Saloperie de barman. /SOLO/

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Saloperie de barman. /SOLO/

Message par Philibert le Ven 7 Avr - 20:06

La salle était relativement vide, étrange pour un milieu d'après midi un vendredi. Quelques clients parsemés et isolés se contentait de vider leur boissons plus ou moins alcoolisés tandis que trainait seul au comptoir Philibert, vidant d'un seul coup son quatrième shooter de tequila, sans lécher le sel avant ni mordre la rondelle de citron après, il se contentait du liquide amer qui lui brûlait la gorge.
Les derniers boutons de sa chemise était défait, sa cravate déserre, il ne bougeait que pour poser le verre en marmonnant :

" - un autre. "

Le barman le toisa rapidement, et sans discuter, sorti un nouveau shooter qu'il remplit une nouvelle fois, après tout c'était avantageux pour son chiffre d'affaire.
La main du feignant agrippa le conteneur tandis qu'il soupirait une fois de plus. Putain, celle la il ne l'avait pas vu venir.
Il vida le contenu de ce maigre récipient encore plus rapidement que les autres, et ramena le verre violemment contre le comptoir, ce qui fit sursauter un client au loin dans la salle.
Le barman se tourna et sourit, il connaissait vaguement le bonhomme, pour tenter d'apaiser un peu l'esprit de son client il commença la discussion :

" - Alors Phili, comment avance ta quête anti dealer ? "

Le brun ne redressa pas la tête, se contentant que le comptoir la supporte :

" - Boah j'y étais presque. A une photo près... "

Le gérant arqua un sourcil, ce que racontait le jeune homme n'avait aucun sens, était il déjà complètement ivre ? Peut être qu'il ne devrait plus le servir.
Mais pour Philibert tout était cohérent à ce moment précis, il se souvint très clairement de ce qu'il trouva sur la table de la cuisine en rentrant chez lui,dans cette enveloppe.
Il se rappela l'ouvrir, regarder la seule et unique photo qu'elle contenait. Celle de sa patronne, Soo Lin, dans un salon d'opium, consommant le menu qui lui était propose et embrassant une jeune femme. Il se remémora la note qu'il avait range dans sa poche depuis, indiquant que ce barman avait indiqué le bar d'opium à sa boss, réduisant à néant tout le travail qu'il avait fait, si seulement il avait connu ce bar.
La seule chose qu'il ne comprit pas sur le coup en découvrant toutes ces informations fut sa réaction, il était énervé d'avoir du se remuer pour rien, mais au même moment empli d'une tristesse étrange et profonde en voyant les lèvres des deux femmes se collaient, tristesse qu'il tentait de combler en ingurgitant toute cette tequila , mais l'alcool ne faisait que la transformer en colère qui montait de plus en plus, il jetait de l'huile sur le feu :

" - Un autre..."

Le barman hésitant cette fois ci, tenta de trouver une excuse pour ne pas avoir à resservir l'homme de main sans s'attirer la foudre, mais pour lui C' était déjà trop tard.

" - Mais tu as de quoi payer au moins ?

- C'est toi qui va payer."

De sa vitesse presque surnaturelle, le brun saisit le gérant à l'arrière du crabe, et vint lui exploser avec férocité la tête dans le comptoir qui les séparait.
La réaction des clients ne se fit pas attendre, ils s'enfuirent comme des lapins, laissant leur consommation sur la table.
Philibert s'abaissa pour pouvoir parler au creux de l'oreille de sa victime, et lui souffla d'un ton froid :

" - Ne t'évanouis pas déjà. Je vais te briser les os de chacun de tes membres, en commençant par les genoux pour que tu ne t'echappes pas, une fois fait je te détruirais les cotes avec le pied de ce tabouret, avant de te déformer à jamais la chose qui te sers de visage de mes propres poings. Tu as voulu joué petite merde, tu as perdu. "

*******************************************

Une petite demi heure passa, après quelques cris de douleur, la place était redevenu d'un calme pesant. Seuls témoin du chaos précédant ce moment, des meubles cassés jonchaient le sol la et la. Le barman était étendu, couvert de sang sur une de ses propres tables, sur la table de devant sans aucune egratinure était avachi l'homme de main, ayant désormais remplace les shooters par la source, les bouteilles. Une complètement vide roula au sol et vint se briser tandis que le brun atteignait la moitie de sa deuxième au moment où une voix familière l'interpella :

" - Et bien comme à mon habitude, je suis surpris de ton efficacité mon cher Philibert."

Le jeune homme soupira en regardant le plafond se tordre dans son champ de vision, pas la peine de se retourner, il connaissait trop bien la voix de Jeannette. Celle ci vint s'asseoir face à lui, enjambant les flaques de sang avec délicatesse.

" - Je vois que tu as pas attendu pour te servir de mes infos. Tu es satisfait désormais ?

- M...Même pas..."

La mafieuse passa sa main dans ses cheveux en émettant un charmant sourire coupe d'un petit soupir :

" - Phili... pourquoi tu te donnes autant de mal pour elle ? Tu es pas fatigue de faire autant d'efforts qu'elle s'efforcé elle meme de détruire ? "

Le jeune homme ne répondit pas, il se contenta de lâcher sa bouteille, qui vint rouler et rejoindre la seconde sur le sol sale.

" - Je vois, ce sera une conversation a sens unique... Et bien Philibert autant que j'aille droit au but. Contrairement à elle je suis quelqu'un je de réfléchi et qui sait ce qu'elle désire, actuellement toi, et je ne me laisse pas subjuguer et emporter par les émotions ou... une dépendance vois tu. Je pourrais même te payer le double, ou le triple de ce qu'elle t'offre actuellement, sans parler de ton appartement de fonction bien sur.

- Pas intéressé."

La jeune femme soupira regardant son interlocuteur qui n'avait pas daigné décoller son visage de la table. Elle soupira légèrement de déception une seconde fois et observa le barman :

" - Il va s'en sortir ?

- Pas sur. T'as fini les questions? J'aime pas ça.

- Et bien il m'en reste une toute dernière maintenant qu'on a parle du professionnel, parlons au niveau personnel. Déjà, mes employés vont faire le ménage ici, mais je sais ce que tu ressens actuellement Philibert, depuis le temps que je te côtoie. Tu te sens abattu, trahi, je vois à l'état actuel de ton corps que dans la poitrine rien ne va mieux, et tu es surpris de tout ses sentiments qui t'ont envahi aujourd'hui, mais tu ne te préoccupés pas de cette surprise, non, tu es bien trop occupé à te laisser envahir par cette impression d'échec, cette sensation de vide. "

Jeanette se coupa dans son monologue, son interlocuteur ne réagissait pas à ses propos, mais tout deux savait qu'elle avait fait mouche. Elle se rapprocha de l'oreille de l'homme de main un sourire vicieux aux lèvres, et commenca à chuchoter d'une voix sulfureuse :

" - Alors dis moi Philibert, n'as tu pas envie de faire quelque chose qui te ferait passer à autre chose ? Tu t'es bien trop investi dans ton travail dernièrement, il serait bien de remettre à sa place les relations qui doivent rester professionnel , te sortir de la tête ce que tu n'avais pas réalisé jusqu'à aujourd'hui pour enfin récupérer ta vie tranquille, et ne pas ressentir une nouvelle fois cette pique gênante dans ta poitrine n'est ce pas... Et comme je te l'ai dit auparavant, je sais ce que je désire en te disant ca... Je te laisse trente minutes pour te decider."

Sans rien ajouter, la jeune femme se leva et quitta la pièce. Philibert toujours avachi, et sous l'effet de l'alcool ne bougea pas, il retourna simplement son visage pour observer son reflet dans la vitre et commenca à réfléchir au tourbillon de pensée se livrant bataille dans son crâne.
Plusieurs minutes passèrent ainsi, pour qu'au final le brun se redresse. Son débat intérieur était terminé, elle avait raison, il c'était investi bien trop dans son travail et pour sa patronne, il ne considérait plus Soo comme sa boss, et ses directives comme des ordres, il c'était bien trop éloigné de la notion de travail, contrairement à son ancien job, avec son autre patron, il devait remettre ses propres pendules à l'heure. Soo était sa boss et rien d'autre. Il travaille pour elle, et ça s'arrête la.
D'un pas mal équilibré, le brun rejoint la sortie du bar, Jeanette dehors attendait sa réponse. Sans dire de mot, il s'empara de son téléphone et en enleva la batterie, ce qui déclencha un sourire de satisfaction à celle qui obtenait une petite et douce vengeance par rapport à la nouvelle détective qui l'avait légèrement humilie à la dernière tempête :

" - Par contre Ja, je re...retourne bosser demain, et on y va pas a pied, la flemme de tituber jusqu'a chez toi..."
avatar
Philibert

Messages : 45
Date d'inscription : 22/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum