Matsuri Festival

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Matsuri Festival

Message par Soo Lin Yao le Ven 26 Aoû - 19:38

Soo Lin

Quand Phili s'engouffre dans les souterrains, Soo Lin ne doute pas qu'elle perdra bientôt tout contact avec lui. Être coincée au sommet de cette roue arrêtée ne lui plait pas spécialement, mais le calme et le presque silence de l'endroit lui permettent de réfléchir. Le message diffusé par le PDG de Mirai Inc. lui met la puce à l'oreille. Il semble gêné. Un problème technique ? Les caméras et les micros fonctionnent encore. Ce ne peut être que lui. Le tueur aux caméras. Il s'en sert pour localiser ses futures victimes, puis attire l'attention de la foule pour pouvoir frapper en paix.

Première victime : Jeune homme retrouvé écrasé par une voiture près de la plage, on lui as, avec soin, retiré les yeux, ce qui élimine la possibilité d'un simple accident.

Deuxièmes victimes : Couple aux crânes fendus par des briques ayant été jetés du haut d'un immeuble en construction. Plus de globes oculaires non plus.

Troisièmes victimes : Trois passagers d'un taxi ayant été saboté pour ne plus freiner. Même traitement aux yeux.

- Vous inquiétez pas là-haut ! On va vous faire sortir de là !

Soo Lin baisse les yeux. Un homme grand et large, en bleu de travail, brandit une clé à molette en gesticulant, puis il se met en quête de grimper dans la roue. La détective compte rapidement le nombre de passagers bloqués dans la grande roue : quatre, maintenant que Phili est parti. Bordel. Elle se penche de nouveau par-dessus la balustrade pour fixer le concierge qui escalade. En la voyant, il sourit d'un air qui lui confirme le tout.

- Un petit oiseau m'a dit que vous étiez sur une enquête, Mademoiselle ? lui lance-t-il de plus bas.

Une solution, vite. La jeune femme analyse l’espace autour d’elle, aucune autre issue, il va falloir qu’elle descende comme Phili. Incertaine, elle tente de se hisser hors de la nacelle, sous les yeux du meurtrier qui défait un boulon de sa main experte. À sa ceinture, Soo Lin remarque un scalpel à la lame émoussée. L’homme s’esclaffe en la voyant. Son pied glisse et elle manque de tomber, mais se rattrape de justesse à la barre métallique.

Akatsuki

- Viens ! Allons enquêter !

Le jeune homme attrape son nouveau pote par le coude et l’entraine à contre-courant de la foule escortée par les employés. Akatsuki peut entendre le blond rouspéter, mais il est heureux rien qu’à l’idée de savoir qu’il le suit quand même.

- Tu as vu « La guerre des mondes » ? Là-dedans, les extraterrestres sortent de sous la terre. C’est très plausible, c’est par là qu’il faut chercher, explique-t-il une fois qu’ils furent arrivés devant une bouche d’égouts.

L’ami dont Akatsuki ne connait toujours pas le nom lui fait remarquer qu’ils ne peuvent pas entrer en raison de tous les employés. Quelle déception. Toutefois, le punk ne baisse pas les bras :

- Jconnais un autre chemin, viens.

Sur quoi il entraine Akatsuki derrière lui. Génial ! Un passage secret pour démasquer les aliens. Quand il raconterait ça à la radio…

-Jdois me rappeler de leurs emplacement si jdois me sauver de la polic// des chiens. ahem.

- Hahahah ! Mais oui bien sûr!

Quel farceur. Son ami saute dans le trou et Akatsuki le rejoint, s’écrasant misérablement au sol, bien-sûr. Armé de son téléphone portable en guise de lampe de poche, il prend ensuite la tête à l’assaut des tunnels souterrains.

- Je crois que j’ai entendu quelque chose par ici… murmure-t-il.

Il se heurte ensuite à un homme nettement plus grand que lui, ce qui le fait sursauter. L’inconnu en chemise blanche et sale semble plutôt blasé pour quelqu’un qui se promène seul dans le noir de ces conduits.

- S-Salut ! Haha… on cherche, en fait…

Mais il n’a pas le temps de finir sa phrase, car des cris de terreur se mettent à fuser juste au-dessus de leurs têtes, à la surface.

Jonathan

- C’est comme une attaque d’extraterrestres !

Cette réplique sortie d’un des multiples micros actifs dans la foule attire l’attention de Jonathan alors qu’il se trouve toujours dans la salle des contrôles. Il s’approche de la caméra montrant deux jeunes hurluberlus en quête de sensations fortes.

- Des extraterrestres… murmure-t-il en souriant. Pourquoi pas ?

Il se tourne vers son équipe.

- Trouvez-moi le responsable des hologrammes.

Quelques instants plus tard, des hordes de soucoupes volantes prennent d’assaut le festival et se mettent à tirer des lasers en rayons lumineux vers la foule paniquée. Personne, dans les journaux et toutes les publications qui suivraient son évènement, ne pourra dire que Mirai Inc. ne réserve aucune surprise et que ce festival fut un évènement ennuyant.

Robin

Le jeune homme accepte de a raccompagner et ils se mettent à avances parmi la foule paniquée. Robin marche derrière lui a l’impression qu’il lui fait office de bouclier, tant sa stature impressionne. Elle peut marcher ainsi sans avoir à craindre d’être happée par tous les citoyens courant un peu partout.

Keros la mène alors jusqu’à l’extérieur du site, où il appelle un taxi. Tout le trajet s’est déroulé pratiquement dans le silence, c’est donc avec surprise que la jeune femme reçoit la question du chinois.

- Quelle idée de venir avec un tel homme ?

Elle baisse les yeux, un peu honteuse, puis monte dans le taxi.

-Vous êtes une jeune fille intelligente, McAllistair. Tentez de faire des choix éclairés, dans le futur.

Elle fronce les sourcils, puis hoche la tête, tout de même un peu vexée qu’il mette la faute sur elle. Tout de même, malgré son ton froid et ses propos durs, elle ne peut s’empêcher de ressentir une agréable chaleur envahir sa cage thoracique lorsqu’il esquisse l’ombre d’un sourire pour la toute première fois depuis qu’ils se connaissent.

-Et rentrez directement à la maison. Rien de bon ne se produit dans une telle obscurité.

- Merci, dit-elle. Si vous voulez, je (mais qu’est-elle en train de raconter là ?) … pourrais vous faire visiter mon laboratoire, un jour. Comme vous m’avez fait visiter votre bateau. Nous serions quittes.

Quelle étrange idée. Jamais auparavant elle n’avait eu envie d’inviter quelqu’un dans son si précieux sanctuaire électronique. Cependant, comme elle y pense alors que le taxi s’éloigne juste avant que ne commencent les attaques extraterrestres, l’idée qu’elle et le Jadziah vont se revoir lui réchauffe un peu l’intérieur.


Dernière édition par Soo Lin Yao le Dim 28 Aoû - 15:36, édité 1 fois
avatar
Soo Lin Yao

Messages : 40
Date d'inscription : 06/03/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Matsuri Festival

Message par Philibert le Ven 26 Aoû - 22:18

Le brun n'eut le temps de faire que quelques pas dans l'obscurité la plus totale avant qu'un nouveau flash viennent l'aveugler, par réflexe il mit sa main devant ses yeux pour retrpuver une vue correcte et se rendre compte qu'il venait de rentrer dans un autre homme, nettement plus petit que lui, cependant il aperçut une deuxieme silhouette plus imposante derrière. N'ayant aucune idée de qui il pouvait s'agir, il s'apprêtait à dire que si, on lui avait donné le droit d'arpenter ses lieux, mais il entendit la radio du pauvre agent se déclencher de nouveau, pensant le message complètement vide de sens il n'y prêta pas attention, mais un mot vint se porter à son oreille, ce qui l'obligea à la tendre malgré lui, il mit une main sur la bouche du nouvel arrivant et dit "chut" pour entendre :

" - Je répête, un agent escalade sans autorisation la grande roue, dites lui de descendre avant qu'on tente de rétablir le courant."

Et bien ça ne se présentait pas si mal pour Soo finalement, la grande roue allait terminer son tour et elle pourrait elle aussi remettre ses pieds sur le sol sans le moindres risques.
Il observa les deux hommes sans les écouter, ils avaient l'air tout aussi perdu que lui mais le deuxième était un peu trop agressif à son goût. Il commenca à pousser delicatement le plus petit des deux pour passer tout en déclarant :

" - J'ai la flemme de parler et de tout expliquer mais par ici c'est dangereux, voilà."

Cependant il s'arrêta brusquement dans son mouvement. La foule désormais au dessus de lui commençait à émettre des sons d'étonnement et de surprise, mais il ne c'était pas stoppé pour si peu, non. Il avait dû s'arrêter à cause du dernier message passé par la radio :

" - Pourquoi personne n'aide la jeune femme accroché à sa nacelle tout en haut ? Elle va y passer! "

Le brun se frappa le front avec la paume de sa main libre, soupirant il marmonna pour lui même, accompagné par l'écho :

" - Le sort s'acharne, je viens juste de descendre et je dois déjà y retourner... pfff. Bon vous deux, faites gaffe, un type s'amuse à assommer les techniciens."

C'était un mensonge certes, mais tout raconter était long, bien plus que ce que le paresseux pouvait supporter, il fit demi tour sans plus d'explications, et sans écouter les probables interrogations des deux étrangers, il se hissa rapidement en dehors du conduit, il prit quelques secondes pour comprendre le chaos qui se déroulait autour de lui actuellement, avant de se rendre compte que les soucoupes volantes et les tirs de lasers n'était que des hologrammes destinés à amuser le public, mais ce petit questionnement lui faisait perdre du temps.
Il redressa son regard vers la grande roue pour analyser la situation, lorsqu'un ovni lumineux passa derrière celle ci, il vit une silhouette suspendu à son ancienne nacelle, il s'agissait forcément de Soo... Elle avait encore voulu regarder la foule et c'était trop penchée?  Non, elle avait l'air de vouloir fuir ?
Quoi qu'il en était, Philibert se mit à trottiner, manquant cruellement de temps pour réfléchir. A ce moment précis, son matelas si moelleux lui manquait.
Arrivé en bas de l'attraction , il aperçut le mécanicien au centre de l'immense roue qui n'avançait plus, et c'est lorsqu'un nouveau tir de laser lumineux vint éclairer l'attraction avec ses légers flash blanc qu'il réalisa que celui-ci était en train d'enlever des boulons... Il comprit alors ce qui se déroulait sous ses yeux, mais cette fois, il ne laisserait pas son patron mourir. Hors de question de subir le même sentiment une fois supplémentaire.
Il regarda à droite, puis à gauche, puis le téléphone toujours pas rangé au creux de sa main...
Il soupira, puis inspira avant... de le lancer en direction de l'agent du parc, sous le regard crédule de quelques passants.
Le projectile improvisé manqua lamentablement sa cible, et vint frapper le fer des rayons plusieurs mètres à côté de l'homme visé, mais cette agression capta l'attention de celui-ci qui regarda vers le bas.
Il vit un homme, en chemise, en train de remonter une de ses manches pour qu'elle reste bien à sa place le pointait du doigt et crier sans la moindre discrétion :

" - Ce soir je devais être sur le canapé tranquillement, mais à cause de toi , j'ai du descendre, puis remonter, puis trottinner, putain trottinner ! Et là faut même que je crie alors que c'est fatiguant ! Alors... "

L'homme de main s'arrêta, toutes les personnes à une dizaine de mètres le fixait désormais, la plupart choqué par son ordre des priorités, le reste par total incompréhension, puis il se tourna vers le gérant du manège, lançant un regard suppliant qui trahissait le fond de sa pensée, il espérait de tout son coeur que le courant revienne maintenant afin que la roue tourne de nouveau et qu'il n'ait pas besoin de monter, la flemme l'ayant rattraper mais il se souvint avoir assommé la personne chargé de cette tâche, abandonnant donc tout espoir...
Il soupira, baissa la tête et dit sur un ton audible que par les personnes à proximité :

" - Bon, ben j'arrive..."

Sur ce coup, il ne pouvait en vouloir qu'à lui même. Mais, tel un bon chien de garde, il s'avança d'un pas sûr pour porter secours à la personne qu'il protégeait.
avatar
Philibert

Messages : 51
Date d'inscription : 22/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Matsuri Festival

Message par Kou Yuudai le Ven 2 Sep - 15:12

- Hahahah ! Mais oui bien sûr!

Le blond haussa un sourcil ; l’inconnu ne semblait pas se poser trop de question. C’était bien, mais Kou ne pouvait s’empêcher de penser qu’il avait l’air un peu beaucoup crétin, à rire comme ça à toute les deux secondes.

Le duo sauta dans la bouche d’égout et ils durent allumer les lumières de leurs téléphones portables pour y voir quoi que ce soit.  Les deux jeunes hommes s’enfoncèrent dans les tunnels sans vraiment réfléchir à si c’était une bonne idée ou pas.

Un bruit résonna dans la noirceur et si Kou aurait voulu se terrer et rester silencieux, ce n’était plus une option puisque le brun se fit entendre :

- Je crois que j’ai entendu quelque chose par ici…

Encore quelques pas… Puis l’imbécile fonça dans un autre homme (y avait-il une société secrète vivant sous la ville?), s’excusant maladroitement comme une jeune étudiante embarrassée :

- S-Salut ! Haha… on cherche, en fait…

Au-dessus d’eux, dans la ville, les cris s’élèvent de nouveau : était-ce réellement… Une attaque d’extra-terrestre? Ce pouvait-il que l’homme niais ne soit pas si idiot au final?



Non impossible, même s’il avait eu raison, ce n’était qu’un pur hasard.

Akatsuki ouvrit la bouche, comme pour parler de nouveau mais se fit attraper par l’homme, ce dernier posant avec force sa main sur la bouche de son compagnon pour l’empêcher de dire quoi que ce soit alors qu’il écoutait un message à ce qui semblait être une petite radio…

NON MAIS IL SE PRENAIT POUR QUI, L’IMBÉCILE?! Kou fit quelque pas vers l’avant, prêt à se battre (à se faire tabasser) lorsque la racaille repoussa le brun vers lui, Le Yuudai l’attrapant pour qu’il ne tombe pas au sol.

- J'ai la flemme de parler et de tout expliquer mais par ici c'est dangereux, voilà.

Non mais BORDEL! C’est dangereux à cause des types comme toi, mec, te fait pas d’idée! Il se tapa le front et le blond ne put s’empêcher de penser qu’il avait l’air d’une parfaite lopette.

- Le sort s'acharne, je viens juste de descendre et je dois déjà y retourner... pfff. Bon vous deux, faites gaffe, un type s'amuse à assommer les techniciens.


Faire gaffe, faire gaffe… Il s’était écouté parler?! C’était lui qui leurs avaient causé des problèmes. En réalité, rien de très spécial n’était arrivé, mais Kou avait le don de l’exagération. Actuellement, il se voyait comme le preux chevalier de la demoiselle en détresse.

Akatsuki faisait une très laide princesse, bordel. Il n’avait pas gagné à la loto.

L’homme les laissa en plan pour remonter à la surface. Kou passa une main dans ses cheveux, gardant le brun près de lui.

-… Ça va?

Bordel, ça ne lui ressemblait pas, ça! Il ajouta rapidement :

-Répond pas, jm’en bas les couilles en fait.

Il l’attira derrière lui, pour s’enfoncer plus profondément dans les tunnels. Ils durent marcher un bon cinq minutes comme ça, croisant à l’occasion d’immondes rats, Kou en voulait un comme animal de compagnie maintenant, mais pas d’extra-terrestres.

-Écoute mec, jsais que t’aurais aimé trouver des trucs cools, mais jdoute qu’il y en a ici.

Il désigna une bouche d’égout juste en haut de leur tête. Le duo put sortir pour tomber face à face avec Will et chien.

-Yo gars t’a pu lui trouver un cadeau?

Il n’avait pas bougé d’un centimètre. Le duo avait passé tant de temps sous la terre que maintenant, le petit ‘’spectacle’’ de Mirai était terminé. Réellement pas d’extra-terrestres pour les deux jeunes hommes, et Will ne semblait avoir rien remarqué. Kou secoua la tête.

-Laisse-moi une minute pote.

Il s’éloigna un peu du brun défoncé pour s’approcher du brun pas défoncé.

-Tu va être correct pour entrer seul?

Après que ce dernier ai hoché la tête, le Yuudai lui tourna le dos s’en rien dire pour rejoindre son collocopote. Il fit quelques pas et se retourna vers l’inconnu :

-Oy, jsuis Kou au fait. Ne fait pas l’imbécile en rentrant, alien-boy.

Il s’alluma une cigarette et le laissa dans les restes du festival d’été, prêt à aller écouter gentledog célibataire.

//Kou's ouuuut//
//And I'm ouuuut//
avatar
Kou Yuudai

Messages : 12
Date d'inscription : 21/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Matsuri Festival

Message par Akatsuki Shimizu le Lun 5 Sep - 14:33

Akatsuki

Akatsuki regarde tour à tour les deux autres hommes qui se trouvent avec lui dans les souterrains, un peu perplexe devant la soudaine colère du blond pour l’autre inconnu. C’est alors que le grand brun les laisse en plan pour remonter vers la surface après leur avoir expliquer que ces conduits étaient dangereux. Naturellement qu’ils le sont, ils hébergent des extraterrestres.

- … Ça va ? demande le punk après qu’il soit parti.

Il est vrai que l’autre étrange a eu des manières plutôt brusques, mais Akatsuki ne se sent pas spécialement traumatisé. Il est normal que les gens réagissent comme ça face à son attitude maladroite et distraite ; depuis le temps, il n’y fait plus trop attention.

- Écoute mec, jsais que t’aurais aimé trouver des trucs cools, mais jdoute qu’il y en a ici.

Akatsuki soupire avec un sourire compatissant. Oui, bien sûr. Haha, des extraterrestres ? D’un ridicule…

Ils sortent ensuite de la bouche d’égouts et se retrouvent devant un autre brun à l’air absent que le punk semble reconnaitre. Leur conversation n’attire pas spécialement l’attention du jeune présentateur de radio, qui a le regard fixé sur l’un des nombreux écrans géant des immeubles, au-delà de la place publique. Dessus, il peut voir une horde de soucoupes prenant d’assaut le festival, en rediffusion dans un bulletin de nouvelles. Son visage s’illumine. IL AVAIT EU RAISON YES!

Son nouvel ami lui parle, mais Akatsuki se contente d’hocher la tête avec un sourire béat, aux anges.

- Oy, jsuis Kou au fait. Ne fait pas l’imbécile en rentrant, alien-boy.

Alien-boy ? Haha !

Soo Lin

Un bruit métallique retentit sur le rayon tout près de Soo Lin et elle se dit que ça y est, la roue s’apprête à s’effondrer. Toutefois, les accents agacés d’une voix familière suffisent à la faire soupirer de soulagement.

- Ce soir je devais être sur le canapé tranquillement, mais à cause de toi, j'ai dû descendre, puis remonter, puis trottiner, putain trottiner ! Et là faut même que je crie alors que c'est fatiguant ! Alors...

Te voilà presque en retard, Phili. La détective essaie de prendre une emprise un peu plus assurée sur le barres autour d’elle pour éviter la chute alors qu’elle entend son employé remonter comme s’il avait fait ça toute sa vie. L’homme, commençant certainement à se sentir menacé, dégaine une arme et la pointe vers Philibert. Il tire, causant des cris affolés chez les autres passagers de la roue, qui observent la scène de leurs nacelles.

Soo Lin n’a pas peur. Elle sait déjà qu’il faut bien plus qu’un simple coup de feu pour venir à bout de ce garçon. Soudainement, toutefois, le courant revient, juste après ces simulations d’attaques extraterrestres. Le parc se rallume, comme si on venait de lui insuffler une nouvelle vie. La roue se remet à tourner. À bout de forces, Soo Lin lâche la barre et tombe, mais se rattrape à une autre extrémité, un peu plus bas. Elle entend le tueur jurer et Phili le frappe, le faisant lâcher prise et tomber dans le vide. Précautionneusement, la jeune femme se hisse vers lui.

- Je ne suis pas aussi habile que toi, lui fait-elle remarquer.

- Descendez de là !! Leur crie, d’en bas, un agent de sécurité. Vous êtes en état d’arrestation !

Jonathan

L’attaque d’extraterrestres a été un succès. Tout le monde s’est détendu de l’angoisse causée par la panne d’électricité et le petit spectacle parut fort apprécié des journalistes (ceux que Mirai Inc. tenait toujours fortement à avoir de son côté). Devant tout le spectacle qui se déroule sur ses écrans, le jeune homme ne peut s’empêcher de sortir pour se mêler à tout ça. Son attention est rapidement attirée vers la grande roue, où semble se dérouler une arrestation par deux de ses agents.

Une jeune femme est assise près de l’entrée du manège, avec une couverture sur les épaules comme on en donne aux gens en état de choc. Près d’elle, un grand brun en chemise et un homme en bleu de travail, tous deux menottés. Les deux agents semblent spécialement intéressés par le discours de la femme.  

- Que se passe-t-il ici ? demande Jonathan en s’approchant, toujours flanqué d’au moins deux gardes du corps.

- Ce type (l’homme en bleu de travail) a essayé de descendre par lui-même de la roue et l’autre (la chemise) l’a frappé pour le faire tomber.

- Sans oublier le coup de feu, précise la jeune femme. Le premier a d’abord tiré sur le second pour le faire tomber.

- Qui est-ce ?

- Soo Lin Yao, détective privée, se présente-t-elle en lui tendant sa carte. Je viens d’ouvrir un cabinet en ville. Lui, là-bas, c’est mon assistant. Et le troisième, un tueur en série surnommé « le mécanicien ». Si mon employé ici présent l’a précipité en bas de la roue, c’est bien sûr parce qu’il essayait de la faire s’effondrer, précipitant de ce fait tous les autres passagers –dont moi-même- vers une mort certaine. Ainsi, je considère votre décision de l’arrêter un peu hâtive et exagérée.

- Mais, monsieur, ce type est un malade ! Il a descendu tout seul alors qu’il se trouvait dans la plus haute nacelle de la roue et…

- Vraiment ? le coupe Jonathan d’un air amusé. Voilà un spectacle qui doit valoir la peine. Je suppose que nous avons capté ça sur caméra quelque part…

- Oui, tout comme les méfaits de cet homme, ajoute la détective. Toutefois, il est habile avec tout votre système, je suppose qu’il a su se montrer discret. Vous devriez surveiller votre personnel de façon plus assidue, monsieur Mirai.

Le blond lance un regard agacé envers ses deux agents, puis soupire et balaye la scène de la main comme si tout cela le lassait énormément.

- Vous me faites honte, messieurs. Arrêter ainsi un pauvre jeune homme qui n’a fait que son devoir pour secourir les passagers de la roue. Coffrez cette ordure et laisser l’autre.

Il s’approche ensuite de la jeune femme et lui prend la main en signe de gratitude.

- Mademoiselle, je vous suis infiniment reconnaissant pour votre travail. Vous avez secouru les citoyens qui ne faisaient que profiter des festivités alors qu’une terrible menace pesait sur eux. Je ferai envoyer une équipe de journaliste chez vous demain afin que vos actes de bravoure soient immortalisés devant toute la nation. (Elle grimace mais il n’y fait pas attention) Entre temps, je dois aller déclarer mon festival –ainsi que l’été- clos. Merci.

Il tourne ensuite le dos à la petite scène, prêt à retourner se baigner sous les feux des projecteurs, mais juste avant, il prend son téléphone portable et envoie un rapide texto à sa toute récente employée, Tina :

« Je t’envoie des vidéos de caméras d’ici quelques heures. Surveille bien cette fille, je crois qu’elle pourrait vouloir nous mettre des bâtons dans les roues. »

MATSURI OVER

avatar
Akatsuki Shimizu

Messages : 9
Date d'inscription : 14/02/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Matsuri Festival

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum