus loin derrière et regagne un semblant d’assurance.

— Akatsuki Shimizu. Je suis envoyé par la radio communautaire d’Asheimkai. Je suis désolé du retard.

Eva sourit et pose sa main sur le bras du yôkai.

— Ça va. Je le connais.

L’homme le laisse passer et Akatsuki soupire, soulagé. Il s’avance sur le plateau en compagnie de l’actrice, un sourire maintenant radieux en place sur son visage.

— Qu’est-ce qui t’es arrivé ? Souffle Eva, remarquant son accoutrement.

Le jeune présentateur ne peut que rire, un peu nerveusement. Les techniciens leur donnent le signal pour signifier que l’émission va commencer, et Akatsuki se remémore ses questions.

— BONJOUR ASHEIMKAI! J’espère que je vous ai manqué aujourd’hui! Comme promis, je me trouve ici avec Eva Maria Uccello, l’une des actrices principales de votre série favorite ; Aristocrat’s Symphony !


Eva Maria

— Les fans peuvent se montrer assez… intenses. Vous devez seulement vous assurer que personne ne nous touche, dit Elias en sortant, en premier, de la tente.

Eva sort à la suite de son collègue, l’agent de sécurité sur les talons. Un tonnerre d’acclamations reçoit les deux acteurs alors qu’ils mettent le pied dehors. Plusieurs fans sont habillés de la même façon que leurs personnages, et les flashs des appareils photo fusent de toutes parts.

— Non.

La voix grave du jeune homme la fait se retourner, juste à temps pour voir un pauvre journaliste s’écrouler au sol. Lui a-t-il brisé quelque chose ? Cet homme prend vraiment son travail au sérieux, songe-t-elle en frissonnant, levant les yeux vers son visage impénétrable.

— Continuons.  

Un peu nerveuse par toute l’agitation, Eva remarque alors Akatsuki qui essaie de se frayer un chemin jusqu’à elle. Ayant peur que son garde du corps s’en prenne à lui, elle le rassure tout de suite et se rend jusqu’au plateau en sa compagnie. Le début de l’entrevue se passe sans encombre ; Eva a surtout hâte que tout se termine pour pouvoir demander à son ami comment il a bien pu se retrouver ainsi maculé de peinture. Elle répond calmement, apportant un soin méticuleux au choix de ses mots, lorsque des cris se font entendre dans la foule. Un homme qu’elle reconnait au bout d’un moment, s’approche du plateau, interrompant la question d’Akatsuki.

— Oh tiens salut Eva ! Ca fait bizarre de te voir ailleurs que dans ta loge !

La jeune actrice lui lance un regard étrange sur le coup, un peu confuse par tout ce brouhaha. Richemond (si elle se rappelait bien de son nom), semble en train de fuir quelqu’un, un grand jeune homme juste derrière lui.

— Allez faut qu'on file ! On se voit tout à l'heure Eva !

Soudain, un déclic se fait dans la tête d’Eva. Elle réalise la portée des paroles de cet homme, devant les caméras de télévision, sous les vives réactions des fans… Quelque chose se brise dans son regard. Dieu du ciel…

— Sommes-nous en direct … ? Souffle-t-elle à l’attention d’Akatsuki.

Ce dernier confirme. Eva déglutit. Son coeur bat la chamade. Des tonnes de pensées se bousculent dans sa tête, mais elle réussit à mettre un sourire sur son visage. Un sourire très doux, calme, bienveillant. Elle prend le micro des mains de son ami.

… La véritable prestation doit commencer, maintenant.

— Je vous devine tous assez choqués, commence-t-elle d’une voix feutrée, apaisante. Je suis moi-même profondément bouleversée en ce moment. Je tiens à vous dire que tout ceci n’est qu’un regrettable malentendu, mais je sais que vous ne me croirez pas aussi facilement. Il est vrai que je connais cet homme ; il s’est déjà introduit dans ma loge par.. effraction lors d’un spectacle de théâtre. Aucun mal n’a été fait, mais la situation aurait pu mal tourner, si la sécurité ne l’avait pas maitrisée.

Elle balaie la foule du regard, cherchant un visage familier. Ils sont forcément là, quelque part. Elle doit se montrer plus convaincante.

— Comme vous le savez, je suis une femme mariée et très heureuse en ménage. Je suppose que je serai l’objet de nombreuses rumeurs dans les prochains jours.. je ne vous en blâme pas. Cependant, je trouve toute cette situation très injuste à l’égard… de mon mari, un homme honnête, droit et infiniment bon, qui ne mérite pas de voir sa réputation ternie par de tels mensonges. Je compte sur votre appui et votre confiance. Merci, de tout coeur.

Elle rend le micro à Akatsuki, souriant avec reconnaissance à la foule qui acclame son discours. Certaines personnes semblent réellement émues par cette démonstration de dévotion. Eva espère que ça suffira.

— Hahah, je crois que cela va mettre fin à notre entrevue! Lance le petit brun, visiblement confus. Merci à tous d’avoir été des nôtres et je vous retrouve demain à la radio!

Aussitôt les caméras éteintes, la sécurité s’empresse d’évacuer le plateau, tout le monde visiblement en état de choc. Eva se précipite dans la tente, soulagée de voir que son agent de sécurité se trouve toujours à ses côtés. Elle se tourne vers lui, certaine que personne ne pourra les entendre.

— Cet homme n’est pas un vrai policier, lui dit-elle. Il faut le retrouver. Il faut le ramener ici. Je… Il s’est mis lui-même dans un grave danger avec ces déclarations. Je dois le prévenir, je vous en prie!


Kaarasu

— Ce sont de très jolies fleurs que tu as là. Peux-tu me dire où tu les as trouvées… ? 

La fillette ne se fait pas prier.

— C’est la gentille dame qui a fait ma couronne qui me les as donnés! 

Sans attendre de réponse, elle lui prend la main et l’entraine à sa suite, se mettant à sourire entre les passants jusqu’à atteindre le kiosque où une vieille dame fabrique des couronnes de fleurs. Plusieurs paniers de fleurs séchées, de toutes sortes, sont étalés sous l’auvent.

Avant qu’il ne puisse aller la voir, Tina les rejoint et envoie sa fille au loin pour se retrouver seule avec lui. Kaarasu est un peu amusé par sa méfiance.

— Je ne sais pas sur quel pied tu danses mais évite d’empiéter sur mon espace vital comme la dernière fois. Tu es peut-être l’ami de Nô, ou peut-être pas. Mais en tout cas tu n’es pas le mien et s’il arrive quoique se soit à lui ou Sarielle … Je te tue.

Cette fois-ci, il ne peut s’empêcher de sourire. Cette femme est si dramatique! Avant qu’il ne puisse placer la moindre réponse, elle en rajoute :

— Je pense que tu sais très bien que je le ferais. Je n’ai rien à perdre.

Cette fois, il ne peut retenir un petit rire. Il a presque envie de l’applaudir.

— Depuis combien de temps connais-tu Nô ? Quelques mois ?

Il est son meilleur ami depuis plus de 20 ans. Croit-elle vraiment qu’il y a beaucoup de choses qu’ils ne savent pas, l’un sur l’autre ? Sarielle revient alors, accompagnée de Nô, et lui offre un collier de ces petites fleurs mauves si précieuses. Il le reçoit avec un grand sourire.

— Merci infiniment, votre altesse, lui dit-il avec une petite révérence, espérant la faire rire.

— Ce n’est pas vraiment amusant, ici, hmm? Allons plus loin… 

Kaarasu remarque l’inconfort de son ami et fronce les sourcils, à la recherche d’un éclat bleu quelque part dans la foule. Il ne trouve pas, mais son regard se pose sur des hommes en uniformes militaire. Tiens, Kyrial a envoyé quelques soldats, histoire d’intimider la ville voisine ?

— Je vous rejoins tout de suite, souffle-t-il à Nô. J’ai un petit quelque chose à régler avant.

Plusieurs rumeurs circulent sur ce qui se passe à Kyrial en ce moment. La curiosité de Kaarasu le pousse à prendre les soldats en filature. Il les suit un moment, ne comprenant pas trop leur conversation dans une autre langue qu’il croit pouvoir identifier comme le cantonais, et s’apprête à abandonner, ennuyé, lorsqu’il voit l’un d’entre eux reconnaitre Soo Lin. La parfaite interprète en mauvaise posture.

Hm, il va peut-être se passer quelque chose de sérieusement intéressant, au final.



[/color]
Soo Lin Yao
Soo Lin Yao

Messages : 47
Date d'inscription : 06/03/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Festival des Fleurs (EVENT) - Page 3 Empty Re: Festival des Fleurs (EVENT)

Message par Gill-Su Hwa le Dim 30 Déc - 17:23

Nô Kotasu

_Ce n’est pas vraiment amusant, ici, hmm? Allons plus loin…

Il semblait avoir de la tension dans son petit groupe, confirmant que Tina et Kaarasu ne s’appréciaient probablement pas vraiment. Ce n’était pas vraiment une surprise puisque le brun n’aimait jamais ses amis de toute façon. Le blond n’en fit pas tout un cas. Sarielle semblait bien s’amuser de toute façon, elle.

_Papa ! Maman ! Est-ce qu’il y a des manèges ?

Le blond se redressa pour regarder autour ~ aux dernières nouvelles, il n’était pas supposer y en avoir. Le festival était surtout pour les marchands, au final. Nô allait s’excuser à la petite fille lorsque Kaarasu lui souffla,

_Je vous rejoins tout de suite. J’ai un petit quelque chose à régler avant.

L’androgyne fronça les sourcils. Le connaissant, il n’allait pas revenir tout de suite et allait certainement leurs attirer des ennuis. Il prit la petite main de Sarielle dans la sienne pour l’amener un peu à l’écart.

_Hm… Je ne crois pas qu’il y a des manèges ici, princesse.

Sarielle allait développer un trouble narcissique à force que son entourage l’a traite comme de la royauté ~ Ce n’était pas vraiment dans la liste des problèmes pressants du Kotasu, par contre. Il cherchait  toujours quelque chose qui serait intéressant pour elle lorsque son patron s’approcha, visiblement en panique ;

_Seigneur, Nô! Tu te caches une journée comme celle-ci? Akatsuki est couvert de peinture en direct, avec Eva Maria!

L’androgyne soupira avant de s’agenouiller devant la blondinette.

_Je dois aller travailler, Sarielle. Tu vas t’amuser avec maman, hmm?

La gamine semblait dévastée mais le Kotasu ne pouvait pas y faire grand-chose. Il sourit à son amie en se redressant, lui souriant,

_Soyez sages, toutes les deux, fufu… Et prudentes!


Il tourna les talons pour suivre son supérieur, embêté lui aussi.

~ ~ ~

Gill-Su Hwa


Le brun errait sans bus entre les étals du festival, s’imprégnant des sons et des parfums de l’été ~ le coréen n’aimait pas vraiment l’hiver et le froid et tentait de prendre des photographies mentales de l’ambiance pour lorsqu’il aurait le moral plus bas, dans quelques mois.

Il s’était pointer seul, n’ayant pas vraiment d’amis proches, plutôt solitaire. Il ne semblait même pas remarquer qu’il attirait le regard de nombreuses jeunes femmes, perdu dans ses pensées. Ce fut une toute petite fille qui le sorti du monde des rêves,

_LE FAUX POLICIER!!


La blondinette couru vers lui et s’accrocha à sa jambe, le faisant sursauter. Il la repoussa gentiment pour pouvoir se mettre à sa hauteur.

_Sarielle? Que fais-tu encore toute seule?


Le cascadeur semblait véritablement inquiet pour l’enfant ~ Inquiétude qui s’évapora lorsqu’il aperçut Tina, derrière. Les deux jeunes gens avaient déjeuné ensemble quelques jours avant, le brun ne pensait pas la revoir de sitôt, bien que ce ne soit pas vraiment prévu. S’il lui avait offert son numéro de téléphone, il n’avait pas vraiment espoir qu’elle l’appelle. C’était une surprise agréable.

Il s’avança vers elle, Sarielle prenant sa main dans la sienne, heureuse d’avoir trouvé un autre ami pour remplacer ceux qui venaient de partir tour à tour.

_Bonjour!


Le brun lui offrit un sourire amical et poli, ne voulant pas la rendre mal à l’aise. Sarielle tira sur sa grande main pour lui faire part de ses problèmes.

_Il n’y a même pas de manège ici! C’est trop triste!!


Le cascadeur haussa les sourcils, prenant une voix un peu plus douce lorsqu’il s’adressait à l’enfant.

_Pas de manège? Je crois pourtant avoir vu un carrousel, pas très loin…

Le regard de la petite fille s’illumina et elle se mit à sautiller, excitée.

_On peut y aller, oui?!

Gill passa une main dans ses cheveux, la gamine le prenait toujours de court.

_Haha… Ça ne tient pas vraiment de moi…

Il leva les yeux vers la brunette au même moment ou Sarielle en faisait de même.

~ ~ ~

Mikoto Suzu
_J’ai peut-être aspergé votre collègue derrière nous de poivre de Cayenne, une fois. Je crois qu’il m’en veut un peu, depuis!

Pas très en forme, Mikoto était déjà épuisé. L’idée de devoir se retrouver devant Mamoru lui avait redonné un peu de forces, cependant. Le policier ne lâcha pas sa main, ce qui était rassurant, mais jeta violement ses lunettes de soleil au sol et accéléra. Quel homme étrange… Pourquoi s’amusait-il autant?

_ Pas grave, ce n'est qu'un bleu dans la police et personne ne l'aime ! On va s'en débarrasser ! Il me faut votre confiance aveugle par contre, bientôt je vais vous dire de faire quelque chose et il faudra le faire aveuglement et sans hésitation !

Étrangement, il avait envie de lui donner sa confiance aveugle. Il avait un peu perdu espoir de retrouver ses notes, par contre. Après quelques brusques changements de trajectoire, le brun lui ordonna, au beau milieu d’une foule,

_ SAUTE !


Mikoto sauta pour se retrouver devant les acteurs d’une populaire émission de télévision ~ ils étaient visiblement aussi choqués que lui ~ Le brun tourna rapidement au rouge écarlate. Seigneur, qu’était-il en train de faire?! Le policier le rejoignit rapidement sur la scène pour passer une remarque un peu ambiguë à l’une des actrices,

- Oh tiens salut Eva ! Ça fait bizarre de te voir ailleurs que dans ta loge !
Il l’agrippa par le bras, visiblement prêt à reprendre sa course folle, Allez faut qu'on file ! On se voit tout à l'heure Eva !

Étrangement, l’idée qu’il soit intime avec la jolie rouquine l’embêtait un peu. Le policier était un absolu imbécile alors il n’arrivait pas vraiment à expliquer ce sentiment. Courant toujours, il lui intima,

- Jeune homme ! Pouvez jeter un œil derrière vous pour voir si la sécurité a pu retenir le malotru qui vous poursuit et si on peut se focaliser sur le pickpocket qui ne doit pas être très loin après notre petit raccourci !

Mikoto se retourna, courant toujours ~ la sécurité ne semblait pas être à leurs trousses… Quoi que… Un mastodonte vêtu de noir leur courrait très rapidement après. Pour toute réponse, le brun échappa un petit gémissement ; Dans quoi c’était-t‘il fait embarquer,

_M-Monsieur l’agent!

Le voleur, probablement effrayé devant tout ce beau monde qui lui courrait après, laissa simplement le sac au sol et le japonais se permit de ralentir. Sûrement, il allait pouvoir s’expliquer avec ce garde du corps, si?

Son sac maintenant en main, le souffle court, il s’arrêta, épuisé. Instinctivement, il laissa son front tombé sur l’épaule solide du policier avant de se redresser rapidement, écarlate. Avant qu’il ne puisse dire quoi que ce soit, l’homme effrayant les avait rejoints.

~ ~ ~
Keros Yüeh Jadziah

_ Continuons.  

Il mena les acteurs jusqu’à la scène mais fut arrêter avant qu’il puisse monter. Un petit brun qui semblait effrayé prit la parole mais Keros n’entendit pas très bien ses marmonnements. Il se reprit avec un peu plus d’assurance,

_ Akatsuki Shimizu. Je suis envoyé par la radio communautaire d’Asheimkai. Je suis désolé du retard.

La petite actrice s’avança et posa sa main sur lui, ce qu’il trouvait un peu étrange. Les Jadziah n’étaient pas des gens très tactiles, mais puisqu’elle l’avait pris pour son garde du corps, elle ne s’en doutait probablement pas.

Il ne faisait pas vraiment attention à l’interview, désintéressé mais fut plus alerte lorsque deux hurluberlus sautèrent sur la scène. Instinctivement, il s’approcha des acteurs mais les intrus furent partis en quelques secondes. Voyant que la sécurité du festival semblait se charger du problème, il reprit sa place.
Une fois de retour dans la loge, l’actrice s’approcha de lui pour lui confier, un peu paniquée,

_Cet homme n’est pas un vrai policier. Il faut le retrouver. Il faut le ramener ici. Je… Il s’est mis lui-même dans un grave danger avec ces déclarations. Je dois le prévenir, je vous en prie!

Il soupira ~ le vrai garde du corps ne s’était toujours pas pointer le bout du nez. Devait-il vraiment aller sauver son amant? Le travail l’intéressait soudainement beaucoup moins. Malgré tout, il s’était engagé à bien le faire et allait donc le faire jusqu’au bout. Il sorti de la tente pour prendre en chasse le faux policier, les gens se tassant assez rapidement de son passage.

Keros s’arrêta comme si rien n’était devant le couple, une fois qu’ils se furent arrêtés. Il réalisa qu’il ne se rappelait pas du tout du nom de la jeune femme et l’averti simplement, ignorant le regard apeuré de l’autre imbécile,

_L’actrice rousse veut vous voir dans sa tente. Elle ne semblait pas vraiment en colère, si ça peut vous rassurez.

Le Jadziah semblait très blasé de toute cette situation ~ il espérait que l’homme se rende par lui-même à la loge et qu’il n’aurait pas besoin de le tirer par les cheveux.

_________________
~ Longing for summer ~

Festival des Fleurs (EVENT) - Page 3 IpFK9HLQ

Gill ~ #990099
Gill-Su Hwa
Gill-Su Hwa

Messages : 15
Date d'inscription : 27/05/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Festival des Fleurs (EVENT) - Page 3 Empty Re: Festival des Fleurs (EVENT)

Message par Tina le Lun 15 Avr - 12:06

Kaarasu finit par s’en aller. Ce qui n’était pas une mauvaise chose, Tina pouvait souffler et se sentir bien plus à l’aise avec sa petite famille.
Nô prit la main de sa fille et commença à marcher. Tina les suivit de près, laissant tout de même à Sarielle un peu de complicité avec son père puisque bientôt, elle viendrait vivre avec la brune et verrait de moins en moins Nô. Tina avait une boule à la gorges rien qu’en y pensant. Elle avait l’impression que ce n’était pas important pour le blond, qu’il était heureux de voir la petite mais son départ ne lui faisait rien. Elle ne comprenait pas ce qu’il ressentait, mais dans le fond, c’était elle qui lui avait forcé la main pour garder Sarielle et la protéger, elle devait arrêter d’espérer quoique se soit de l’androgyne et se concentrer sur la gamine. Mais c’était tellement compliqué, surtout que ses sentiments envers Nô n’étaient toujours pas totalement envolés.

_Hm… Je ne crois pas qu’il y a des manèges ici, princesse.

Alors que Tina aidait des yeux à chercher un manège, une personne vint accoster l’androgyne. Tina tourna vivement la tête mais garda les bras croisés, ayant perdu son habitude de dégainer quoique se soit, même si elle gardait toujours une arme blanche sur elle au cas où.

_Seigneur, Nô! Tu te caches une journée comme celle-ci? Akatsuki est couvert de peinture en direct, avec Eva Maria!

Il n’allait tout de même pas … partir ? Si ? Non ! Il avait plein d’autres collègues, pourquoi était-ce à lui d’y aller ? Pourquoi allait-il accepté ? Pourquoi est-ce qu’il allait encore partir ?!

_Je dois aller travailler, Sarielle. Tu vas t’amuser avec maman, hmm? Soyez sages, toutes les deux, fufu… Et prudentes!

Tina fronça les sourcils sans rien dire. Mais dans le fond, elle était vraiment triste. C’était l’occasion rêvé pour passer du temps tous les trois, comme une famille, comme la famille qu’elle aimerait avoir, comme la famille qu’elle aimerait offrir à Sarielle. Tina se pencha pour prendre sa fille dans les bras et la câliner doucement, le cœur lourd.

Nô … Je te déteste …



Tina finit par lâcher sa fille pour retourner à la recherche de manège, mais à peine eut-elle la tête tournée que Sarielle se mit à courir. Tina marcha sur ses pas, la rattrapant facilement à cause de la taille de la petite. La brune retrouva Sarielle accrochée à une tête qui ne lui était plus inconnue.

_Bonjour!

Le visage blasé de Tina émit un faible sourire.

_Bonjour.

Elle n’était pas vraiment d’humeur, mais Gill a été prévenue la dernière fois que la vie de la brune était compliquée et qu’elle n’était pas forcement de bonne compagnie.

_Il n’y a même pas de manège ici! C’est trop triste!!

_Pas de manège? Je crois pourtant avoir vu un carrousel, pas très loin…

_On peut y aller, oui?!

_Haha… Ça ne tient pas vraiment de moi…

Les deux paires d’yeux se tournèrent vers Tina qui avait toujours un visage fermé. Elle regarda tour à tour la blonde et le cascadeur.

_Va pour le carrousel.

Tina tendit la main à sa fille qui lui donna la sienne, Sarielle garda son autre main dans celle de Gill qui les entraina vers ledit carrousel. Sarielle avait l’air heureuse avec Gill, mais elle était heureuse avec tout le monde. Est-ce que ça lui ferait quelque chose d’avoir un autre papa ? Elle était assez grande pour garder Nô en mémoire … Mais si l’androgyne décidait de disparaitre, est-ce que Sarielle accepterait un autre père dans sa vie ? Est-ce qu’elles pouvaient tourner la page ensembles ou être condamnés à attendre désespérément cet homme qui semblait vouloir tristement quitter leur vie ?

Sarielle sauta sur un cheval deux fois trop haut pour elle. Tina l’accompagna pour mettre sa fille dessus avant de descendre pour rejoindre Gill derrière les barrières. Elle regarda Sarielle se dandiner sur la selle en attendant le départ. Tina lui fit un coucou de la main en guise de réponse à la petite qui l’appelait.
Oui, le plus important était le bonheur de sa fille, le sien était secondaire dans tout cas.
Sans regarder Gill, les yeux rivés sur son enfant, Tina lui demanda :

_Vous êtes adepte de ce genre d’événement ?
Tina
Tina

Messages : 102
Date d'inscription : 28/01/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Festival des Fleurs (EVENT) - Page 3 Empty Re: Festival des Fleurs (EVENT)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum