Tempest (Événement de septembre)

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Tempest (Événement de septembre)

Message par Nô Kotasu le Ven 2 Sep - 16:48


L’androgyne était installé sur son perron, un smoothie à la main et d’énormes lunettes de soleil sur le visage. C’était nuageux, aujourd’hui, mais les rayons arrivaient néanmoins à traverser l’épaisse couverture de nuage et l’embêter alors qu’il essayait de lire une revue de mode. Étrange température. Au loin, il pouvait entendre tonner. Lucius et Louis étaient tout près de lui, comme effrayé par la tempête imminente.

Il augmenta le volume d’une petite radio à ses côtés pour entendre mieux la musique, par-dessus tous les bruits ambiants. Sarielle était avec Tina, et le jeune homme pouvait relaxer. Soudainement, une odeur immonde vint lui serrer la poitrine et le blond grimaça. Retirant ses lunettes, il jeta un coup d’œil au loin pour apercevoir les nuages verdâtres qui arrivait rapidement. Trop rapidement. Bien vite, une alarme couvrant toutes voix et bruits commença à sonner. Dans les rues, les gens commençaient à courir dans tous les sens pour rentrer à la maison et chercher leurs familles et autre choses de valeurs.

Nô n’en était pas à sa première tempête de radiations, mais à chaque fois (et comme pour la majorité des habitants d’Asheimkai) le rythme des battements de son cœur s’accélérait et son cerveau laissait place à la panique.

L’animateur de radio agrippa ses deux chats pour les mettre dans une cage de voyage et son serpent pour en faire de même. Il avait déjà un sac préparé à cet effet, pour être certain qu’il ne manquerait de rien en cas d’orage comme celle-ci.

Une fois à l’extérieur, les bras et le dos bien chargés il se mêla à la foule en délire pour se rendre à l’entrée des abris la plus proche. Les autorités aidaient tant bien que mal, ayant enfilés des habits antiradiation, mais ayant tout de même hâte d’être eux aussi à l’abri.

Le Kotasu payait une bonne somme chaque mois pour avoir droit à son propre appartement, même sous terre. C’était une toute petite demeure de trois pièces, incluant la salle de bain, aménagé à son goût. Il devait attendre plusieurs heures avant de pouvoir s’y rendre cependant, le temps que tout s’organise.
Debout dans la file pour signaler sa présence et recevoir son badge d’identification, le Kotasu se fit rejoindre par une jolie blonde, les gens se poussait pour la laisser passer et ne rouspétait pas bien qu’elle volait leur place dans la queue. Suave, il la salua :

-Hello Honey.

Il ne lui fit pas la bise car il était chargé comme une mule.

-Pas question de se rendre à l’abri familial, je suppose?

Il sourit. Il était nerveux et tenter de rien laisser paraître. Dans la foule, l'androgyne cherchait Tina et Sarielle du regard.

-Tu viens poursuivre la tradition de venir dormir dans ma chambre, alors?

~ ~ ~
Eleven

La jeune femme assomma un garde de sécurité avec une batte et tira dans la lentille d’une caméra de surveillance.

-La voie est libre, Twelve, huehuehue.

La blonde était vêtu d’un simple maillot, très moulant et de bas qui lui arrivait au milieu des cuisses. Parfaite petite tenue d’espionne…
Enfin, selon elle.

Il n’y avait personne d’autre pour surveiller l’abri de Jonathan Mirai, étrangement. Probablement car elle n’était pas utiliser ; ils se faisaient toujours mettre en garde contre les tempêtes de radiation et autre, mais il n’y en avait jamais. Il n’y en aurait assurément pas plus aujourd’hui. HAH!

Le duo put s’avancer dans les longs couloirs, détruisant toujours les caméras. Pas question de se faire repérer par les sbires du chef illuminati !!

Au-dessus d’elles, dans la ville, la panique se rependait rapidement sans que les deux jeunes filles puissent savoir. Soudainement, plusieurs lumières s’ouvrirent et elles purent entendre des gens, beaucoup de gens, entré dans l’abri du Mirai. Elles durent se terrer.

-Oh mon dieu Twelve. Je crois qu’on a été découverte…
avatar
Nô Kotasu

Messages : 25
Date d'inscription : 07/01/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tempest (Événement de septembre)

Message par Philibert le Mer 7 Sep - 22:46

7.
C'était le nombre confortable de position que le feignant avait trouvé aujourd'hui en flânant sur le canapé. Il entendait Soo plus loin dans l'appartement faire sa petite vie, enfin son étrange petite vie.
Il soupira doucement, daigna sortir son téléphone de sa poche sans pour autant bouger d'un centimètre et se rendit sur le blog de sa boss.
Il s'y rendait de temps en temps, ça faisait plaisir à sa colocataire de voir le nombres de visites augmenter parfois, et si elle était de bonne humeur, enfin ce qu'on pouvait qualifier de bonne humeur, il avait moins à bouger. C'était donc bénéficiaire à eux deux.
Lorsqu'il ferma la page internet sans avoir compris un piètre mot au nom du premier insecte une énorme alarme retentit, venant surprendre ses oreilles.
Il lâcha un râle qui cette fois s'entendit plus ou moins dans tout l'appartement, et chose surprenante, il se redressa.
Tournant sa tête, il aperçut la belle chinoise, se rappelant de leur rencontre hasardeuse, il se dit probablement à tort qu'elle n'était pas forcément au courant de la signification de ce bruit assourdissant, il expliqua alors :

" - C'est pour une tempête radioactive en approche, faut juste que tu prépares tes affaires pour qu'on rejoigne le bunker public, et oui public, parce que je n'ai plus l'argent pour avoir les petits bunkers privé et que j'avais la flemme de faire les papiers aussi...Et oublie pas la tarentule, je l'ai vu passé sur ma jambe tout à l'heure..."

Après ces belles paroles, et s’être étiré avec la grâce d'un paresseux, le brun se plia et saisit un objet sous le canapé, doucement il en tira un sac plutôt rempli.
Il avait déjà toutes ses affaires de préparé pour ce genre d'évènement, non pas par prévoyance, simplement parce qu'il avait fait un petit calcul ingénieux et c'était rendu compte que si ce sac était prêt auparavant, le moment venu il n'avait pas besoin de se lever et se déplacer lentement dans son appartement pour trouver tout ce dont il avait besoin, gain d'énergie précieux pour un avare de cette ressource.
Après quelques temps à attendre sur le canapé, Soo lui indiqua qu'elle était prête, il se leva difficilement et quitta les lieux, affirmant à sa partenaire :

" -Le bunker public est à peine à 100 mètres, j'avais fait attention en signant les papiers pour la location, on aura pas à marcher beaucoup."

Cependant, en franchissant le pas du hall de l'immeuble, le duo tomba nez à nez avec une longue limousine noire aux vitres teintées. Juste devant elle se trouvait une femme ayant dépassé la trentaine depuis peu, rousse et aux verts perçant, vêtu d'un tailleur cher et bien propre.
Elle regarda l'acolyte de Soo d'un petit sourire mesquin et à tendance vicieux tandis qu'elle annonça d'une voix mielleuse :

" - Philibert... Je te cherchais, on dirait que je tombe à pic..."

Le feignant ne semblait pas surpris par la présence de cette femme au charisme étrange, il la regardait dans les yeux de son regard fatigué pour répondre simplement :

" - Ah c'est toi, tu t'es trompé le bunker est cent mètres plus loin, tu peux nous y déposer d'ailleurs?"

L'opportunisme avait plusieurs fois fait ses preuves, et qui ne tentait rien n'avait rien, mais la réponse de la femme avait de quoi décontenancer ses interlocuteurs, car en avançant, elle passa sa main dans ses cheveux tombant en bouclette au niveau des épaules, et riait doucement :

" - Haha... Philibert... Toujours fidèle à toi même. Mais, je vais même faire mieux que ça, je nous ai réservé un petit lieu privilégié pour nous tous, et je suis venu vous y conduire en personne."

Puis, passant à côté du brun, elle vint se planter à un mètre de la détective, sans la quitter du regard, tendant sa main elle déclara :

" -Enchanté, je suis Jeanette. Je me présente car ce n'est pas ce feignant qui le ferait."


Cependant, après une poigne féminine, elle se tourna et avança vers sa luxueuse voiture :

" - Nous discuterons dans la voiture. Le temps presse, je vous en prie entrer."

Philibert ne se fit pas prier, il pénétra dans leur moyen de locomotion et s'affama à l'arrière, Soo le rejoignant peu après, Jeanette s'installa face à eux, croisant les jambes et étendant ses bras sur le dossier, sans quitter du regard l'improbable duo, après que la voiture est démarré elle commença :

" - J'ai entendu pour ton dernier boss mon cher Philibert. Mais j'aurais été étonné que tu y sois passé toi aussi, alors j'ai fait mes petites recherches... Et j'ai vu que tu avais déjà un nouveau travail accompagné de vous, mademoiselle Soo. Oh ne soyez pas surpris, votre nom est apparu dans divers journaux."

Le brun posa sa tête contre la vitre teintée, à l'extérieur les gens étaient incroyablement excité, certains criait pendant que d'autres couraient, c'était un spectacle anarchique fatiguant, mais normal suite à l'arrivée imminente de la tempête. La voiture finit par se stopper dans un garage plutôt sombre, et le petit groupe sortit du véhicule.
Jeanette précédant ses "invités", les invita à la suivre au sein d'un petit ascenseur qui les mena directement dans une pièce ressemblant à un salon, si ce n'est qu'elle faisait la taille de l'appartement que venait de quitter les deux colocataires.
Tout ce petit chemin se fit en silence, mais Jeanette n'avait pas lâché son petit sourire mesquin sur son visage, et alors que Philibert prit place dans un fauteuil incroyablement mou dans lequel il s'enfonça avec joie en fermant à moitié les yeux, le regard rivé sur le plafond, la jeune femme plaça trois verres sur la table basse et ouvrit délicatement une bouteille de vin qu'elle versa délicatement tout en annonçant :

" - Bien allons droit au but..."

Philibert ne fit pas attention, il savait ce qui allait suivre, il était habitué maintenant, mais il ne put retenir un léger soupir, rien que d'y penser ça le fatiguait...
Il ne portait plus sa cravate fétiche en ce moment, c'était une des conditions de son contrat qu'il respectait, du coup il n'eut aucun mal à défaire le premier bouton de sa chemise bleu marine pour se mettre à l'aise, il croisa même les bras à l'arrière de sa tête tandis que leur hôte entamait son petit discours :

" - Voyez vous mademoiselle Soo... Je suis dans une situation délicate en ce moment, et j'avais un vieil accord avec l'ancien patron de votre chien de garde... Hmm je veux dire acolyte, d'après ce que j'ai vu, vous l'avez fait changé de travail et de vocation, alors je veux être franche et ne pas jouer à la plus fine avec vous. Combien vous en demandez pour que je puisse avoir les services de votre homme de main quelques temps? J'aurais pu être moins délicate, mais voyez vous... J'ai un certain sens de l'honneur et du respect malgré mes... occupations."

Elle tendit le verre rempli en direction de la jeune chinoise, comme pour l'inciter à prendre de ce breuvage centenaire sans perdre son sourire taquin.
Quant à lui, Philibert n'en prit pas une goutte, tout simplement parce qu'il n'aimait pas l'alcool, ni les gens riches, alors les deux combinés... Sans compter qu'en plus, il devait tendre le bras...
Il se contenta de fermer les yeux et d'écouter la suite de la discussion, attendant les paroles de sa nouvelle patronne, allait elle accepter ou non? Le jeune homme n'y réfléchissait pas, il ne c'était même pas rendu compte qu'on l'avait nommé comme chien de garde il y a peu, il attendait patiemment dans son confortable fauteuil pourpre que vienne les directives, c'était plus ou moins dans sa nature.

avatar
Philibert

Messages : 45
Date d'inscription : 22/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tempest (Événement de septembre)

Message par Lucy Eldnoah le Mar 13 Sep - 20:58

Lucy

Allongée dans son bain, Lucy fixe ses orteils fraichement peints de violet en soupirant de bien-être. Les bougies parfumées se consument autour d'elle diffusant une grisante odeur de vanille et de cannelle. Elle considère cet instant de détente amplement mérité après la journée qu'elle vient de passer. Quel travail éreintant, tout de même!

C'est en fredonnant une de ses nouvelles compositions qu'elle remarque, à travers le parfum de ses chandelles, une odeur nettement plus âcre, désagréable. Sentant venir la suite, elle grimace et son cœur se serre sous la nervosité. Elle sort du bain et s'enveloppe dans un peignoir au moment précis où l'alarme se met à résonner dans toute la ville. Comme elle s'y attendait, son téléphone portable se met à sonner au même moment. Le nom "Le Diable" accompagné d'une image d'horrible monstre se met à clignoter sur l'écran assorti à la musique de film d'horreur qu'elle lui a assigné comme sonnerie.

- Ah non... murmure-t-elle pour elle-même. Hors de question.

Elle s'habille d'un pyjama qui reste nettement plus beau que la plupart des tenues de soirées des gens anonymes et sort en emportant le strict nécessaire, trop nerveuse pour s'attarder. De toute façon, là où elle va, elle n'a pas trop à s'en faire.

Une fois descendue dans les tréfonds de la cité, elle repère rapidement celui qu'elle cherche.

- Hello Honey. Pas question de se rendre à l’abri familial, je suppose? Tu viens poursuivre la tradition de venir dormir dans ma chambre, alors?
- On ne change pas une formule gagnante, hm ?

Le fait de devoir attendre en file comme des animaux la rend passablement irritée, mais bon. Tout le monde a droit à la survie, enfin presque. Lucy passe son bras en dessous de celui de Nô et soupire.

- J'espère que tu as à boire chez toi, lui dit-elle.

Dans son sac, son téléphone vibre une dernière fois avant qu'ils soient trop creux pour que le signal se rende. L'idole le consulte d'un air désintéressé. "Le Diable" lui a envoyé un texto : "Je suppose que tu ne viens pas observer les étoiles ?"

Soo Lin

Quand l'alarme prend d'assaut la cité, Soo Lin est dans la cuisine, en train de faire une expérience évoquée par Robin lors de sa dernière visite dans son laboratoire. Elle avait lu, à Kyrial, que l'état voisin était souvent victime de catastrophes naturelles et donc, que certaines mesures de sécurité s'imposaient, mais son colocataire vient rapidement lui confirmer les détails de la situation.

Elle enferme à contrecœur Lestrade dans un bocal au couvercle percé et suit Philibert jusqu'à la sortie de l'immeuble. C'est un sentiment un peu étrange que d'être celle qui le suit et non l'inverse. Ils tombent alors nez à nez avec une femme dans la trentaine sortant d'une limousine. En voyant le jeune homme, elle le reconnait et sourit.

- Philibert... Je te cherchais, on dirait que je tombe à pic...
- Ah c'est toi, tu t'es trompé le bunker est cent mètres plus loin, tu peux nous y déposer d'ailleurs?
- Haha... Philibert... Toujours fidèle à toi même. Mais, je vais même faire mieux que ça, je nous ai réservé un petit lieu privilégié pour nous tous, et je suis venu vous y conduire en personne. Enchanté, je suis Jeanette. Je me présente car ce n'est pas ce feignant qui le ferait.
- Soo Lin Yao, détective privée.

Elle leur intime ensuite de monter, ce que le jeune fait sans se poser de questions. Soo Lin monte dans la voiture à la suite de son assistant, un peu troublée par la tournure des évènements. Phili, comme à son habitude, semble tout à fait détendu.

- J'ai entendu pour ton dernier boss mon cher Philibert. Mais j'aurais été étonné que tu y sois passé toi aussi, alors j'ai fait mes petites recherches... Et j'ai vu que tu avais déjà un nouveau travail accompagné de vous, mademoiselle Soo. Oh ne soyez pas surpris, votre nom est apparu dans divers journaux.

Mademoiselle Soo ? Que Phili la surnomme comme ça, passe encore, mais cette inconnue ? Et puis cette façon qu’elle a de s’adresser à lui comme s’il était son mignon petit chiot est plutôt énervant… La patronne les emmène ensuite dans une vaste salle décorée avec distinction, dans un style sobre mais contemporain.

- Bien allons droit au but... Voyez-vous mademoiselle Soo... Je suis dans une situation délicate en ce moment, et j'avais un vieil accord avec l'ancien patron de votre chien de garde... Hmm je veux dire acolyte, d'après ce que j'ai vu, vous l'avez fait changer de travail et de vocation, alors je veux être franche et ne pas jouer à la plus fine avec vous. Combien vous en demandez pour que je puisse avoir les services de votre homme de main quelques temps? J'aurais pu être moins délicate, mais voyez-vous... J'ai un certain sens de l'honneur et du respect malgré mes... occupations.

La chinoise jette un œil à Phili, qui n'écoute déjà plus. Prévisible.

- Et bien demandez-lui, dit-elle en s'approchant pour prendre la coupe de vin. C'est son jour de congé, après tout.

Elle la passe sous son nez, évalue l'odeur amère du liquide, puis le verse sur le tapis en secouant la tête.

- Une mauvaise année, commente-elle avec tout le sérieux du monde.

Jonathan

Un mal de tête carabiné occupe le crâne du jeune PDG en cet après-midi de début d'automne. Nu entre ses draps de satin et la tête enfouie sous son oreiller, il n'ose pas faire le moindre geste, sentant que la plus infime des secousses pourrait le faire vomir. Cela lui enlèverait plusieurs points de charisme, hum. La soirée d'hier ayant été particulièrement arrosée et agrémentée d'autres substances illégales dont il ne pourrait pas dresser la liste, il ne perçoit ses souvenirs que par flashs entrecoupés et bruyants. Une cracheuse de feu, un tigre génétiquement modifié, un jeune couple d'aristocrate venu de Kyrial... Ils ont du tous finir dans son lit, à l'exception du tigre, bien idéalement.

Une soif tenace au fond de sa gorge le pousse à se lever et il est étourdi par la lumière aveuglante. Avec un râle de douleur, il plaque ses mains contre ses yeux, puis se masse les tempes. Le grand miroir en face de son lit lui renvoie une version nettement moins soignée du Jonathan habituel, mais même sous cet angle, il ne parvient pas à se trouver laid. Ses cheveux en bataille et ses yeux rougis lui donnent un air un peu sauvage, un peu mignon, qui ne lui déplait pas. Il se tourne pour prendre des vêtements et remarque alors de longues griffures lui striant le dos. Hm? Tigre ou ongles acérés de la cracheuse de feu ? Peu importe. Il passe un pantalon de toile blanche et un tricot noir aux manches lui arrivant aux coudes.

C'est à ce moment que sa tête est traversé d'une souffrance insupportable. Un bruit comme la lame d'une épée lui transperce les tympans et le cerveau. Un domestique vient alors cogner contre sa porte, mais le blond ne l'entend pas, l'alarme le possédant littéralement.

- Monsieur Mirai ! Vous êtes là ? Monsieur ! C'est une tempête radioactive !
- Bor...del...

En serrant les dents, il attrape son téléphone et compose le numéro de sa petite sœur alors que ses employés entrent dans la chambre et se chargent de ses affaires. Naturellement, elle ne répond pas. Il prend tout de même le soin de lui laisser un message texte avant de s’engouffrer sous terre.

Dans son luxueux bunker, il laisse son personnel vaquer à ses occupations et part s’enfermer dans une grande chambre au plafond vouté. Là, il s’affale sur son lit et palpe son front d’une main. Quelle journée…

Il entend alors des bruits suspects derrière une bibliothèque.

- Qui est là ? demande-t-il doucement.
avatar
Lucy Eldnoah

Messages : 4
Date d'inscription : 14/02/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tempest (Événement de septembre)

Message par Tina le Mer 14 Sep - 5:12

Sarielle admirait la belle vitrine où était exposée une jolie poupée avec de longs cheveux blonds et une belle robe rouge écarlate tout en dentelle. Tina regarda la petite fille avant de s’accroupir pour être à sa taille.

_Tu la veux ?

La petite fille regarda Tina avec de grands yeux pétillants avant d’acquiescer avec un sourire jusqu’aux oreilles. Tina ouvrit la porte du magasin et laissa Sarielle sautiller dans la salle en admirant toute ces jolies poupées. Elle revint rapidement avec celle qu’elle avait vu en vitrine, protégée par une jolie boite rouge ornée d’un ruban aussi rose que les joues de la petite fille. Mais à peine avait-elle mis la main dans sa poche pour payer la vendeuse qu’une alarme retentit dans toute la ville. La vendeuse empressa ses quelques clients de quitter le magasin, ces derniers bien trop en panique pour faire autrement. La belle posa un billet d’une grosse somme sur le comptoir et prit Sarielle dans ses bras avant de quitter le magasin.

_Il se passe quoi ? Pourquoi tout le monde à des sacs ?
_Il  faut juste aller se protéger des nuages toxiques et on va y passer un moment, mais ne t’en fais pas, j’ai des affaires là-bah et je vais t’en fabriqué.
_Oooh tu vas me coudre une jolie robe ?

_Oui promis.

Tina ne pouvait pas prendre le risque de perdre du temps à son appartement pour prendre des affaires, la sécurité de Sarielle était sa priorité.
Arrivées sur les lieux pour aller sous terre, une queue monstrueuse s’annonçait. Toujours la petite dans les bras, Tina plongea sa main au fond de sa poche pour sortir une sorte de badge. Travailler avec des gens importants pouvait donner de nombreux avantages (comme ne pas faire la queue lors des alertes). Le garde regarda le badge un moment avant de faire passer Tina comme une princesse, sans faire la queue.
Dans la salle, elle scruta les alentours, cherchant son ami des yeux. Lorsqu’elle l’aperçut, un sourire se dessina sur ses lèvres, mais se perdit aussitôt.
C’était qui cette grande et belle, trop belle et trop grande, blonde, un peu trop proche de Nô ? Bras dessus, bras dessous en plus.
Tina grimaça légèrement devant la scène mais sans plus. Elle posa Sarielle qui s’empressa d’aller voir Nô, sa magnifique poupée dans sa boite rouge entre les mains.

_Papaaaa !! Regarde se que maman m’a acheté !

Ce n’était pas parce qu’ils avaient « adopté » une petite fille qu’ils étaient très proche. Tina comprit alors que malgré tout, même si elle avait l’impression d’être lié à Nô, comme si ils se connaissaient depuis toujours, en vérité elle ne savait rien de lui. Elle ne connaissait pas sa famille, ses amis, se qu’il était avant. Ça n’avait pas d’importance au début, mais en voyant cette - trop – grande et – trop -belle blonde, ça en avait peut-être finalement.
Tina regarda la pièce bien trop bondée pour accéder à son bunker maintenant. Par dépit, elle alla vers le duo blond et les salua froidement :

_Bonjour. Sarielle, dit bonjour.

Elle tira doucement Sarielle vers elle comme si elle ne voulait pas qu’on le lui vole et posa ses mains sur les épaules de la petite pour qu’elle reste en place.

_Bonjour madame !! dit-elle toujours aussi souriante

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Mai-Linh était chargée de faire la circulation lors de l’alerte. Elle et son équipe devaient s’assurer que toute les mesures de sécurité étaient mis en place, il était facile pour les voyous de piller les magasins lors des alertes, ce qui était inconcevable pour la demoiselle.
Elle prit sa radio pour parler à ses collègues.

_Mai, c’est bon de mon coté.
_Ok va t’habiter avec ta famille, toi aussi Seb, va retrouver tes enfants.
_Et toi Mai ?
_Je dois encore passer dans un quartier, on se retrouve là-bah les gars.

Ce n’était pas totalement faux, la demoiselle voulait juste s’assurer que son petit frère n’était pas en train de dormir ou trop occupé à photographier son chat pour se soucier du danger. Après vérification, si son chat n’était pas là c’était qu’il s’est effectivement abrité, une bonne chose.
Lorsqu’elle roula dans sa voiture de fonction pour se rendre au point de rendez-vous, elle se rendit compte à quel point cette ville était misérable, obligé de se cacher sous terre à cause des erreurs du passé. Ça serait bien de les réparer pour bâtir un monde meilleur … mais bon.
Dans la salle il y avait un monde fou. Encore en tenue de service, on lui demanda de faire la sécurité et vérifier qu’il n’y avait pas fraude ou que X n’avait pas pris le buncker de Y.
Pourquoi pas ? Ça allait peut-être lui permettre de croiser son entourage, au moins comme ça elle était sûre que tout allait bien.
avatar
Tina

Messages : 64
Date d'inscription : 28/01/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tempest (Événement de septembre)

Message par HellRoy Jadziah le Mer 14 Sep - 17:01

Nô Kotasu

-Tu viens poursuivre la tradition de venir dormir dans ma chambre, alors?

Il lui sourit alors qu’intérieurement, l’androgyne avait envie de hurler. Il ne s’inquiétait pas pour Tina, elle savait se sortir de toutes les situations, mais Sarielle…

- On ne change pas une formule gagnante, hm ?

Il hocha la tête. Il se sentirait beaucoup plus d’attaque à s’amuser et profiter de ce petit congé de travail si il savait sa ‘’Famille’’ en sécurité. Les deux blonds soupirèrent en cœur, exaspérés de devoir se mêler à la foule.

- J'espère que tu as à boire chez toi.

L’animateur de radio sourit.

-Princesse, j’ai toujours à boire.

_Papaaaa !! Regarde ce que maman m’a acheté !

Nô se retourna vivement pour apercevoir Sarielle courir vers lui et, en quelques secondes, toutes ses inquiétudes étaient disparues. Il sourit à la gamine en se mettant à sa hauteur mais avant qu’il puisse réagir à sa jolie poupée, Tina se présenta également, le saluant de façon… dure.

_Bonjour. Sarielle, dit bonjour.

Nouveau sourire, pour Tina cette fois. L’androgyne se redressa. C’était-il passer quelque chose?

_Bonjour madame !!

Le blond se retourna pour faire face à Lucy qui le regardait sans trop comprendre.

-Lucy, voici Tina une… amie.

Il lui fit comprendre du regard qu’il n’accepterait pas qu’elle la lui vole.

-Et Sarielle qui est… C’est compliqué, il caressa doucement la joue de la gamine avec son index, hm?

Sans comprendre, la petite blonde hocha vivement la tête. Il changea de sujet.

-Dinons ensemble lorsque nous pourrons finalement nous asseoir.

Il regardait Tina avec intensité.

-Profitons le plus possible de ces jours d’exile, hm? Fufu.

Eleven
-Oh mon dieu Twelve. Je crois qu’on a été découverte…

Rapidement, les deux demoiselles se séparèrent pour se cacher dans des pièces opposées. Être ensemble n’était pas un bon plan. Même le pire joueur de cache-cache savait ça. HAH!
Habilement, elle se glissa derrière une bibliothèque et croisa les doigts que personne n’entre dans cette chambre. La taille de la jeune femme était très petite, mais sa poitrine était appuyé contre le meuble et la blonde tentait de faire le moins de bruit possible.

Un homme blond fit son apparition mais ne la remarqua pas. Eleven le reconnu tout de suite.

C’était…

C’était…….

LE ROI ILLUMINATI.

Elle ne put retenir un minime cri d’exclamation, qu’elle tenta d’étouffer en plaquant sa main contre sa bouche. Jonathan s’était installé dans son lit mais avait tout de même entendu quelque chose.

Bien sûr… Elle ne s’attendait à rien de moins de cet extra-terrestre…

- Qui est là ?

Son ton de voix lui donnait étrangement confiance, mais Eleven n’osa pas sortir avant de longues secondes. Se doutant qu’elle ne pouvait pas rester la indéfiniment, elle dut quitter sa cachette.
Ses joues étaient rouges de honte. Twelve la châtierait (si elle ne se faisait pas tuer par l’illuminati.)

-C’est Eleven, monsieur Mirai.

Il n’avait probablement aucune idée de qui était Eleven. Mais hey! Il avait posé la question, non?

-Je suis pour le blog ‘’CONTRE LE COMPLOT MONDIAL’’.

Elle gigotait dans tous les sens, intimidée.

-Vous avez une minute pour une interview?

Comment retourner la situation à son avantage. +11 points pour Eleven. HUEHUEHUE.


HellRoy Jadziah

Le grand chinois était debout dans ses vastes jardins, appréciant les dernières douceurs de l’été. Depuis qu’il s’était fait tirer alors qu’il était en mission avec Tina, il n’avait pas quitté son énorme manoir. Chaque sorties lui faisaient de plus en plus détesté Asheimkai.

Un peu plus loin, devant lui, Azuki lui cueillait des fleurs, un large sourire sur le visage. Il était tôt et pourtant la jeune femme était déjà pompette. L’ainé Jadziah aimait bien la compagnie de la demoiselle. Plus jeune, elle était très… Vivifiante, hm. Le fait qu’elle était mariée à un autre homme ne le dérangeait pas outre mesure. Ce dernier pouvait s’arranger avec les problèmes reliés au mariage. Toujours en admirant sa cadette qui semblait bien s’amuser, le chinois se perdit dans ses pensées.

Le brun avait accès à nombreuses caméras de sécurité dans la ville, mais la bonne majorité principalement positionnées à la frontière avec Kyrial. HellRoy avait encore des liens avec certaines personnes là-bas et préférait garder un œil sur son territoire. Nombreux étaient les gens qui tentaient d’échappé à la cité ‘’parfaite’’. Très peu y arrivaient. Lorsque c’était le cas, le Jadziah était prévenu.

Peu après qu’une petite chinoise habile soit entrée à Asheimkai (ainsi qu’un autre homme qui lui semblait assez générique), une chambre d’hôtel avait été réservée à son nom et, encore, le chinois avait été averti. Très peu se produisait en ville sans qu’il en ai vent.

Apparemment Soo Lin Yao était une détective privée. Le taciturne pensait que c’était un emploi assez inutile dans une ville telle que la leur. Comment avait-elle fait pour obtenir ses renseignements supposément privés? Le Jadziah secoua la tête… Il devait vraiment se pencher là-dessus d’avantage.

Azuki vint le sortir de sa torpeur mentale en s’approchant avec son bouquet, qu’il prit pour le poser à ses côtés. Il sourit et avança, rauque :

-Merci, Azuki.

Il se pencha vers elle et pressa tendrement ses lèvres sur celles de la demoiselle. Sa peau était douce et elle sentait les fraises. Ses épaules étaient dénudées, la brunette habillée par une simple petite robe blanche. Ah… L’été appartenait vraiment aux jeunes femmes.

Le chinois se redressa pour apercevoir qu’au loin, des nuages d’apparence radioactive s’approchaient rapidement. Il sourit en caressant la joue de son amie.

-Oh… Je crois que ton mari va devoir t’attendre un peu plus longtemps, au final.

Il pressa sa main dans le creux de son dos pour la dirigé vers son abri privé.

-Ces tempêtes sont mes préférées.

Keros Yüeh Jadziah

-Vraiment…. Je peux voir des vidéos de chiens, sur ce… ‘’Site’’?

Robin était assise devant son tout nouvel ordinateur. Elle le lui avait conseillé et le Jadziah l’avait acheté très peu de temps après. Rapidement, il avait eu besoin d’aide. C’était très difficile, pour lui, ce genre de chose.

En un simple clic de souris, la blonde fit apparaître des images d’animaux rigolos sur l’écran. L’ombre d’un sourire fit apparition sur son visage sérieux.

-Hahh… Merci, Robin.

L’ordinateur avait coûté une fortune et allait principalement servir à regarder des vidéos de chiots sur youtube. Keros avait ses priorités.

Le Jadziah était si concentré sur l’ordinateur et toutes ses fonctions qu’il ne remarqua pas du tout le ciel verdâtre et les éclairs effrayantes qui le striait. Un domestique dut venir les avertir.

-Oh… Voulez-vous venir dans notre abri, Robin?

Abris Jadziah ou LA MORT.

_________________
HellRoy Jadziah ~ ccb565

I've become a wooden horse on the caroussel of life,
a jumbled mess of lifeless emotion.
Infused with frantic energy, I spin even faster...

God's favorite
avatar
HellRoy Jadziah
Admin

Messages : 23
Date d'inscription : 09/12/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tempest (Événement de septembre)

Message par Philibert le Jeu 15 Sep - 19:04

- Et bien demandez-lui. C'est son jour de congé, après tout.

Ces quelques mots captèrent l'attention de l'assistant dont l'esprit vaquait un peu trop. Il haussa même un sourcil, ça ne fonctionnait pas comme ça... Il n'avait jamais marché de la sorte, non ce n'était pas à lui de décider de ce qu'il devait ou non accepter comme travail.
Néanmoins la suite de l'action lui déclencha un léger sourire, il n'était qu'observateur, mais la réaction de Soo était inattendu, elle avait prit la coupe qu'on lui tendait et délicatement l'avait renversé sur le tapis de leur hôte.
Une personne lambda ce serait excusé, voir se précipiter pour tenter de nettoyer la tâche, mais ce n'était pas dans le caractère de Philibert, qui se contenta simplement de tourner son regard vers Jeannette.
La trentenaire ferma les yeux et se redressa sur son siège, levant doucement un bras :

" -Je vois..."

Le brun la vit alors soupirer, se saisir de sa coupe et boire une gorgée délicatement avant de reporter son regard sévère vers la détective privée.

" - Je pourrais ne pas demander votre avis, ou vous menacer même, j'aurais dû. Vous êtes intelligente il me semble pourtant..."

Phili se redressa légèremment à son tour, pas énormément, mais suffisamment pour montrer que ces quelques mots étaient parvenus à son oreille. Sans ajouter quoi que ce soit, il fixa la rousse et redressa tout doucement sa manche.
Il ne connaissait pas la nature des relations qu'avait son ancien boss avec cette femme orgueilleuse, mais elle n'avait jamais était menaçante à son égard, aujourd'hui était une première.
la criminelle repris de son air malin et malicieux en reposant son regard sur Soo :

" -Donc repartons sur de nouvelles bases. Je vous propose de renouveler le contrat que j'avais avec son défunt patron, lorsque j'ai besoin de ses... "services" je vous appelle, je vous reverse la somme que nous allons définir dés maintenant et je vous l'emprunte quelques heures."

Philibert savait qu'on parlait de lui comme d'un objet, d'une chose utile dans certaine situation, mais ça ne le gênait pas. Il ne faisait pas attention à ce que les gens pensaient de lui après tout, sans compter que même si ça le vexait un petit peu il n'aurait jamais eu la foi de s'énerver, gesticuler dans tout les sens en haussant le ton, trop épuisant, trop éprouvant pour un homme presque accompli.
Mais soudainement, alors que le brun ne décelait pas la tension qui montait peu à peu, enfin qu'il n'y prêtait pas attention réellement, on toqua à la porte du bunker.

Jeannette se détendit, ferma les yeux en buvant une petite gorgée du nectar qu'avait refusé son interlocutrice, déclarant d'un étrange calme :

" Hm. Tout va s'accélérer on dirait..."

Puis, la porte explosa, projetant le grand chauve qui la gardait plusieurs mètres en avant, tandis que la fumée commençait à envahir doucement la pièce.
avatar
Philibert

Messages : 45
Date d'inscription : 22/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tempest (Événement de septembre)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum