Festival des Fleurs (EVENT)

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Re: Festival des Fleurs (EVENT)

Message par Tina le Lun 27 Aoû - 15:02

Les filles se baladèrent encore un moment avant d’apercevoir une longue chevelure familière et … une autre présence indésirable.
Comme toujours, Nô était ravis de voir sa fille, du moins, il lui souriait toujours comme si tout allait bien, même quand ce n’était pas le cas. C’était assez triste de se dire que son enfant vivait dans le mensonge, mais c’était pour son bien, n’est-ce pas ? ça aussi, c’était un mensonge ? …

La brune finit par arriver à leur hauteur, le pas calme. Depuis qu’HellRoy avait fait en sorte qu’on la laisse en paix, surtout son ancien patron, elle perdait peu à peu cette angoisse de chaque coin de rue. Evidemment, elle était toujours sur ses gardes, mais elle pouvait dormir le soir sur ses deux oreilles.
Maintenant la seule menace apparente était cet homme qui se tenait près des deux personnes qu’elle aimait.

_Bonjour Tina. Vous vous amusez bien, toutes les deux?

La demoiselle esquissa un sourire, ne pouvant pas vraiment lui rendre le sien en vu de qui était la personne qui l’accompagnait. Il fallait dire que le jour de leur « rencontre » fut assez mémorable. Et il ne fallait pas oublier que cet homme vendait des informations, le genre de type à trahir père et mère.
De toute façon, Sarielle parlait pour d’eux et Tina n’a jamais été une grande bavarde.

_Tina, voici Kaarasu, un très bon ami à moi.

« Très bon ami » ? … entre une ex tueuse à gage et un vendeur d’informations, le Katasu ne savait vraiment pas choisir son entourage.
La demoiselle avait le regard froid mais sourit tout de même. Un sourire fourbe, presque arrogant, défiant. Elle ne dirait rien s’il ne disait rien. Tina n’aimerait pas perdre Nô, mais savait très bien que s’il devait choisir entre les personnes de son passé ou elle, c’était vite vu, mais il n’aimerait certainement pas se disputer avec la brune puisse qu’ils avaient un enfant en commun.
Le ton mielleux et le visage séducteur, elle émit entre ses lèvres pulpeuses :

_Bonjour … Kaarasu.
avatar
Tina

Messages : 100
Date d'inscription : 28/01/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Festival des Fleurs (EVENT)

Message par Philibert le Lun 27 Aoû - 22:53

Le faux policier :

Richemond se reposa tranquillement sur son arbre, attendant patiemment pendant quelques minutes avant qu'il n'aperçoivent les premiers coups de fil 'discrets' des citoyens d'Asheimkai.
Heureux, il laissa son visage se faire conquérir par un sourire triomphant tandis que ses yeux fusaient pour observer les réactions de la foule.
C'est à ce moment précis qu'il se fit interpeller :

_Excusez-moi, monsieur l’agent. On vient de me voler mon sac, pourriez-vous m’aider à le retrouver?

Il haussa un sourcil, monsieur l'agent ? Roh merde, l'étrange être humain n'aurait pas du laisser sa plaque volé pendre le long de son coup, et donc visible aux yeux de tous...
Il se retourna, prêt à envoyer bouler le civil nécessiteux qui était en train de lui gâcher les prémices délicieux de son spectacle, mais lorsqu'il croisa son regard, le temps s'arrêta, plus précisément il se ralentit incroyablement.
La douce brise caressait le visage de l'inconnu, bougeant délicatement ses longues mèches. Richemond pouvait presque apercevoir derrière les pétales de rose s'envolant au gré du vent alors que ses yeux se mettaient à scintiller, il avait devant lui une beauté qu'il jugeait sans égale, une personne digne des meilleures prestations.
Se ressaisissant enfin, il décida de jouer son personnage jusqu'au bout pour tenter d'impressionner le jeune homme face à lui, il allait tout donner pour qu'il entre dans son esprit comme cet inconnu avait pénétré le sien.
Il fit un pas en avant, laissant ce jeune étudiant contempler son dos dans sa belle chemise noire, et ainsi en contre jour, il sortit des lunettes de soleil et les plaça sans attendre sur son visage, annonçant fièrement :

' - Oh que oui Monsieur, car nul ne peut ignorer la loi dans ma ville.'

Oui, Richemond croyait naïvement que l'image du policier cowboy violent et à la gâchette facile, imposer le respect et l'admiration.
Cependant il en profita aussi pour analyser rapidement les lieux et la foule. Sa cervelle déjanté avait un plan pour attraper le voleur sans même avoir à forcer un minimum.
Il se retourna une nouvelle fois, contempla pendant une seconde le visage ravissant qui lui faisait face, caché par l'écran qu'était les lunettes de soleil, et tenta de faire monter le stress du pauvre étudiant tout juste volé :

' - Je ne vais pas vous mentir, c'est probablement un rite initiatique d'un gang du coin qui font pas mal parler d'eux en ce moment. Ils envoient leur recrues voler quelque chose, parfois tuer des personnes au milieu de la foule afin d'être accepté dans leur bande, tout dépend de ce qu'ils ont besoin. Vous avez eu du bol qu'ils n'en voulait qu'à votre sac.'

Il enleva alors ses lunettes et les coinça dans la poche de sa chemise au niveau de sa poitrine avant de commencer à trifouiller sa montre d'un air connaisseur :

' - Mais ne vous inquiétez pas, tant que vous restez près de moi vous ne craignez rien. Alors il me reste plus qu'à croiser ce faisceau avec celui-là et tout va marcher parfaitement... Voilà ! Bien suivez moi.'

Il agrippa doucement le bras de cet étudiant et le tira un petit peu pour être sur qu'il ne s'éloigne pas, il ne pouvait pas le perdre maintenant.
Ils s'approchèrent d'une bande d'adolescent arrêta au milieu de la foule et annonça à l'androgyne qui était contraint de le suivre :

' - Bien, on va faire ressurgir ce voleur sans qu'il soit avec ses copains. Vous voyez ce punk là haut qui est en train de pendre sur le portrait de Mirai ? '

Sans attendre de réponse, il enclencha le mode hologramme de sa montre, mais ses précédentes modifications firent surchauffe le module qui se mit alors à émettre qu'un long et chaud laser bleu, qu'il dirigea sur le sac du punk :

' - Les bombes de peintures sont des aérosols, qui ne doivent pas être exposé à la chaleur, si elles sont soudainement exposé à une chaleur trop intense... Elles explosent avec leur contenu.'

En écho à son affirmation un léger boum se fit entendre, et le pauvre vandale se retrouva aspergé bêtement.
Ne perdant pas une seconde, il jeta la montre dans les mains d'un des adolescents et d'une voix fluette imita à la perfection un jeune de 16 ans en criant :

' - Non Didier t'a osé le faire ? T'es vraiment le meilleur haha ! '

Sur ces paroles, il prit cette fois la main du pauvre androgyne qui ne devait rien comprendre pour qu'il s'écarte discrètement de la scène, sans se faire remarquer. Une fois éloigné d'une bonne vingtaine de mètres, il expliqua enfin son geste :

' - Avant toute chose... '

Il s'empara de ses lunettes noires, et les remis précisément au moment ou il annonça :

' - On peut dire qu'il en a vu de toutes les couleurs.'

...

' - Bien Monsieur, mes méthodes sont surprenantes et peu orthodoxes mais je vous explique. Pour mettre la cohue à un endroit rien ne vaut un punk en colère face à une bande d'adolescents niais, et vous savez qui aime profiter des cohues ... ?'

Cependant le faux policier ne laissa pas le temps au pauvre homme qu'il avait embarqué dans son délire de répondre, et annonça de son sourire le plus charmeur possible :

' - Les pickpockets. Alors ouvrez l’œil et dites moi si vous voyez un homme avec votre sac, mais laissez moi intervenir car je vous répète qu'il est dangereux.'

Richemond tentait de faire se sentir le jeune homme en danger, mais à la fois il voulait se faire passer pour sa bouée de sauvetage, lui certifiant qu'il le protégerait coûte que coûte et qu'il éloignerait tout les dangers afin de gagner l'admiration de l'androgyne qu'il venait de rencontrer, dans le seul et unique but de le séduire plus tard.
C'était un plan malsain et bancal, mais que pouvez il faire, les règles de la drague classique l'ennuyé, et cette histoire resterait, en théorie, une parfaite histoire de première rencontre à raconter au coin du feu quand ils se feront vieux.
Intérieurement, le cinéaste se frottait les mains, fier de lui.

Le mauvais copain fainéant :

Toujours allongé sur son banc en plein soleil, la poche de l'homme de main se mit à vibrer, il laissa alors tomber un de ses bras sur ses yeux afin de cacher le soleil et dans un long soupir extirpa son téléphone et le mit en haut parleur pour ne pas avoir à l'approcher de son oreille plus que ça :

' - Allô ?

— Hey, c’est mon anniversaire aujourd’hui. Tu devrais m’organiser un rendez-vous. '

La douce voix de Soo lui décrocha un sourire simple, c'est vrai qu'il ne l'avait pas entendu ce matin, il avait préféré la laisser dormir.
Cependant, d'autres mots vinrent couper sa courte divagation :

— Où es-tu ?

Mince. Il n'avait rien prévu pour son l'anniversaire de sa patronne, son caractère l'obligeant de toujours tout remettre au lendemain, cependant tout n'était pas perdu, il pouvait encore être un petit ami modèle.

' - Au festival des fleurs, pour ta surprise. Retrouve moi là-bas ... sur mon banc...'

Il savait d'ores et déjà que Soo avait découvert sa supercherie, il était nul pour mentir et elle était la meilleure détective en ville. Cependant pour ne pas perdre la face tout de suite, il s'empressa de raccrocher.
Et même pire, il se redressa en soupirant.
Même si Soo était déjà au courant qu'il n'avait rien de prévu pour l'instant, elle savait qu'il allait se démener ,au sens philiesque du terme, pour avoir quelque chose à son arrivée, et c'était le plus beau des cadeaux qu'un homme comme lui pouvait offrir, montrant l'importance que cette belle chinoise avait désormais dans sa vie.

Il se leva donc, contraint par le temps, et se mit à vadrouiller mollement et lentement au cœur du festival agité.
Les minutes filèrent sans que ses pas ne le mènent au cadeau idéal, il avait beau regarder les stands, il ne voyait que des fleurs, de la barbe à papa, des fleurs et encore des friandises, comme si le destin s'acharnait pour qu'il ne trouve pas et que sa fainéantise soit enfin puni.
Son moral baissait aussi vite que le temps passait, il était sur le point d'accepter sa destinée lorsque que le coin de son œil émeraude aperçut quelque chose qui plairait énormément à sa compagne.
De sa démarche molle il s'avança vers la chose qu'il convoitait le plus à l'instant, met du se résoudre à la voir s'envoler...
De toute manière comment aurait il pu attraper ce magnifique spécimen de papillon bleus aux ailes luisantes à mains nues ?
Il le suivit du regard en soupirant, alors que la créature se fondait de plus en plus dans le ciel qui surplombait son visage sans expression.
Mais une voix l'interpella depuis le stand devant lequel il se tenait :

' - Et bien, on voulait attraper ce papillon ? '

Philibert laissa tombé sa tête pour regarder qui lui parlait, il croisa le regard d'un homme dans la cinquantaine avec une courte barbe blanche qui l'observait :

' - Haha ils sont rares ceux là ! Il y en a quelques uns cette saison, et ils raffolent du pollen des jasiones des montagnes, d'ailleurs c'est sur unes de ses fleurs qu'il était posé à l'instant.'

L'homme était tout à fait souriant et charmant, très aimable ça se voyait qu'il aimait les fleurs, les insectes et son métier. Mais rien de tout ça ne fit sourciller le fainéant :

' - Mais ne perdez pas espoir, j'ai ici toute ce qu'il faut pour vous aider dans votre tâche, notamment ce tout nouveau modèle de filet encore plus léger à un prix imbattable sur le marché ! '

Philibert se contenta de rester silencieux, regardant le vendeur dans ses yeux pétillants.
Le silence de la scène pouvait presque devenir gênant, mais le vendeur intervint une nouvelle fois, surpris mais aussi désespéré :

' - Vous allez juste acheter mon bouquet de jasione des montagnes et attendre qu'un de ses papillons se pose dessus une nouvelle fois c'est ça ... ? '

***********************************************************

De nouveau assis sur son banc, l'homme de main attendait sa patronne, un bouquet de fleur sur les genoux.
Il finit par l'apercevoir de loin et la regarda se rapprocher, cette femme méritait probablement mieux que son homme de main comme petit ami, mais même si il était loin d'être un copain modèle à qui l'on ne peut rien reprocher, lui n'hésiterait pas une seconde à se prendre des coups et des balles pour elle, pour qu'elle s'en sorte, et sans le moindre regret.
Une fois qu'ils furent assez proche, il tendit le bouquet à la belle chinoise :

' - Suuuuurprise... ' murmura t'il doucement.

Puis il se rendit compte du quiproquo qui aurait pu se produire :

' - Non, je t'offre pas des fleurs. J'ai vu un papillon que tu n'avais pas dans ta chambre qui traînait autour de ce bouquet, il paraît qu'il sont rares et raffolent du pollen de ces trucs des montagnes, alors j'ai acheté toutes celles du stand pour être sur qu'un des papillons reviennent avant la fin du festival pour que tu puisses l'attraper et le mettre sur ton blog ! D'ailleurs ça fait longtemps que tu l'as pas mis à jour non ? '

Mon dieu, le brun soupira, pourquoi avait il fait une phrase aussi longue ?

' - En attendant si tu veux qu'on s'occupe, il y a un punk couvert de peinture dans le festival ou j'ai entendu des gens qui parlaient d'un criminel qui aurait kidnappé une femme et son enfant.'
avatar
Philibert

Messages : 59
Date d'inscription : 22/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Festival des Fleurs (EVENT)

Message par Kaarasu Takami le Lun 10 Sep - 21:11



Kaarasu

— Ne gaspille pas ton voeu.

Le brun est soulagé de voir que son ami semble bien se porter, et son attention est alors attiré par une petite fille blonde accourant vers eux.

— Mais quelle surprise! Mon adorable petite princesse! 

Le ton très chaleureux employé par Nô surprend quelque peu Kaarasu, mais son regard se pose alors sur la jeune femme qui accompagne la fillette. Une personne que l’informateur ne connait que trop bien, maintenant.

— Tina, voici Kaarasu, un très bon ami à moi, présente Nô.

Bien qu’il ne soit pas spécialement enchanté à l’idée de la voir, Kaarasu force une esquisse de sourire. Il aurait préféré pouvoir passer cette journée en gardant Nô pour lui tout seul, hm.

— Bonjour … Kaarasu.

Son ton exagérément sensuel et défiant fait sourciller le brun. À quoi s’attend-t-elle exactement ?

— Tina, bien sûr, répond-t-il gentiment. Je me rappelle vous avoir vu à la mascarade. Vous étiez éblouissante.

Il croise alors le regard de la petite fille qui lui sourit, mais son attention est vite captée par autre chose que son visage de poupée. Là, parmi sa couronne bien garnie, une toute petite fleur violette lui coupe le souffle, l’espace d’une seconde. Tentant de rester calme, il s’accroupit devant la petite pour lui parler directement.

— Ce sont de très jolies fleurs que tu as là, commence-t-il en tâchant d’utiliser son ton le plus doux. Peux-tu me dire où tu les as trouvées… ?

Cette plante est l’un des sujets les plus discutés sur le deep web en ce moment. Elle vaut très cher et plusieurs hauts placés de la mafia auraient misé très gros pour en obtenir un échantillon. On dit qu’elle sert d’antidote au plus récent poison mis au point par l’armée de Kyrial.


Soo Lin

— Où es-tu ? 

— Au festival des fleurs, pour ta surprise. Retrouve moi là-bas ... sur mon banc…

Cette réponse lui arrache un sourire. Évidemment, il n’a rien prévu, mais sa petite machination a quelque chose d’attendrissant. D’ailleurs, elle ne lui avait jamais dit la date de son anniversaire, il n’y avait aucun moyen qu’il le sache.

— Entendu.

Elle raccroche, se demandant vaguement ce que faisait Phili dans un festival, lui qui n’est pas du genre très sociable. Comme la température est agréable, elle décide de marcher jusqu’au centre-ville, en oubliant presque la situation très précaire dans laquelle elle se trouve ; entre les manigances de Jonathan Mirai et de Kaarasu Takami. Une fois au festival, elle se dirige directement vers le banc que son étrange copain a réclamé comme « le sien » et le trouve avec un bouquet de fleurs dans les mains, ce qui la fait sourciller. Phili et elle n’ont pas vraiment l’habitude de se montrer romantiques…

— Suuuuurprise... 

Elle ne peut que l’interroger du regard avant qu’il n’ajoute :

— Non, je t'offre pas des fleurs. J'ai vu un papillon que tu n'avais pas dans ta chambre qui traînait autour de ce bouquet, il paraît qu'il sont rares et raffolent du pollen de ces trucs des montagnes, alors j'ai acheté toutes celles du stand pour être sur qu'un des papillons reviennent avant la fin du festival pour que tu puisses l'attraper et le mettre sur ton blog ! D'ailleurs ça fait longtemps que tu l'as pas mis à jour non ?

Ce discours lui arrache un sourire. Elle accepte les fleurs et s’assoit sur le banc, près du jeune homme. Ils le montraient rarement, mais ils sont tous les deux beaucoup plus attachés l’un à l’autre que l’on ne pourrait le croire.

— Merci.

Elle pose sa tête contre son épaule, sachant qu’il n’avait pas besoin de plus de mots pour comprendre sa gratitude.

— En attendant si tu veux qu'on s'occupe, il y a un punk couvert de peinture dans le festival ou j'ai entendu des gens qui parlaient d'un criminel qui aurait kidnappé une femme et son enfant.

Soo Lin se redresse promptement à ces mots.

— Un kidnapping ?

La détective en elle ne peut décidément pas laisser passer cette occasion, anniversaire ou pas.

— Dis m’en plus. On parle d’un enfant de quel âge ? Garçon ou fille ? La mère fait environ quelle taille ? Qui as-tu entendu en parler ? S’agit-il d’une prise d’otages, d’une demande de rançon ?

Si Philibert avait envie d’un après-midi tranquille, il avait mal choisi ses mots.


Akatsuki

Akatsuki a du mal à croire que son nouvel ami a vraiment accepté d’apparaitre dans son vlog. Il n’a, néanmoins, pas vraiment l’occasion de beaucoup s’occuper de lui, car il est trop occupé à présenter chacune des attractions du festival avec le plus grand enthousiasme. Il se contente de trainer le punk à sa suite, sans pouvoir s’arrêter de parler.

— Bon, là-dessus, je vous dit au revoir, Asheimkai ! On se revoit un peu plus tard pour mon entrevue avec la merveilleuse Eva Maria Uccello !!

Il éteint la caméra, se tournant vers le blond, prêt à lui accorder toute son attention.

— Hey tête de nœuds! Tu traînes tout le monde comme ça dans tes vidéos de merde? 

Le visage du jeune animateur se rembrunit légèrement. Il met beaucoup d’efforts dans ses vidéos, et essaie d’être aussi près possible de son public. Entendre quelqu’un les qualifier de « vidéos de merde » ne lui plait pas vraiment.

— Jveux faire un vrai truc cool ~t’es trop family friendly, mec. 

Akatsuki l’interroge du regard, curieux malgré lui. Family friendly ?

— Genre… On va lui refaire une ptite beauté, tu vois ce que je veux dire?

Le brun suit son regard pour se poser sur le panneau montrant Jonathan Mirai. Il sursaute quand il le voit sortir une bombe de peinture. Veut-il vraiment faire quelque chose… d’illégal ? Dans un endroit aussi bondé ? En plein jour ? Akatsuki se sent à la fois excité et effrayé par la proposition du blond. L’idée lui semble complètement folle, et sa carrière pourrait être ruinée s’il se faisait prendre, mais il se sent incapable de se défiler, maintenant. Qu’est-ce que le jeune homme penserait de lui ? Généralement, Akatsuki ne se soucie pas de ce genre de choses. L’opinion des autres ne pourrait lui être plus égal. Il ne comprend pas pourquoi se retrouver haut dans l’estime du Yuudai lui tient tant à coeur.

— Euh… o-ok…

Il s’approche d’un pas hésitant, observant le punk noircir de peinture le portrait de Jonathan Mirai. Son coeur bat à toute vitesse quand ce dernier lui tend la bombe. Il se sent comme s’il était en train de passer un test qui déterminerait tout son avenir. Juste avant qu’il ne la saisisse, la bombe de peinture explose violemment, aspergeant le blond de la tête aux pieds. Akatsuki sursaute, les yeux écarquillés, puis regarde vers le ciel comme s’il pouvait s’agir d’une punition divine.

Ihanaga-Sama… ?

Tous les regards sont maintenant tournés vers eux. Akatsuki réalise la scène incriminante dans laquelle il se trouve présentement et se met à paniquer. Il attrape le poignet du Yuudai et se met à courir, cherchant un endroit couvert où se mettre à l’abri des regards. Sans regarder devant lui, il entre alors en collision avec quelqu’un et lève les yeux pour bafouiller des excuses. Son visage devient absolument livide lorsqu’il croise le regard sévère de Nô.

— Ce… Ce n’est pas ce que tu… Enfin, je sais que ça a l’air de… mais je n’étais pas… Par pitié ne me renvoie pas!!


Eva Maria

— Tu as envie de venir prendre des photos avec moi ?

Eva est bien déterminée à ne pas laisser la petite créature toute seule dans un endroit si dangereux.

— Excusez-moi.

Eva lève les yeux vers un homme très grand, très imposant et au visage plus froid qu’une statue de cire.

— Pardonnez l’intrusion, mais vous avez mon chien.

Eva le considère un moment, puis rapporte son regard sur la petite bête qu’elle tient toujours dans ses bras. Ne dit-on pas que les gens ont tendance à adopter des animaux qui leur correspondent ?

— Oh! Je suis sincèrement désolée, je… je…

Elle se sent rougir et se lève pour lui remettre le petit chien.

— Je ne voulais pas qu’il lui arrive quelque chose.

Elle reste un moment, un peu embarrassée, lorsqu’un autre grand brun fait son entrée dans la tente. Il est vêtu d’un bel habit dans les teintes de gris et vert jade qui lui donne l’air de sortir d’une autre époque. Il n’a qu’un bref regard pour l’inconnu et soupire, agacé.

— Ah, vous devez être l’agent de sécurité engagé par le photographe, dit-il. Loin de moi l’idée de vous manquer de respect, mais vous avez onze minutes de retard, c’est inacceptable. Eva, tu es prête ?

La jeune femme sourit et hoche la tête. Un agent de sécurité, hm ? Évidemment, il a dû s’habiller de cette façon pour ne pas trop briser le « décorum » de la séance. Ça semble logique. Étrange choix de chien, pour un agent de sécurité, toutefois…

— Je suis Elias, l’un des acteurs. Je ne suis pas censé être celui qui vous dit quoi faire, mais personne ne sait faire son travail correctement ici. Suivez-moi.

Eva lisse sa robe et et offre un sourire gêné à l’agent.

— Ne le prenez pas personnel, lui murmure-t-elle. Il est constamment exaspéré.

Elias s’approche de l’ouverture de la tente, prêt à sortir.

— Les fans peuvent se montrer assez… intenses, explique-t-il. Vous devez seulement vous assurer que personne ne nous touche.


_________________

Kaarasu Takami - The Game Of Life - d90101
avatar
Kaarasu Takami

Messages : 25
Date d'inscription : 28/01/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Festival des Fleurs (EVENT)

Message par Keros Yüeh Jadziah le Mar 25 Sep - 17:26

Nô Kotasu

_ Tina, voici Kaarasu, un très bon ami à moi,

Ses deux amis se toisèrent un moment, l’androgyne pouvant déceler un peu d’animosité dans leurs regards. Se connaissaient-ils déjà? Tina s’approcha un peu, plus sensuelle qu’à son habitude, saluant le brun,

_ Bonjour … Kaarasu.

Ce dernier força ce qui semblait être un sourire, un peu déstabiliser par le ton sensuel qu’avait employer la jeune femme. Au bout de quelques secondes, le Takami lui rendit la pareil,

_ Tina, bien sûr. Je me rappelle vous avoir vu à la mascarade. Vous étiez éblouissante.
Ce fut au Kotasu d’hausser les sourcils ~ Où s’étaient-ils rencontrer et pourquoi ne semblaient-ils pas s’apprécier? Enfin… Poser cette question était y répondre, vu le caractère des deux jeunes personnes.

Sarielle s’approcha pour elle aussi saluer celui qu’elle considérait probablement déjà comme l’un de ses meilleurs amis. Contre toute attente, le brun se pencha vers elle pour être à sa hauteur, s’adressant à cette dernière sur un ton étonnement aimable,

_Ce sont de très jolies fleurs que tu as là, peux-tu me dire où tu les as trouvées… ?

La blondinette lui sourit, visiblement aux anges. Elle s’approcha un peu plus du Takami et tira sur l’une des fleurs
violettes pour l’offrir à ce dernier.

_C’est la gentille dame qui a fait ma couronne qui me les as donnés!

Elle glissa sa toute petite main dans celle du Takami, faisant sourciller le Kotasu qui la trouvait un peu trop familière avec des gens qui restaient tout de même des inconnus pour l’enfant, l’attirant à sa suite.  Sarielle courait très vite entre les passants, ne laissant pas de répit à Kaarasu. Nô les suivait de près, s’excusant aux gens que sa protégée bousculait.

_Juste ici, Kaarasu!

Elle pointa la dame aux fleurs et offrit un sourire heureux à son nouvel ami. L’animateur de radio allait les rejoindre lorsqu’on lui fonça dedans, trébuchant presque, baissant les yeux pour voir le fautif.


………………

_Ce… Ce n’est pas ce que tu… Enfin, je sais que ça a l’air de… mais je n’étais pas… Par pitié ne me renvoie pas !!

Il posa son regard sur un adolescent couvert de peinture, puis sur un panneau publicitaire ou une photo de Jonathan Mirai avait été lui aussi marqué par la laque et connecta rapidement les points.

_Akatsuki… Pourquoi dois-je toujours te dire d’arrêter de faire l’imbécile?

Son ton de voix était assez calme, ce qui était plus inquiétant qu’autrement. Même le punk derrière lui se tenait tranquille.

_Tu avais littéralement une seule tâche, aujourd’hui.

Il passa une main dans ses longs cheveux blonds, exaspéré ~ Lui qui voulait passer inaperçu, c’était perdu d’avance.

_J’imagine que tu n’as toujours pas interviewé Eva Maria? C’est tu seulement où le plateau se trouve?? Tu sais que tu es censé y être depuis au moins 5 minutes, oui??? Et j’espère que tu ne t’imagine pas avoir d’autre interview à la télévision après ça????

Il s’approcha du petit brun, l’agrippa par le bras et l’amena dans la direction générale de l’attraction, sur quelques mètres, jusqu’à ce qu’ils puissent voir la scène, au loin.

_Va y file, maintenant. [/i]

Il se retourna en soupirant, cherchant son petit groupe des yeux jusqu’à ce que son regard se pose sur ses deux amis, la petite fille entre les deux, n’entendant pas ce qu’ils s’échangeaient. Plus loin, il pouvait voir un homme aux cheveux bleu électrique et retourna rapidement près de Kaarasu, l’air inconfortable, espérant que Tina ne remarque pas son mal être,

_Ce n’est pas vraiment amusant, ici, hmm? Allons plus loin…
~ ~ ~

Kou Yuudai

_Genre… On va lui refaire une ptite beauté, tu vois ce que je veux dire?

Le Yuudai avait une définition assez particulière du mot ‘’plaisir’’. Le petit brun sembla hésité un moment mais accepta finalement, timidement,

_Euh… o-ok…


Un large sourire se dessina sur les lèvres percées du punk et il agrippa Akatsuki par la main pour le tirer à sa suite. Étrangement, il n’aimait pas faire ses petits méfaits seul ~ il fallait quelqu’un qui apprécie le spectacle.
Les deux jeunes hommes durent grimper un peu pour pouvoir salir le portrait du PDG mais pour le Yuudai, ça en valait la peine. Il s’amusa à dessiner des choses très peu chrétiennes sur le panneau publicitaire, enlaidissant l’homme blond. Il n’eut pas le temps de terminer son œuvre, cependant, puisque sa canne explosa sur lui, l’aspergeant de peinture.

_Non Didier t'a osé le faire ? T'es vraiment le meilleur haha !

Il tourna la tête pour voir un groupe d’adolescents, beaucoup plus bas, et se prépara mentalement à tous leurs démolir la face violement. Akatsuki semblait avoir d’autres plans par contre parce qu’il le prit par le poignet et parti en courant, l’attirant à sa suite. Kou arriva à se défaire de sa poigne seulement lorsqu’il bouscula quelqu’un et le lâcha. Le petit brun semblait connaitre l’inconnu et se confondit en excuses, excuses que le punk n’avait pas vraiment le temps d’écouter puisqu’il avAIT DES PETITS CONS À TABASSER, PUTAIN. Il tourna les talons et reprit sa course dans le sens inverse, toujours couvert de peinture, écrasant son poing dans la figure de celui qui était peut-être Didier. Asheimkai étant une ville assez violente, un combat de rue impliquant des gens qui ne l’étaient pas jusque-là commença, créant un tumulte assez incroyable.

~ ~ ~

Mikoto Suzu

_Excusez-moi, monsieur l’agent. On vient de me voler mon sac, pourriez-vous m’aider à le retrouver?

Le policier se tourna lentement vers lui, l’air un peu embêté. Lorsqu’il ancra son regard dans le sien, cependant, l’inconnu sembla tomber dans une sorte de transe, ne disant rien pendant quelques secondes, son visage exprimant une émotion que Mikoto n’arrivait pas vraiment à déchiffrer. L’envie de partir trèèèès lentement de reculons devenait de plus en plus forte à mesure que les secondes s’écoulaient.

Le brun fit un pas vers lui, passant à côté de lui comme si rien était et l’étudiant le suivit du regard avant de commencer à avancer dans le sens inverse, décidant finalement que ses notes n’étaient peut-être pas si précieuses que ça au final.

_Oh que oui Monsieur, car nul ne peut ignorer la loi dans ma ville.

Il s’arrêta en entendant la voix grave du policier ~ Il allait l’aider, alors…? S’il avait eu envie de se sauver jusqu’à maintenant, le ton suave de l’homme avait quelque chose d’étonnement convainquant, bien que l’étudiant ne l’avouerait jamais. Il se retourna pour lui faire face, remarquant qu’il portait maintenant des lunettes de soleil?

_Je ne vais pas vous mentir, c'est probablement un rite initiatique d'un gang du coin qui font pas mal parler d'eux en ce moment. Ils envoient leurs recrues voler quelque chose, parfois tuer des personnes au milieu de la foule afin d'être accepté dans leur bande, tout dépend de ce qu'ils ont besoin. Vous avez eu du bol qu’ils n’en voulaient qu'à votre sac.

Mikoto fronça les sourcils ~ V-Vraiment? Il n’en avait pas entendu parler, pourtant… Hmm, il était vrai qu’il passait la majorité de son temps à étudier, écoutant seulement la station de radio de nuit d’Asheimkai ou Nô, le présentateur et un ami à lui, ne parlait pas vraiment de sujets sérieux. Le policier retira ses lunettes de soleil, confirmant pour l’androgyne qu’il était définitivement un homme étrange. C’était une sorte de tic, ou…? Il porta son attention à sa montre, faisant quelque chose que l’étudiant n’arrivait pas à comprendre,

_Mais ne vous inquiétez pas, tant que vous restez près de moi vous ne craignez rien. Alors il me reste plus qu'à croiser ce faisceau avec celui-là et tout va marcher parfaitement... Voilà ! Bien suivez-moi.

Il ne lui laissa pas vraiment le choix puisqu’il le prit par le bras pour l’attirer à sa suite. Mikoto avait un peu de mal à le suivre, le policier avançant très vite. Lorsqu’il s’arrêta brusquement, il percuta son dos large.

_Bien, on va faire ressurgir ce voleur sans qu'il soit avec ses copains. Vous voyez ce punk là-haut qui est en train de pendre sur le portrait de Mirai ?

Il hocha la tête, ne sachant pas vraiment quoi dire dans une telle situation.

_Les bombes de peintures sont des aérosols, qui ne doivent pas être exposé à la chaleur, si elles sont soudainement
exposées à une chaleur trop intense... Elles explosent avec leur contenu.
Il pointa sa montre vers ledit punk et fit exploser sa cannette avec une sorte de laser avant de changer de ton de voix subitement, imitant l’adolescent qui se trouvait à ses côtés, Non Didier t'a osé le faire ? T'es vraiment le meilleur haha !

Mikoto le regarda étrangement, à la fois fasciné et abasourdi par le comportement étrange de l’inconnu. Ce dernier agrippa sa main dans la sienne pour une autre fois l’attirer à sa suite, le brun se disant qu’il était très… Tactile.

_Avant toute chose... Il remit ses lunettes de soleil, On peut dire qu'il en a vu de toutes les couleurs.

……………………………..

L’étudiant fronça les sourcils, visiblement pas vraiment impressionné par les jeux de mots du policier. Il n’arrivait pas à décider s’il le trouvait cool ou s’il était un parfait imbécile et ça l’énervait. Il était peut-être un peu des deux, au final.

_Bien Monsieur, mes méthodes sont surprenantes et peu orthodoxes mais je vous explique. Pour mettre la cohue à un endroit rien ne vaut un punk en colère face à une bande d'adolescents niais, et vous savez qui aime profiter des cohues ... ?

Il ancra son regard dans le sien et lui offrit un sourire qui le fit un peu rougir, malgré lui, poursuivant ensuite sans lui laisser la chance de parler,

_Les pickpockets. Alors ouvrez l’œil et dites-moi si vous voyez un homme avec votre sac, mais laissez-moi intervenir car je vous répète qu'il est dangereux.

Quelque chose lui disait que cet homme n’était clairement pas un policier, mais s’il retrouvait son sac, ça ne le dérangerait pas vraiment. Ils attendirent tous les deux, en silence, Mikoto scrutant un peu nerveusement la foule. L’inconnu qui avait voler son sac ne lui avait pas vraiment semblé dangereux, plutôt petit (quoi que Mikoto lui-même était assez grand) et probablement assez jeune sous sa capuche sombre. Au bout d’un moment, il tourna la tête vers le brun,

_Dites…

Le jeune homme qu’il avait asperger de peinture surgit de nulle part, écrasant son poing dans la figure de l’adolescent pourtant innocent. Rapidement, et ne l’étonnant pas du tout, une bagarre éclata. Il fit un pas vers l’arrière, assez frêle et ne voulant pas se faire bousculer. L’androgyne se concentra encore plus pour retrouver le voleur. Comme le policier l’avait prédit, il resurgit, son sac à dos toujours sur lui.

_A-AH! Juste la!

Il pointa le jeune homme, se retourna vivement vers le policier pour le voir à l’acte, lui faisant plus confiance qu’il ne voulait l’avouer. L’homme dut remarquer qu’il avait été repéré et fit rapidement demi-tour, partant en courant dans la direction opposée. Mikoto n’hésita pas et le prit en fuite, non sans avoir agripper la main de l’inconnu qui l’avait aidé à le retrouver, le tirant derrière lui dans la bagarre qui battait toujours son plein. Dans la foule, il aperçut un policier, un vrai cette fois, aux cheveux bleu. Ce dernier le remarqua aussi et commença à s’avancer rapidement vers lui, faisant bifurquer l’androgyne qui voulait maintenant s’échapper de Mamoru et retrouver son sac. La respiration hachée, il avoua,

_J’ai peut-être asperger votre collègue derrière nous de poivre de Cayenne, une fois. Je crois qu’il m’en veut un peu, depuis!

Il espérait que les deux policiers n’étaient pas très loyaux l’un à l’autre.

~ ~ ~ ~ ~

Keros Yueh Jadziah

_Pardonnez l’intrusion, mais vous avez mon chien.

La jeune femme le fixa quelques secondes, l’air un peu incrédule ~ Vu l’installation de la petite tente, elle était probablement une modèle ou quelque chose du genre. Il n’aurait probablement pas dû avoir autant de faciliter à entrer.

_Oh! Je suis sincèrement désolée, je… je…

Elle détourna les yeux, les joues roses, et lui rapporta Ba Shê. La petite bête se blotti contre son torse, heureuse d’avoir retrouvé son papa. Il s’inclina brièvement, pas très bas, puis tourna les talons pour sortir, tombant sur un jeune homme à l’air agacé. Keros allait s’excuser et le contourner, mais il prit la parole,

_Ah, vous devez être l’agent de sécurité engagé par le photographe, loin de moi l’idée de vous manquer de respect, mais vous avez onze minutes de retard, c’est inacceptable. Eva, tu es prête ? La jeune femme hocha la tête et il reprit, sur le même ton froid, Je suis Elias, l’un des acteurs. Je ne suis pas censé être celui qui vous dit quoi faire, mais personne ne sait faire son travail correctement ici. Suivez-moi.

Le Jadziah allait expliquer le malentendu mais se fit couper par la rouquine,

_Ne le prenez pas personnel, il est constamment exaspéré.

Il haussa les sourcils, les acteurs étaient-ils tous comme ça? Il n’écoutait pas vraiment la télévision, son père ne l’ayant pas habitué lorsqu’il était plus jeune, et ne savait pas quel genre de gens ils étaient.

_Les fans peuvent se montrer assez… intenses. Vous devez seulement vous assurer que personne ne nous touche.

Il hocha la tête, résigné. Il n’était pas un homme très compliqué ~ ça n’allait pas prendre trop longtemps, non? Puis il n’avait rien à faire de toute façon. Il sorti aux côtés des deux acteurs, les fans semblant mieux éduqués sur qui le Jadziah étaient et n’osant pas vraiment approcher les deux stars, reculant même pour leurs laisser un peu plus de place.

Un homme un peu plus téméraire, un journaliste, tendit la main pour agripper l’épaule de la jolie rouquine. Le Jadziah ne lui laissa pas le temps, arrêtant son poignet dans sa main, ancrant son regard plus que polaire dans le sien,

_Non.

Il déglutit et leva le ton,

_Enfin, je veux juste… Je suis avec le SolarStar! J’ai beaucoup d’influence, vous savez!

Keros serra un peu plus fort, l’homme devenant livide après avoir entendu un craquement et tomba au sol, regardant le ‘’garde du corps’’ horrifié. Des murmures sur pourquoi l’héritier Jadziah se promenait-il avec les acteurs pouvaient être entendu dans la foule, ne dérangeant pas vraiment ce dernier. Il tourna la tête, puis la baissa afin de pouvoir regarder la jeune femme.

_Continuons.  

C’était presque amusant. Il aurait peut-être dut aller comme garde du corps, plutôt que tueur à gage.
avatar
Keros Yüeh Jadziah

Messages : 16
Date d'inscription : 15/02/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Festival des Fleurs (EVENT)

Message par Tina le Mer 26 Sep - 16:14

_Bonjour … Kaarasu.

_Tina, bien sûr. Je me rappelle vous avoir vu à la mascarade. Vous étiez éblouissante.

Il ne parlait pas de leur entrevue d’après ce soir ? Parfait. Ni Nô, ni Sarielle n’avait besoin d’entendre cela. Sa vie de mafieuse était derrière elle, même si on ne se débarrassait jamais complètement de ses démons et encore moins de cette vie.
Mafieux un jour, mafieux toujours.
D’ailleurs, c’était grâce à des magouilles qu’elle avait une nouvelle identité à présent, avec une nouvelle perspective de carrière, un nouveau foyer où elle pouvait élever sa fille en toute sécurité.

_Ce sont de très jolies fleurs que tu as là. Peux-tu me dire où tu les as trouvées… ?

Avec son amabilité naturelle, Sarielle s’approcha de cet homme pour lui offrir une de ses fleurs. Tina l’observa. Elle n’aimait absolument pas ce rapprochement entre sa fille et cette vermine, mais n’y pouvait pas grand-chose.

_C’est la gentille dame qui a fait ma couronne qui me les as donnés!

La petite prit la main de Kaarasu et commença à l’entrainer vers ladite dame. Le sang de Tina ne fit d’un tour. Elle avait l’impression que sa gamine se jetait dans la gueule d’un requin affamé.
La brune suivit rapidement le mouvement. Hors de question de laisser sa fille avec ce type, ne serait-ce qu’une seule seconde, tant pis pour la politesse et la bonne entente !

_Juste ici, Kaarasu!

Arrêtés, la jeune femme tira sa fille vers elle, l’obligeant à lâcher le japonais. Tina regarda Sarielle, sévèrement. Bien décidée à être une mère et non une copine. Sa voix était calme mais elle faisait bien comprendre à sa fille qu’elle n’était pas contente :

_Sarielle. Je t’ai déjà dis cent fois de ne pas être si familière avec les personnes que tu ne connais pas, surtout les adultes. Même si ce sont des amis de papa et maman.

La petite fille se mit à faire des yeux de crocodiles mais Tina détourna le regard. Ça lui faisait de l’effet mais elle n’allait pas céder. Si sa fille se retrouvait en face d’un kidnappeur ou un pédophile, et qu’elle le suivrait aveuglement, hein ? Tina savait qu’elle pourrait la retrouver mais qui sait quelle horreur elle allait subir en attendant ? Elle n’était qu’une enfant insouciante et quitte à être le méchant flic pour qu’elle le reste, Tina serait donc le méchant flic.
La brune fit un signe de tête à l’enfant pour qu’elle aille voir la dame aux fleurs, la gardant quand même en visuel, voulant un instant avec ledit Kaarasu.
Elle n’avait aucune confiance en lui, elle ne le connaissait pas et ne savait pas s’il était réellement un bon ami de Nô ou s’il se servait de lui. Le visage blanc de Tina était totalement froid et méprisant lorsqu’elle posa son regard sur le japonais.

_Je ne sais pas sur quel pied tu danses mais évite d’empiéter sur mon espace vital comme la dernière fois. Tu es peut-être l’ami de Nô, ou peut-être pas. Mais en tout cas tu n’es pas le mien et s’il arrive quoique se soit à lui ou Sarielle …

Elle se rapprocha, continuant s’encrer son regard venimeux dans le sien si désinvolte. Il n’avait pas peur, il était sans doute habitué à cela. Mafieux de malheur …

_Je te tue.

Sa journée était vraiment mauvaise finalement. Une foule, du brouahah, la personne qu’elle aimait en compagnie d’une autre qui lui faisait horreur, sa fille qui ne l’écoutait pas … Elle aurait mieux fait de rester avec Irinushka dans son manoir de campagne.
Peut-être qu’elle devrait, finalement …

_Je pense que tu sais très bien que je le ferais. Je n’ai rien à perdre.

Non absolument rien. Le fait qu’il dise à Nô qu’elle tuait des gens ? Elle se ferait une joie de lui dire que son soi disant bon ami vend des informations pour que les gens se tuent entre eux justement. Le dire à Sarielle ? Elle resterait sa mère, qu’elle soit une tueuse ou non. La vendre à la police ? HellRoy pourrait arranger cela très facilement, au pire Irinushka la ferait disparaitre et elle recommencerait sa vie ailleurs avec sa famille.
Sa maison ? Futile.  Son emploie ? Elle pouvait pratiquer ailleurs.
Rien à perdre.
Elle avait le sang-chaud et ça faisait bien trop longtemps qu’elle n’avait pas frappé quelqu’un, cette crevette ferait un bon défouloir si elle le voulait, et comme ça elle apprendrait à sa fille que dans la vie, il faut se défendre et défendre ce qui nous tiens à cœur.
Alors était-il assez bête pour la menacer en retour ou lui dire quoique se soit ?

Heureusement, il n’y eut pas de longue joute verbale puisse que Sarielle revint avec un collier de fleur pour Kaarasu.
Nô revint assez rapidement, l’air un peu évasif.

_Ce n’est pas vraiment amusant, ici, hmm? Allons plus loin…

Tina était furieuse mais força le sourire avant d’acquiescer. Elle alla régler la dame et suivit les deux garçons, tenant sa fille par la main, l’obligeant à rester prêt d’elle et à l’opposé de Kaarasu.

_Papa ! Maman ! Est-ce qu’il y a des manèges ?

Tina ne préféra pas répondre, parce qu’elle n’en savait rien. Elle tourna la tête vers Nô qui devait être certainement plus informé que lui.
avatar
Tina

Messages : 100
Date d'inscription : 28/01/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Festival des Fleurs (EVENT)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum