boobies ? [PV : Oryline]

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: boobies ? [PV : Oryline]

Message par Tina le Dim 18 Sep - 11:48

_Alors, qu'est-ce qu'on fait ? On papote ou on s'entre-tue ?

Oryline ne resta pas tranquille et se remit debout, Tina n’aimait pas trop ça, Oryline était trop grande. Elle s’approcha de la jeune tueuse, se collant à elle. Tina sentit deux petites choses dures se coller à sa poitrine. Elle venait de se rendre compte d’une chose ; cette proxénète était à demie nue et décoiffée, elle venait donc de faire une partie de jambes en l’air juste avant sa visite …
Tina leva les yeux vers ceux de la jeune femme. Elle avait un air obscène, malsain mais pas le genre « j’ai envie de te tuer » plutôt un air qu’elle retrouvait dans la gente masculine. Tina prit une mine sévère mais plus par dégoût que par crainte.
Déjà qu’elle n’aimait pas les hommes, elle aimait encore moins les femmes. Et puis faire l’amour c’était salissant.

_ Je vois que tu ne plaisante pas et pour la première fois depuis notre rencontre, je vais te prendre au sérieux Sweety, bravo.

Tina ne broncha pas, heureusement qu’elle allait la prendre au sérieux, ça aurait délicat de s’enfuir en 10 minutes en vérité. La sirène approcha son visage de celui de Tina qui eut un mouvement de recul avant de se raidir.
Allons allons elle ne va pas t’embrasser quand même … si ?
Oryline lui murmura au creux de son oreille alors :

_ Mais moi j’ai une troisième idée, si tu veux bien être réceptive je suis certaine que cela te plaira…

Cette dernière planta alors sa bouche pulpeuse sur le coup pâle de Tina qui serra les poings. Elle n’a jamais eut aucune alchimie avec personne, les plaisirs sexuels ça devait pas être son truc (ce qui est étrange pour un être humain).
Restant de glace, elle laissa Oryline se relever (sans la frapper) pour la regarder de ses grands yeux de rubis.

_ Moi aussi j’avais amené un joujou…

Oryline s’écarta et  ce mouvement de recule entraîna légèrement le bras de Tina par quelque chose de froid comme du métal.

_Mais qu’est-ce que … ?
_Tu avais l’air de t’y connaître en gang bang, je me demande ce qu’il en est du fétichisme.
_Qu’est-ce que … Enlève moi ça ! Enlève ça tout de suite ! Je ne joue pas avec toi !

Tina commença à tirer sur les menottes comme si ça pouvait changer quoique se soit. Elle s’est bien faite avoir, comme une débutante. Elle n’aurait  pas du jouer dans la même cours que cette femme avide de chaire. Elle s’est brûlée à trop jouer avec le feu.
Verte de rage, la belle planta un regard de mépris et de colère vers la sirène.

_Tu penses vraiment que tu m’intéresses ?

Tina se calma et sa mine devint plus sombre. Si elle pouvait elle étranglerait cette maudite femme. La jeune tueuse  se redressa et malgré la différence de taille, elle prit son interlocutrice de haut.
Elle pouvait toujours courir pour faire quoique se soit ensemble.

_ Je veux seulement des informations, toi je n’en ai absolument rien à faire. Et je ne te donnerais aucune satisfaction à ce niveau là. Et pour dire vrai, toi non plus. Tu peux aller voir ailleurs.
avatar
Tina

Messages : 80
Date d'inscription : 28/01/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: boobies ? [PV : Oryline]

Message par Oryline Waster le Mer 25 Oct - 12:31

_Qu’est-ce que … Enlève moi ça ! Enlève ça tout de suite ! Je ne joue pas avec toi !

La jolie brune tenta de se dégager de l’emprise métallique des menottes, en vain bien évidemment. Si celles-ci pouvaient ressembler à certains de ces accessoires de bondage bon marché, il n’en était rien. Pourquoi ne serai-je pas exigeante à ce niveau là également pensa Oryline. Elle les avait trouvé il y’a de cela de nombreuses années pour s’amuser avec son amant de l’époque, un jeune homme sombre et porté sur des pratiques peu conventionnelles. La serrure était à toute épreuve et à moins d’en avoir la clé, elles seraient obligés de les faires couper. Oryline souriait, assez amusée de la situation dans laquelle elles se trouvaient à présent et le regard emplit de haine que lui lança la brunette ne la fit pas changer d’avis le moins du monde, bien au contraire.

_ Tu penses vraiment que tu m’intéresses ?


Non. Oryline n’était pas stupide au point de l’imaginer ne serait-ce qu’une seule seconde. Que ce soit en tant qu’espione ou propriétaire de maison close, elle avait apprit à déchiffrer les signaux corporels comme personne et avec elle l’évocation du désir charnel se passait de mots. Mais toi tu pourrais faire geler un iceberg en t’asseyant dessus… pensa-t-elle ironiquement en jettant un regard condescendant à la brunette, ses lèvres pulpeuses se tordant dans un petit rictus moqueur. Tu as beau être un canon, tu restes d’une pauvreté d’âme….

_ Je veux seulement des informations, toi je n’en ai absolument rien à faire. Et je ne te donnerais aucune satisfaction à ce niveau là. Et pour dire vrai, toi non plus. Tu peux aller voir ailleurs.

En entendant ces mots Oryline éclata d’un petit rire, se cachant gracieusement la bouche de ses doigts fins.

_ Mais pauvre Sweety… ça doit être dur de se penser le centre du monde…

Elle plongeant son inquiétant regard pourpre dans celui de la jeune femme.

_ Tu es très belle et je pense que tu en as pleinement conscience, ce qui me plait effectivement, néanmoins… Ce n’est pas toi qui m’intéresse.

Elle tira soudain sur les menottes, attirant la jeune femme contre elle et tordant vigoureusement son bras dans son dos comme elle avait pu le lui faire peu de temps auparavant. De sa main libre elle lui arracha son arme avec une dextérité dont on ne l’aurait certainement pas imaginé capable.

_ Merci Honey lâcha-t-elle doucement au creux de son oreille.

Elle posa ensuite résolument le canon de l’arme sur la nuque pâle et délicate de son adversaire. Elle souriait toujours mais ses mots se faisaient froids et tranchants comme des lames.

_ Alors voilà ce qu’il va se passer à présent, pour notre intérêt à tous, tu vas être une gentille fille et enlever cette chose du mur de ma cabine car , et je te le jure, si tu nous fais sauter tu le regretteras douloureusement.

Elle appuya sur l’arme pour en enfoncer légèrement le bout froid dans la peau de la jeune femme.

_ Je te promets de sauver nos deux peaux juste pour avoir le plaisir de souiller la tienne par la suite.

Elle lui donna un coup de genoux dans le dos , la faisant avancer vers le petit dispositif qui clignotait toujours, menaçant. La porte s’ouvrit soudain à la volée et un tout jeune homme entra alors, paniqué. Il ne sembla pas remarquer l’étrange position des jeunes femme tant il était affolé.

_ Maîtresse! Nous sommes attaqués!

Orilyne perdit soudain toute trace de sourire et son visage angélique s’assombrit alors.

_ Faites évacuer la clientèle sur le champ et prenez les armes, nous ne céderont pas notre bâtiment à la mafia, je resterai leur épine dans le pied aussi longtemps que nécessaire!

A peine eut-elle terminé sa phrase qu’un coup de feu résonna. Le corps du garçon tomba alors inerte aux pieds des deux femmes, dévoilant une silhouette imposante vêtue d’un capuchon noir. Le visage de l’individu était couvert d’un étrange masque en métal à la forme d’un crâne de corbeau décharné. La voix qui en sortit alors était une sorte de miaulement grinçant et hystérique.

_ La mafia? Nous ne faisons pas partie de cette vermine là, je regrette hihihi…

Orilyne se pencha alors doucement à l’oreille de Tina, murmurant avec ironie.

_ Ah oui? Tu ne connais pas ce charmant monsieur?
avatar
Oryline Waster

Messages : 12
Date d'inscription : 13/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: boobies ? [PV : Oryline]

Message par Tina le Mer 25 Oct - 14:33

_ Je veux seulement des informations, toi je n’en ai absolument rien à faire. Et je ne te donnerais aucune satisfaction à ce niveau là. Et pour dire vrai, toi non plus. Tu peux aller voir ailleurs

La sirène se mit à rire, mettant ses doigts devant sa bouche, montrant un comportement très féminin. Tina resta de marbre, continuant à fixer la jeune femme dans les yeux.

_ Mais pauvre Sweety… ça doit être dur de se penser le centre du monde…

Non pas vraiment. Dans le monde de Tina, il n'y avait pas de place pour les autres. Ayant toujours vécu pour sauver sa vie, celle des autres est devenu rapidement … négligeable. Et une demoiselle en plus ou en moins ne changerait rien à cela. Surtout que Tina n'avait pas eut d'adversaire aussi redoutable depuis un moment, elle n'arrivait pas à prévoir les mouvements de celle-ci; ni ses pensées, ni ses actions. Cela ne faisait aucun doute qu'elle fut des services secrets.

_ Tu es très belle et je pense que tu en as pleinement conscience, ce qui me plait effectivement, néanmoins… Ce n’est pas toi qui m’intéresse.

Ah ? Une bonne chose. Tina trouvait ça vraiment trop répugnant, même si elle gardait tout de même un bon souvenirs de sa jeunesse à ce niveau là. Mais sa partenaire ne l'attirait vraiment pas, même si elle était très belle et avantageusement formée.
Alors que Tina fixait Oryline dans les yeux, elle ne sentit que trop tard que la maîtresse des lieux l'avait attiré vers elle pour lui faire une clé de bras à son tour. La brune allait utiliser son arme pour mettre fin à cette mascarade mais la sirène aux cheveux bleus fut beaucoup plus efficace et s'empara du pistolet de son "invitée".

Elle lui murmura un "merci" très suave dans l'oreille. Tina fronça d'avantage les sourcils en sentant le contact de son souffle contre sa peau. Elle était vraiment très énervée à présent et aurait bien étranglée la propriétaire des lieux, mais celle-ci avait une énorme force.
Tina finit par sentir quelque chose de froid dans sa nuque. Elle devina rapidement qu'il s'agissait de sa propre arme que lui avait habilement enlever son adversaire.
Sournoise …

_ Alors voilà ce qu’il va se passer à présent, pour notre intérêt à tous, tu vas être une gentille fille et enlever cette chose du mur de ma cabine car , et je te le jure, si tu nous fais sauter tu le regretteras douloureusement.

Tina esquissa un sourire. Mais si la cabine sautait avec elles, comment allait-elle le lui faire douloureusement regretter ?
Malgré les apparences, Tina se sentait en position de force. Et vu le désire alarmant de la demoiselle à demi-nue, elle savait que ce petit bijou technologique était à la pointe de la révolution et que son efficacité d'explosif … admirable.
Alors que Tina riait intérieurement de cette situation, qui semblait à son désavantage, elle sentit la prise de son adversaire se resserrer et le métal froid s'enfoncer dans sa peau, affirmant que la détenteuse de l'arme ne plaisantait pas.

_ Je te promets de sauver nos deux peaux juste pour avoir le plaisir de souiller la tienne par la suite.

Tina continua de sourire, mais ne le montrait pas à Oryline. Elle aurait tout de même voulus voir les yeux rubis de la demoiselle s'embraser à la seule idée d'y laisser sa peau et sa carrière.
Tina sentit un coup dans son dos, qui l'obligea à avancer vers le dispositif afin de le désactiver. La demoiselle riait encore intérieurement. Cette proxénète pouvait toujours courir ! Si elle croyait vraiment que des menaces lui faisait peur et perdre tout ses moyens ?
Elles étaient toutes deux bien entraînées pour ce genre de circonstance, mais ça, peut-être qu'Oryline ne l'avait pas remarqué. Et c'était très avantageux.
Alors que Tina se faisait des réflexions sournoises, la porte s'ouvrit violemment et un jeune homme, qui avait l'air à peine majeur, les interrompus, paniqués.

_ Maîtresse! Nous sommes attaqués!

Attaqués ? Tina n'avait pourtant pas demandé de renforts, elle travaillait seule. Peut-être était-ce les forces spéciales qui voulait ramener leur poisson de compagnie à la maison ? Ou alors la grande dame avait plus d'ennemis qu'elle ne le laissait croire ?
Dans tout les cas, cette attaque tombait très mal. Tina n'était pas en position de se défendre et Oryline pourrait se servir d'elle comme bouclier humains afin de se frayer un chemin pour s'enfuir. Ce n'était pas bon tout ça.

_ Faites évacuer la clientèle sur le champ et prenez les armes, nous ne céderont pas notre bâtiment à la mafia, je resterai leur épine dans le pied aussi longtemps que nécessaire!

Mais le jeune homme n'eut même pas le temps de se retourner qu'il fut abattu. Le tireur était indescriptible. Il portait un capuchon noir avec un masque métallique de corbeau.
C'était quoi ça ? La tenue d'un nouveau gang ? Tina n'avait jamais entendu parlé d'un homme se baladant ainsi. Il était nouveau ? Pourtant il semblait expérimenté et intelligent pour être venu jusqu'ici sans que les hommes d'Oryline ne puisse lui mettre la mains dessus.

_ La mafia? Nous ne faisons pas partie de cette vermine là, je regrette hihihi…


La propriétaire demanda alors à la brune si elle connaissait cet homme.
Mais ladite brune était bien trop occupée à trouver un plan pour se sortir de là qu'elle préféra ne pas répondre à la demoiselle au cheveux bleus.

Tina regarda l'homme, puis le cadavre, et finalement la porte.
La tueuse donna un violent coup de pied dans la porte pour la refermer rapidement et utilisa habilement le bout de son talon pour mettre le verrou. La porte semblait épaisse et blindée, elle résisterait surement aux tirs de l'assaillant à l'extérieur.
Tina se tourna, comme elle le pouvait, vers Oryline qui ne l'avait pas lâché malgré l'intervention de l'inconnu, et lui affirma, avec un sérieux et une urgence à ne pas négliger :

_Cette conversation attendra. Si tu veux sauver ton bateau, il va falloir me libérer.

Même si dans les services secrets ont devait certainement apprendre à voir les menteurs, et que Tina était sincère à ce moment là, la jolie brune désactiva le dispositif clignotant vocalement en guise de bonne fois avant de se tourner une nouvelle fois vers Oryline pour voir sa réaction. La proxénète devait vite se décider.

_A présent je pense être le cadet de tes soucis.
avatar
Tina

Messages : 80
Date d'inscription : 28/01/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: boobies ? [PV : Oryline]

Message par Oryline Waster le Mer 25 Oct - 17:02

_ Cette conversation attendra. Si tu veux sauver ton bateau, il va falloir me libérer.

Orilyne se sentait brusquement piégée. D’une part à l’intérieur de cette chambre mais aussi dans les possibilités qui s’offraient à elle. Sauver son bateau, elle y tenait, bien entendu. Ce repère était le symbole de sa nouvelle vie, de sa liberté durement acquise et elle ne souhaitait pas le voir brûler. D’un autre côté, morte elle ne pourrait plus avoir d’avis sur la question… Elle posa ses yeux sur la brunette qui entreprit de désamorcer la bombe qu’elle avait posé. La libérer? Malgré le geste encourageant de sa captive Oryline resta impassible. La confiance ce n’était pas son point fort… ça ne l’avait jamais été. Elle détestait ne pas avoir le choix, elle se sentait à nouveau manipulée et sans défenses comme elle avait pu l’être maintes fois avant sa guérison.  Que faire? Qui lui disait qu’après avoir aidé cette femme à se sortir de cette situation périlleuse elle n’allait pas tout bonnement la poignarder dans le dos.C’est sans aucun doute ce qu’elle va essayer de faire...J’en suis certaine. D’un autre côté avait-elle vraiment le choix…. Elle jetta un coup d’oeil inquiet aux menottes. De l’acier des plus solides oui… presque indestructible...Cela allait être des plus rocambolesque… Oryline sentait que la jeune femme attendait sa réponse et à vrai dire elle hésitait toujours quand celle-ci finit par lui faire remarquer:

_A présent je pense être le cadet de tes soucis.

  Oh mais ne te minimise pas ainsi chaton, pensa Oryline en la dévisageant avec une moue las. Elle finit par soupirer, plongeant ses yeux dans ceux de la jeune femme.

_Je n’ai pas la clé et tu viens de bloquer notre sortie. Je suis désolée de te l’annoncer mais il ne nous reste qu’une seule option et cela ne te plaira pas.

Au même moment quelque chose défonça le bois massif de la porte, un objet métallique semblable à une scie circulaire commençait à la débiter.

_Ok, pressons-nous fit Oryline en entraînant la belle brune à sa suite.

Elle la mena jusqu’à une armoire qu’elle ouvrit, fouillant entre les différentes piles de linges qui s’y trouvaient, avant d’en sortir une petite clé.  Elle s’approcha ensuite du tapis qui se trouvait près de son lit, le repoussant d’un geste du pied. Là une trappe se dessinait sur les planches du parquet en bois clair. Elle s’agenouilla, obligeant sa comparse à faire de même, ouvrant la trappe à l’aide de la petite clé récupérée plus tôt. Elle souleva le petit battant, dévoilant une échelle en bois qui s’enfonçait dans la coque du navire.

_ Passe en premier, je te rejoint sur le premier barreau, on va devoir descendre en même temps.

Une fois descendue dans cet étrange abris, Orilyne s’empressa de refermer la trappe, veillant à ce que le tapis soit bien en place et donnant un tour de clé dans une deuxième serrure située à l’opposé de la première.
A peine eut-elle terminé qu’elle entendit des pas dans la pièce au dessus d’elles. Des raies de lumière éclairaient encore son visage et elle fit signe à l’autre jeune femme de de commencer à descendre en silence.
Cette descente se révéla longue et périlleuse, l’entrave que représentait les menottes ainsi que l’obscurité leur compliquait réellement la tâche. Une fois en bas cependant, Oryline pû parler à nouveau.

_ Je gardais cette sortie en cas d’attaque de la mafia mais finalement me voilà qui fuit  avec elle, c’est ironique…

En ce lieu l’humidité reignait avec force et Oryline ne tarda pas à montrer la cause. Un tuyau d'évacuation. En se penchant au-dessus de ce puit, les jeunes femmes pouvaient voir les flots sombres qui s’agitaient sous la coque du navire.

_ Nous y voilà… murmura la sirène.

Elle lança un regard amusé à l’autre jeune femme.

_Il va falloir te déshabiller Sweaty…
avatar
Oryline Waster

Messages : 12
Date d'inscription : 13/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: boobies ? [PV : Oryline]

Message par Tina le Mer 25 Oct - 18:46

_A présent je pense être le cadet de tes soucis.

La propriétaire des lieux finis par prendre une décision.

_Je n’ai pas la clé et tu viens de bloquer notre sortie. Je suis désolée de te l’annoncer mais il ne nous reste qu’une seule option et cela ne te plaira pas.

Décision qui ne les avançait pas …
Mais la porte commença à se faire percer. Il fallait très vite trouver une solution où elles avaient toutes les deux y passer !

_Ok, pressons-nous

Pas trop tôt.
La suite des événements se passa très rapidement. Oryline montra une trappe sous son lit et les demoiselles descendirent, tant bien que mal avec leurs liens. Très mal en somme.

_ Je gardais cette sortie en cas d’attaque de la mafia mais finalement me voilà qui fuit  avec elle, c’est ironique…


Très ironique même. Tina ne s'attendait pas à devoir remettre sa vie entre les mains de quelqu'un d'autre qu'elle-même. Cette idée lui donnait la nausée, mais elle n'avait pas vraiment le choix maintenant.
La demoiselle aux yeux émeraudes du rapidement effacer cela de ses pensée pour se concentrer sur la source qui rendait le lieu si humide. Un tuyau d'évacuation qui passait sous la coque du bateau. C'était un bon plan de secours il fallait l'admettre, surtout lorsqu'on était une mutante et donc capable de respirer sous l'eau et de supporter les fortes pressions aquatiques.
Mais ce n'était pas évident pour le commun des mortels.

_ Nous y voilà … Il va falloir te déshabiller Sweaty…

Tina ne tilta pas tout de suite. Mais lorsqu'elle comprit que ce n'était pas une blague, elle se tourna avec un visage irrité vers la sirène.
Elle comptait la sauver ou la violer au juste ?
Tina se tourna vers la surface. Les individus n'allaient pas tarder à trouver la petite planque de la grande femme et la percer, tout comme la porte.
Il fallait avouer qu'avec la pression de l'eau, la distance avec la surface, le fait d'avoir un poids mort accrocher à soi, et biens d'autres points négatifs, il fallait mieux se décharger un maximum.
Forcée d'admettre que c'était le meilleure moyen, Tina arracha la manche de sa veste qui la liait à Oryline et commença à se dévêtir. Sa peau était si blanche qu'elle semblait luire dans l'obscurité. Malgré sa vie chaotique, elle n'avait aucune séquelle physique, comme si même son corps s'était entraîné tout sa vie à cacher sa douleur et son passé. Des douleurs qui se refléteront plus tard …
Une fois débarrassé de sa dernière botte, Tina était en sous-vêtement. Sachant que la sirène était certainement nue sous son peignoir, elles étaient un peu à égalité.

_On va pas y passer la nuit. A par si tu préfères perdre ton bateau.

Tina prit l'arme que lui avait voler Oryline pour mettre la sécurité et le caler entre ses seins dans son soutien-gorge. Espérant qu'il allait tenir dans l'eau et tenir tout court. Puis la brune commença à mettre un pieds dans le puits.
Elle était gelée.
Tina détestait l'eau froide. Elle ne craignait pas le froid en général, se promener sous la neige ne lui procurait aucune peine, mais alors se baigner dans de l'eau froide était insupportable. La demoiselle sera les dents pour ne pas jurer, insulter l'univers entier et ne rien laissait paraître. Elle finit par engouffrer son corps entier dans le puits, suivit d'Oryline qui ne semblait pas avoir de peine avec ça.
Tina prit un grand bol d'air avant de plonger avec sa camarade. Il faisait si sombre dans l'eau et malgré ses coups de brasses, Tina sentait la pression de l'eau lui percer les tympans, lui compresser la tête, et Oryline était deux fois plus rapide qu'elle, ça lui tirait fortement sur le poignet.
A quelques mètres de la surface, Tina manquait de souffle. Voyons. Elle a été entrainé à ça. C'était des souvenirs douloureux que ses punitions où on lui mettait la tête sou l'eau jusqu'à l'évanouissement, mais ça lui a permis d'obtenir une grande apnée et savoir conserver sa respiration jusqu'au dernier moment.

Elles finirent par arriver à la surface. Tina prit une grande bouffée d'air alors que les tirs sortaient même de l'établissement. C'était un vrai champ de batail.
Les deux filles nagèrent jusqu'au port où Tina tua les ravisseurs qui les visait. Elles remontèrent, pas aussi rapidement qu'elles l'auraient voulus à cause de leur lien, et commencèrent à s'engouffrer à l'intérieur alors que Tina tuait tout ce qui portaient des masques étranges. Il fallait rapidement s'armer, les balles manquaient.

Les filles réussirent à rejoindre un groupes d'employés utilisant les tables renversées comme bouclier. Ces derniers ne semblaient pas tant choqués de voir leur patronne quasiment nue ( en plus avec l'humidité, son peignoir lui collait tellement qu'on avait l'impression qu'elle l'était).

_Toi, donne moi ça.

Tina arracha violemment une mitraillette à un des hommes, se redressa de la cachette, calla l'arme sous son bras, parce que l'autre était accroché à la sirène, et se mit à tirer frénétiquement sur l'ennemis, en abattant une bonne poignée avant de se cacher de nouveau et fusiller Oryline du regard.

_Tu penses vraiment qu'on peut être efficace ainsi accrochée ? Il faut couper les menottes !
avatar
Tina

Messages : 80
Date d'inscription : 28/01/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: boobies ? [PV : Oryline]

Message par Oryline Waster le Jeu 26 Oct - 6:24

_On va pas y passer la nuit. A par si tu préfères perdre ton bateau.

Oryline était bien d’accord, à vrai dire, avec ce que venait de lui dévoiler la jeune femme elle aurait bien pû être d’accord avec à peu près n’importe quoi en cet instant. Ce corps… un ventre plat, de longues jambes, cette poitrine ferme…. et ces fesses! Je pourrais manger dessus… pensa-t-elle, se sentant saliver. Sa faim était revenue et plus que jamais elle convoitait cette mystérieuse jeune femme dont elle ne connaissait toujours pas le nom. Elle sentit son corps se tendre légèrement puis se mettre à frissoner de désir. Elle s’imaginait déjà peau contre peau avec cette humaine qui semblait être taillé dans l'albâtre, ses lèvres dans son cou et ses mains caressant ses formes parfaites. Ses rêveries lubriques furent soudain interrompues par le clapoti de l’eau.La jeune femme entrait déjà dans l’eau glacée, retenant son souffle.Oryline leva la main, voulant l’interrompre mais se ravisa. Aussi belle soit-elle cette femme était une garce alors elle pouvait bien se passer d’une mutante pour nager sous un bateau. Elles plongèrent donc toutes deux dans les eaux noires du port.Oryline avait l’impression de trainer la petite brune et ralentissait donc légèrement pour ne pas la noyer. Une fois à la surface, elles entreprirent de remonter à bord du bâtiment. Tina prenait soin d’éliminer chaque adversaire qui se dressait sur leur route.

_ Toi, donne moi ça.Fit-elle en arrachant son arme à un des hommes masqués.

Oryline s’empara à son tour d’une mitraillette et, se plaça dos à dos avec la brunette, tirant en rafale à travers le hall, faisant presque autant de morts qu’elle. Se plaçant à l’abris elle remarqua que sa comparse la fusillait du regard. Elle s’interrogea alors . Que s’était-il passé ? Etait-ce à cause de sa tenue? De l’eau glacée? Des ennemis armés jusqu’aux dents?

_ Tu penses vraiment qu'on peut être efficace ainsi accrochée ? Il faut couper les menottes !

Aaaaah les menottes...Oryline lui offrit un sourire entendu.

_ Bien entendu trésor, dit moi, tu n’aurais pas une pince coupante dans ta culotte tant que nous y sommes non?
Agacée, la propriétaire se releva et fit trois victime, impitoyable.
_ Barrez vous de mon bâtiment… grogna-t-elle.
La grande silhouette encapuchonnée vue plus tôt fit soudain son apparition. Son aura était telle qu’il semblait aspirer la lumière qui l'entourait. Il se tourna avec rapidité vers Oryline et tira. La grande dame poussa un couinement et lâcha son arme. Son épaule venait d’être touchée. Il s’approcha des deux femmes, les tenants en joue à une distance raisonnable. Sa voix grinçante se fit entendre.

_ Miss Waster, je suis navré , je ne voulais pas faire cela mais…

_Maîtresse!

Un éclair roux passa alors devant-elles et sans qu’elles aient pû comprendre, un genre de femme renarde venait de bondir sur leur assayant, le faisant trébucher. Le blaster de l’homme glissa sur le sol et Oryline s’empressa de le récupérer tandis que la petite renarde se démenait au dessus de son adversaire. Une fois dans dans une position favorable elle releva sa robe pour se saisir d’une lame attachée contre sa cuisse et la leva au dessus de sa tête, prête à frapper. Oryline allait la rejoindre mais quelque chose de chaud atterrit soudain sur son visage. Les yeux de la sirène s’agrandirent d’effroie. Le corps frêle de leur sauveuse venait de se faire transpercer par le bras de leur ennemi qui en tenait le coeur encore battant entre ses doigts. Il lâcha l’organe qui vint s’écraser sur le sol dans un bruit spongieux puis retirra son bras de la cavité qu’il venait de créer. Se levant, il se mit à avancer vers elles.Oryline se mit à tirer, mais les balles semblait ricocher sur la silhouette encapuchonnée. Elle vida entièrement le chargeur sur lui mais en vain, il effectua un petit bond pour se rapprocher d’elle, la saisissant à la gorge. Son masque devait être endommagé car  sa voix était différente à présent elle semblait grave et profonde.

_Ne me force pas à me mettre en colère Oryline, tu…

_Ah non, c’est Waster pour toi. Non, c’est même Miss Oryline Waster.

L’homme sembla un moment déstabilisé par l’applomb de la jeune femme mais il finit par resserer sa prise.

_Je ne veux pas vous faire de mal…

_ Alors que voulez-vous?! Rugit la propriétaire, révélant enfin la colère qui la dévorait. Prenez tout ce que vous voulez mais laissez mon équipage s’en aller!

A travers le masque, deux yeux l'observaient sans ciller.

_ C’est vous que nous voulons.
avatar
Oryline Waster

Messages : 12
Date d'inscription : 13/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: boobies ? [PV : Oryline]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum