Matsuri Festival

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Matsuri Festival

Message par Nô Kotasu le Mer 17 Aoû - 12:10


-Veux tu aller faire un tour?

Tina semblait heureuse. Elle s'accrocha à lui, souriante. Cette compagnie était beaucoup plus agréable que celle qu'il avait plutôt, huh.

-Avec grand plaisir.

Leurs rencontres lui semblaient toujours un peu surréalistes ;  dans aucun autre cas il ne se serait balader avec un individu qu'il n'avait vu que deux fois au préalable. C'était étrange. Ils avaient une bonne chimie.

La tête ailleurs, appréciant l'ambiance, le blond fut couper de sa rêverie lorsqu'on les interpella :

-Eh les amoureux ca vous dit un petit défis ?

Mignon. Étaient-ils un beau couple, au moins? Le duo s'approcha et la brunette, toute rouge (elle était adorable) affirma à l'homme qu'ils ne sortaient pas ensemble. Ce dernier ne semblait pas vraiment se soucier de cette information. Il leur expliqua le jeu. Tina était excitée, elle qui détestait l'idée même d'un festival quelques minutes avant s'amusait bien, maintenant.

-Essayons, je commence !

Il répondit à son sourire. La brunette était douée, l'androgyne se demandait si elle se servait souvent d'arme à feu... Il préférait ne pas y penser, il n'était pas très fan de fusils et autre instruments pouvant donner la mort.

-Bon à ton tour. Tu te débrouilleras mieux que moi !

Le Kotasu en doutait très fort.

Comme pour chasser ses inquiétudes, elle pressa ses lèvres contre son visage féminin, l’encourageant en secret :

-Un porte bonheur.

Il hocha la tête en souriant pour la remercier. Bon, ça ne changerait à ses talents... Inexistant, mais il appréciait le geste.
Après que l'animateur ai tirer trois fois sur l'animateur du jeu, par accident, ce dernier lui retira le jouet pour le donner à Tina. Nô ne fit que rire, sans vraiment s'excuser ; s'il avait été moins gros, il aurait pu voir les cibles (et les raté encore, mais au moins il les aurait vu).

-Tu n'auras pas besoin d'aide, hm?

Il lui souriait toujours, plus énigmatique, cette fois. Bien qu'il se doutait que Tina ne travaillait pas comme gardienne d'enfants, il commençait à se demander ce qu'elle faisait vraiment. Voulait-il réellement savoir?

Une fois qu'elle eut terminer de tirer les cibles, leurs gagnants les billets pour les autres attractions, le blond lui tendit la main, l’entraînant à sa suite.

-Peut être devrais-je choisir un jeu ou je pourrais t'impressionner? Fufu...

Il choisit une énorme machine remplit de peluches, qu'on devait attraper avec d'énormes pinces. Son grand frère lui avait montrer comment jouer, et il se sentait un peu plus en confiance cette fois-ci.

Les pinces attrapèrent un énorme éléphant rose, qu'il tendit à la jeune femme.

-Ça fait un peu cliché, non? Comme un mauvais film... Mais je m'amuse bien.

Il ébouriffa les cheveux de la demoiselle. Il y avait encore d'autre choses à faire! Il s'éloigna un peu, en direction d'un carrousel, la sachant sur ses pas. Soudainement, les lumières s'éteignirent, plongeant la foule dans le noir. Le blond, un peu perdu, resta silencieux dans l'obscurité, alors que les gens autours de lui étaient de plus en plus en panique. Un homme courant avec sa fille le bouscula et le frêle Kotasu tomba au sol, sans repaire pour pouvoir l'aider. Étrangement, il ne s'inquiétait pas vraiment pour Tina. Son petit doigt lui disait qu'elle devait avoir le contrôle sur la situation.

Keros

- Monsieur Jadziah ?


Elle semblait étonnée de le voir là. Il était arrivé un peu brusquement, aussi, hum...

Il tourna la tête pour voir le scientifique écrasé au sol, ça n'avait pas été très difficile. Il semblait vraiment plus vieux qu'elle... Une si jeune femme fréquentant un homme de cet âge le troublait, un peu, mais il ne passa pas de commentaire.

- Vous le connaissiez ou… hum…

Il ne répondit pas, elle ne termina jamais sa question. Étrangement, elle semblait embarrassée par quelque chose ; ne voulait-elle pas être sauvé? Fixant le sol, elle articula :

- Merci…

Il hocha la tête, signifiant que ce n'était pas un problème. Techniquement, elle n'avait plus besoin de rien, maintenant, et donc le Jadziah tourna les talons pour rentrer à la maison, lorsque la foule fut plongée dans le noir total. Calmement, sa voix grave s'éleva de nouveau, lui proposant gentiment :

-Avez-vous besoin d'aide pour retourner à votre domicile?
avatar
Nô Kotasu

Messages : 25
Date d'inscription : 07/01/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Matsuri Festival

Message par Tina le Jeu 18 Aoû - 9:29

-Un porte bonheur.

Nô s'en ai très mal sortit, mais comment pouvait elle le lui reprochait, elle trouvait ça même plutôt mignon le fait qu'il touchait tout sauf les cibles ("tout" étant l'homme qui s'occupait du stand).

-Tu n'auras pas besoin d'aide, hm?

Tina répit assez vite le fusil et explosa les scores avec des tires parfaits, essayant tant bien que. Mal à cacher ses 'talents' de tireuse.
Elle ne perdit pas de temps à prendre les billets et s'éloigner tranquillement de l'attraction (laissant les autres sur le cul) au cas viendrait à l'animateur de soupçonner quelque chose.

-Peut être devrais-je choisir un jeu ou je pourrais t'impressionner? Fufu...

Nô entraina la jeune femme à une grosse machine ou il fallait attraper des jouer dedans.
Lorsqu'il lui tendit un … éléphant … rose … Tina le prit, forçant un sourire.

-Ça fait un peu cliché, non? Comme un mauvais film... Mais je m'amuse bien.

Nô lui passa vivement la main dans ses cheveux. Elle avait l'air d'une gamine ainsi décoiffé et avec cette énorme peluche d'un rose inexplicablement voyant dans les bras.
Mais étrangement ça la fit sourire. Elle aussi elle s'amusait, d'une certaine manière. Elle regarda le jeune homme s'éloigner en quête d'une autre attraction et commença a marcher sur ses pas. La jeune femme serra la pelote de coton contre elle, quelque chose bouillait au fond de son être, c'était plutôt agréable.
Les lumières s'éteignirent.
Surprise, Tina ne bougea plus, regardant les silhouettes autour d'elle. Elle ne voyait plus Nô.
Les gens commencèrent à paniquer et se bousculer pour des raisons obscures. Pourquoi dès qu'il y avait un peu de noire les humains devenaient fous ?
Des gens se mirent à la pousser et elle en fit tomber la peluche toute rose.
TIna s'écarta de la foule en délire, cherchant tout de même son compagnon des yeux, avant qu'un souffle froid ne vienne traverser son oreille :

-Tu es venue me chercher ?

La belle reconnaissait parfaitement la voix de son interlocuteur. Elle se retourna et colla son arme sur le ventre de l'individu en deux temps trois mouvement. Ils étaient tellement proche que personne ne pouvait voir qu'elle etait armée, parfait. Elle le regarda froidement et dit :

-Tu as fais trop de dégâts, tu dois rentrer.
-Toi et moi savons se qui m'attend si je rentre, un tueur a gage qui devient un tueur en série est trop dangereux pour un organisme.
-Si tu refuses, je vais devoir te tuer.
-Fais donc et toute la ville sauras qui tu es, il y a une caméra qui nous regarde. Elle est peut-être infrarouge, qui sait ?
-Si je ne t'ai pas aujourd'hui je t'aurais demain, crois moi.
-nous verrons bien.

Tina se résigna, rangea son arme aussi discrètement qu'elle la prit tantôt et se retourna. La présence de son "collègue" disparut, elle tourna légèrement la tête pour vérifier qu'il n'était vraiment plus la. Lorsque la foule avait finit leur traversée de troupeau, elle vit une silhouette par terre et reconnu le Kotasu. Elle se précipita à sa rencontre.

-Nô tu vas bien ?

Tina le serra dans ses bras inscrivent, comme pour vérifier qu'il était bien là, près d'elle. Puis l'aida a se relever.
En ouvrant les yeux elle découvrit l'éléphant déchiré, sale et humide, trainant au sol comme une serpière. Elle alla le ramasser et le présenta à son compagnon.
Au fond elle aimait bien cette peluche, pas grâce à ce rose de princesse ou l'air idiot de l'éléphant mais parce que c'était un cadeau de Nô...

-Je suis désolée …
avatar
Tina

Messages : 67
Date d'inscription : 28/01/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Matsuri Festival

Message par Philibert le Sam 20 Aoû - 9:04

Alors que sa patronne observait la foule grouillante juste en dessous de leur nacelle multicolore, Philibert, la tête penchée en arrière dans le vide, observait les étoiles se dessinant dans la nuit noire au dessus d'eux, ce siège était incroyablement confortable mine de rien.
Comme il s'y attendait, Soo dévoila sa théorie sur la possible couverture du tueur qu'ils recherchaient, et elle avait sûrement raison à son sujet. Mais, après quelques réflexion, le brun lâcha :

"Je n'ai pas souvenir d'avoir vu un concierge en passant dans la foule tout à l'heure par contre..."

Il ne disait pas ça pour la contredire, simplement pour signaler ce qu'il savait. Puis un bruit sourd se fit entendre, suivi d'une secousse inattendue qui arrêta la grande roue pendant qu'elle redescendait doucement, et c'est seulement en remarquant qu'il voyait incroyablement mieux les étoiles désormais, que le brun remarqua qu'ils étaient tous victime d'une panne de courant.
Il redressa alors la tête pour chercher le regard de la belle chinoise, et la vit trop penchée au dessus du vide alors que la nacelle tanguait dangereusement...
Grâce à ses réflexes incroyables, le mari du soir lui attrapa le poignet et la taille en quelques dixièmes de secondes seulement pour la tirer doucement en sécurité. Après tout, il devait bien y avoir une dizaine de mètres entre eux et le sol encore :

" - A moins de connaitre quelqu'un en bas, je ne pense pas que tu verras mieux la foule que ça boss."

Puis, au regard de la jeune femme, Philibert comprit. Il soupira en levant les yeux au ciel, juste avant de déclarer :

" - Vraiment ? Pourquoi j'ai dit ça moi... Bon, je t'apelle en bas."

Il lâcha un deuxième soupir en s'approchant du rebord, vit une nouvelle fois le regard insistant de sa nouvelle patronne, et se suspendit dans le vide, accroché seulement par le rebord métallique de leur nacelle.
Il lâcha une première main pour tenter d'attraper l'énorme tige de fer ronde qui servait de rayon à la roue, mais son geste manqua tellement de conviction qu'il échoua lamentablement. Heureusement qu'il n'était pas lourd.
La seconde fois, il mit un peu plus d'énergie et parvint à l'agripper, il renouvella l'opération pour se retrouver suspendu au rayon de la grande roue, puis il forca sur ses abdos afin d'enrouler ses jambes autour de la tige et se laissa glisser en cochon pendu jusqu'au centre de l'attraction, inconscient que sa vie était en ce moment en jeu.
Éclairé seulement par la lune, sa silhouette se dessinait au milieu de la grosse structure, laissant crédule la moitie des passagers de l'attraction alors qu'il s'emparait d'une tige à la verticale afin de se laisser glisser jusqu'au sol.
Lorsqu'il atteint enfin la terre ferme En un seule morceau, il s'empressa de sortir son télephone en passant sa main dans ses cheveux pour enlever les mèches rebelles. Merde, sa main était plein de graisse, comme sa chemise.
Il composa le numéro de Soo alors que le propriétaire de la roue, choqué et énervé par la conduite de l'homme de main se dirigeait vers lui en s'agitant, l'engeulant et l'insultant quant aux risques inconsidéré qu'il venait de prendre.
Le brun haussa alors un sourcil, puis mit le téléphone à son oreille en tournant le dos à cet homme colérique, puis se mit à marcher, il entendit quelques jurons siffler alors que Soo décrochait.

" - Ca y est boss. Je vais où maintenant?"

Dit il en se joignant désormais à la foule de plus en plus agittée.
avatar
Philibert

Messages : 51
Date d'inscription : 22/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Matsuri Festival

Message par Jonathan H. Mirai le Sam 20 Aoû - 19:33

Jonathan

- Que se passe-t-il donc ?

Tous les employés de Mirai Inc. présents dans la salle de contrôle des machines se figent. Ce ton paisible de leur patron ne suggère absolument rien de bon, surtout dans pareilles circonstances. Ils se tournent tous vers lui et croisent avec effroi son regard souriant et amical.

- Dites-moi, répète-t-il, pesant ses mots en voyant que personne ne lui répond. Que-se-passe-t-il?

Le chef des agents de sécurité s’avance, hésitant.

- Je sais pas, Patron. Il semblerait que quelqu’un ait piraté le système.

Le blond fronce les sourcils.

- Les caméras fonctionnent toujours ?

- Oui, et les micros aussi.

Jonathan s’avance et les employés s’écartent sur son passage. Cet homme est de nature imprévisible, ils ne sont jamais en mesure de dire s’il est en colère ou s’il s’amuse follement. Devant lui, des dizaines d’écrans montrent certains angles du festival, tous complètement noir mais crachant les bruits et les discours des citoyens désorientés. Il pianote sur le clavier principal, et toutes les caméras passent d’un coup à l’infrarouge. Le blond sourit et s’empare du micro, s’assurant que son message serait transmis sur la totalité du site.

-  Chers amis, n’ayez crainte ! Nous rencontrons présentement un léger souci technique, mais vous êtes toujours en sécurité. Toutes nos caméras de surveillance sont fonctionnelles et peuvent nous aviser, même dans le noir, de toute forme d’activité suspecte. Nos meilleurs agents pourvus de lentilles nyctalopes sont dehors pour veiller à votre sécurité. Ne quittez pas ! La fête devrait reprendre dans quelques minutes.

Il éteint ensuite le micro et compose sur son portable le numéro du responsable des agents sur le terrain.

- Coincez-moi celui ou celle qui gâche ma fête et ramenez-le moi vivant.

******

Robin

Robin sursaute lorsque la panne s’abat sur le festival.  Quelle soirée de plus en plus étrange, elle se dit bien qu’elle aurait dû refuser l’invitation du professeur et rester chez elle aujourd’hui. Elle est en train de chercher son téléphone portable dans son sac lorsque la voix grave du Jadziah s’élève tout près d’elle :

- Avez-vous besoin d’aide pour retourner à votre domicile ?

Elle active la lampe de poche intégrée à son téléphone et éclaire le visage qui la surplombe d’un regard glacial. Elle n’avait pas vraiment besoin d’aide, mais bon, il l’avait sauvée et… hum, peut-être qu’il n’avait pas envie d’être seul ? Est-ce comme ça que l’on se fait des amis ?

- D’accord, lui dit-elle. Oui, je, merci. Les gens deviennent un peu inquiétants quand ils perdent leurs repères.

Peut-être pourrait-elle l’inviter à visiter son laboratoire, serait-ce amical ?

******

Soo Lin

Avant même de prendre conscience de sa presque chute, Soo Lin se sent attrapée par Phili qui la tire doucement vers l’arrière.

- Merci, lui dit-elle en se tournant vers lui. Qu’est-ce que tout cela signifie ? Ce n’est certainement pas qu’un problème d’électricité, Mirai Inc. doit bien posséder des génératrices.

- À moins de connaitre quelqu'un en bas, je ne pense pas que tu verras mieux la foule que ça boss.

La détective interroge son assistant du regard. Descendre de là sans se casser le moindre os serait-ce part de ses compétences ? À son râle de mécontentement, elle en déduit que oui et esquisse un autre sourire. Philibert se met alors en quête de descendre de la roue, alors que leur nacelle se trouve présentement au plus haut niveau. Bien qu’elle lui fasse entièrement confiance, la chinoise ne peut s’empêcher d’être nerveuse en le voyant ainsi se balancer au-dessus du vide. Il ne semble pas prendre la tâche très à cœur et elle n’a pas spécialement envie de le voir s’écraser.

-  Ca y est boss. Je vais où maintenant?

Soo Lin a sa petite idée du repaire de leur cible.

- Je crois qu’il se déplace sous terre. Il y a des conduits, les techniciens s’y promènent pour ne pas déranger les visiteurs. Regarde, juste là, à gauche, ils ont ouvert la trappe pour enquêter sur la panne. Il est possible que la communication coupe, si tu vas trop profondément.

******

Akatsuki

- Nope. De toute façon, ils crèvent tous toujours. Doit avoir une raison louche, jveux rien avoir à faire avec ça.

Ehh ? Que veut-il dire par ‘’ils crèvent toujours’’ ? Toutefois, il n’a pas l’occasion de lui poser davantage de questions, car une noirceur épaisse les enveloppe tout à coup.

- Qu’est-ce qui se passe ?! sursaute Akatsuki.

Se promenant autour d’eux, les autres visiteurs tentent d’éclairer leur chemin avec les lumières de leurs téléphones, tandis que des agents de sécurités essaient de rassurer la foule. Tout ça confère à la fête une ambiance presque apocalyptique. Étant un grand passionné de films d’horreur et d’histoires de science-fiction, le jeune animateur ne peut s’empêcher de trouver cela excitant.

- C’est comme une attaque d’extraterrestres !

Jonathan Mirai débite alors un petit discours rassurant à l’intercom, et tout le monde se regarde ne sachant plus trop quoi faire.

- Viens ! Lance Akatsuki en attrapant son nouveau copain par le bras. Allons enquêter !

Il se prend réellement pour le héros d’un film culte.
avatar
Jonathan H. Mirai

Messages : 15
Date d'inscription : 05/07/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Matsuri Festival

Message par Nô Kotasu le Jeu 25 Aoû - 16:09

Nô Kotasu

Le blond ne paniquait pas mais n'osait pas bouger pour ne pas se perdre d'avantage. Il ne manquerait plus que ça. Il tendit l'oreille et entendit Mirai tenter de rassurer la foule. Il avait un goût amer dans la bouche, ce festival ne recevrait pas de compliments au poste de radio d'Asheimkai, ça non.

Deux mains se posèrent sur ses épaules alors qu'il grommelait seul dans le noir. Sa compagne peut être? Sa forte odeur de rose le lui confirma même dans l'obscurité, puis, le son de sa voix quelques secondes plus tard.

-Nô tu vas bien ?


Il grimaça mais hocha la tête. Seul son ego avait mal. Elle aida l'androgyne à se relever et il nettoya son joli kimono de quelques coups sec de la main. La brunette alla chercher un tas indescriptible au sol. Elle semblait triste.

-Je suis désolée …

Au bout de longues secondes, il reconnu la peluche qu'il venait tout juste de lui donner.

Ahh ~

Mieux vaut valait ne pas se fâcher sur les choses sur lesquels ils n'avaient aucun contrôle, au final.

-Je t'en attraperais une autre, si tu viens avec moi, au prochain festival.

Il sourit et caressa sa joue rebondie de son index.

-Mieux vaut partir pour ce soir. Je doute que ce soit encore amusant, maintenant.

Il ne pensait plus du tout au collègue de son amie.

-Je t'invite à la maison si tu veux. Je crois qu'il me reste du tiramisu, haha...


Le duo quitta le festival d'été. Malgré sa fin abrupte, le blond avait apprécié la bonne majorité de sa soirée, et tenterait de se souvenir des lucioles, des jolies tuniques et des sourires de la foule lors des dures soirées d'hiver.

//Nô's out 8D <3//

~ ~

Keros Yüeh Jadziah

- Avez-vous besoin d’aide pour retourner à votre domicile ?


Silence. Puis, soudainement, il fut aveuglé par ce qui semblait être le téléphone de la jeune femme.

...

Pas agréable.

Mais il fut néanmoins impressionné par la technologie ~ il posait des lumières sur les téléphones maintenant? (Les Jadziah n'étaient pas à jour.)

- Daccord. Oui, je, merci. Les gens deviennent un peu inquiétants quand ils perdent leurs repères.

Il hocha la tête, approuvant ses dires. Puis lui tourna le dos pour commencer à s'avancer dans le noir. Le taciturne entendait les bruits de pas de la jeune femme et la savait derrière lui. Étrangement, il ne pouvait cependant pas s'empêcher de se retourner une fois de temps en temps pour être sur que c'était bien elle.

-... Quelle idée de venir avec un tel homme?

Ils étaient maintenant en dehors du site du festival. Il appela un taxi d'un rapide geste de la main et paya l'homme sans embarqué dans le véhicule, laissant la demoiselle s'y installé seule.

-Vous êtes une jeune fille intelligente, McAllister. Tentez de faire des choix éclairés, dans le futur.

Le Jadziah força un sourire, pour que ses mots ne semblent pas trop durs.

-Et rentrez directement à la maison. Rien de bon ne se produit dans une telle obscurité.

~ ~ ~

Kou Yuudai

- Nope. De toute façon, ils crèvent tous toujours. Doit avoir une raison louche, jveux rien avoir à faire avec ça.

Le petit brun semble troublé ~ N'était-il pas au courant de la malédiction? Se sentant un homme bon ce soir, il comptait le renseigné : Qui sait? Il allait peut être lui sauver la vie!

Tout à coup, il fit noir. Et s'en prendre une seconde pour se poser des questions, le blond poussa un long enchaînement de jurons.

...

C'était impressionnant.

Expressif, l'inconnu demanda :

- Qu’est-ce qui se passe ?!

Pourquoi lui poser la question à lui, putain?! Ils étaient au même endroit, il n'avait aucune façon de savoir. Kou allait lui souligner qu'il était vraiment un imbécile alors que son aîné enchaînait :

- C’est comme une attaque d’extraterrestres !

...Attend, quoi? Le punk n'était pas vraiment sur d'avoir bien compris tellement ce résonnement était stupide. La voix très agressante du PDG Mirai se fit entendre et les deux jeunes hommes écoutèrent attentivement. Le petit idiot ne semblait pas vraiment faire attention à ses requêtes, cependant, puisqu'il l’entraîna à sa suite, s'exclamant joyeusement :

- Viens ! Allons enquêter !

EH?! Mais il devait aller rejoindre Chien... Et Will aussi maintenant qu'il y pensait! Connaissant son colocopote, il devait être rester à l'exacte même endroit depuis le début de la soirée, sans se soucier de se qui se passait autour de lui.

-Mais bordel mec j'ai pas que ça à faire!

Mais le duo arriva bien rapidement près de ce qui semblait une bouche d'égout. Autour, plusieurs employé s'affairaient.

-Argh. On arrivera jamais à entrer comme ça.

Pourquoi prenait-il tant ça à cœur, soudainement? Le visage triste du brun le perturbait. ILS DEVAIENT RÉUSSIR MAINTENANT. Pas le choix.

-Jconnais un autre chemin, viens.

Il attrapa son compagnon par la main et se fut à son tour de le tirer derrière lui. Un peu plus loin, une autre entrée.

-Jdois me rappeler de leurs emplacement si jdois me sauver de la polic// des chiens. ahem.

Leurs efforts réunit, ils réussirent à ouvrir l'entrée. Kou sauta le premier et alluma son téléphone, attendant dans l'humidité  que le brun le rejoigne.
avatar
Nô Kotasu

Messages : 25
Date d'inscription : 07/01/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Matsuri Festival

Message par Philibert le Jeu 25 Aoû - 19:26

Philibert entendu les dernières consignes de la détective alors qu'il avançait peu à peu dans la masse grouillante de plus en plus agité, il entendit quelques enfants faire bouh aux alentours ou imiter le bruit du fantôme au milieu de cette foule, jouant avec l'obscurité et l'effet de surprise.
Sa patronne indiqua alors une trappe à Philibert situé non loin de lui, servant apparemment au technicien mais probablement au tueur. Il se fraya alors un chemin avec quelques pardons et désolé souvent lancer dans le vide afin d'arriver devant la porte ouverte.
Le brun soupira, il devait descendre encore... ça va , cette fois ci il y avait une échelle au moins.
Il coinça alors son téléphone entre son oreille et son épaule pour agripper les barres métalliques de ses deux mains, en lançant un monocorde :

" Bon, ben... J'y vais."

Lentement, il descendit les deux trois mètres qui le menèrent jusqu'au chemin en béton qui servait de chemin au technicien. Le bruit de ses pieds touchant enfin le sol fit écho dans le sinistre tunnel et une lampe déchirant l'obscurité vint quasiment l'aveugler instantanément :

" Monsieur ? Vous n'avez pas le droit d'être ici !"

Le feignant, plissant les yeux pour essayer de distinguer la silhouette derrière le faisceau lumineux répondit sans réfléchir :

"Mais si."

Alors que la conversation téléphonique continuait toujours entre les associés.

"- Non monsieur, je vous assure. Je vais être contraint d'appeler la sécurité.

- Non, mais ma patronne veut que je surveille le tunnel... "

Le technicien s'empara de la radio qu'il avait à l'épaule :

"Sécu..."

Philibert avait levé les yeux au ciel, inspiré un grand coup, puis la rapide droite était parti dans la mâchoire du technicien gênant, le sonnant sur le coup, il lâcha sa lampe qui vint se briser sur le sol en même temps que lui, complètement évanoui.
Le bruit de chute fit encore écho dans le tunnel qui semblait toujours aussi vide, alors que l'homme de main râlait au téléphone :

"Je pensais juste que j'allais courir un petit peu ce soir au début boss..."

Puis le brun se souvint de l'ordre qu'ob lui avait confié :

" m'enfin, je vais m'avancer."

De sa démarche non chalante, le brun commença à s'avancer sur le chemin, le léger grésillement qui s'accentuait sur sa conversation téléphonique lui fit comprendre qu'ils ne pourraient pas communiquer avec la belle chinoise en permanence, mais ayant la flemme de ranger son téléphone , il le garda à l'oreille et mit son autre main dans la poche alors que sa silhouette se faisait happer par l'obscurité du tunnel.
avatar
Philibert

Messages : 51
Date d'inscription : 22/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Matsuri Festival

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum