Un nouveau rôle ? - PV Kaaribou

Aller en bas

Un nouveau rôle ? - PV Kaaribou

Message par Richemond Merwyll le Lun 27 Nov - 22:39

Ainsi donc il était enfin dans la loge de cette fameuse actrice. En y repensant, arriver ici ne fut pas une histoire compliqué empli de moult rebondissements comme il l'avait espéré, et actuellement le pauvre homme de la sécurité devait encore être en train de courir pour tenter de l'attraper vainement...
Richemond fit un pas le rapprochant ainsi du grand miroir, s'observant il remit délicatement le col de sa chemise afin d'être présentable mais un détail dans le reflet de la pièce capta toute son attention.
Le brun se tourna hâtivement afin de s'approcher de l'objet en question , il ne s'agissait pourtant que d'une simple couronne en plastique avec la peinture éraflé sur les bords, ainsi donc ce théâtre conservait les vieilles reliques des précédents spectacles ?
Empli par la curiosité et revigoré par cette petite découverte, Richemond se lança à la recherche d'autres objets lui permettant de mettre un nom sur les représentations qui se déroulèrent à quelques pas d'ici seulement, sur un beau plancher nommé scène servant à offrir une infinité de monde... Une vague notion du paradis à ses yeux.
Cependant il préférait le cinéma au pur théâtre pour une simple et bonne raison, une fois la performance idéal enregistré, on pouvait la voir encore et encore sans se lasser tandis que rejouer exactement la même expression et gestuelle précisément était bien plus compliqué, surtout pour quelqu'un de pointilleux. Mais il savait aussi pertinemment que cela valait dans l'autre sens aussi. Une piètre qualité sera incorrigible au cinéma, et malgré une histoire entraînante ou touchante, jamais on ne pourra rester dans le film au moment précis de ses scènes catastrophiques. Rien ne valait mieux pour illustrer son propos que la désormais célèbre mort de Marian Cotillord dans Foxman. Ce qu'il aurait aimé rire de cette scène comme la moitié de la population, mais le dégoût était bien trop fort.

Finalement, le jeune homme mis la main sur un fourreau et en retira une épée en plastique qu'il n'eut aucun mal à reconnaître :

' - Excalibur... Voilà donc que ce théâtre a fait une représentation du roi arthur ! Intéressant... Je me demande si la tenue m'irait ! '

Il n'en fallu pas plus pour que Richemond mette la couronne qu'il avait jeté un peu plus loin, attache à sa taille la fausse épée légendaire, trouve une vielle cape rouge et sans plus attendre l'accroche à ses épaules, puis posant dignement la main sur son fourreau il releva noblement le menton. Ça avait un bon côté de ce sentir roi, loin d'être déplaisant...
Mais tandis qu'il allait se lancer dans un monologue improvisé mais néanmoins chevaleresque la porte s'ouvrit rapidement. Diantre, l'infiltré n'avait pas prêté attention aux applaudissements du public, entraîné par sa passion... La jeune actrice était d'ores et déjà dans la petite pièce avec lui alors que la véritable pièce venait probablement de se terminer.
Il arqua un sourcil lorsqu'elle alla directement s'asseoir à sa chaise, ne le remarquant pas pour l'instant. Ainsi accoutré elle avait probablement dû le prendre pour un mannequin, ou bien quelque chose la tracassait assez fortement et prenait toutes ses pensées... Mais qu'importe il était venu pour parler avec elle après tout.

Il la regarda dans les yeux par l'intermédiaire du miroir et fit une petite courbette pour s'annoncer. Il aurait véritablement aimé voir l'expression de la jeune femme au moment de cette surprise probablement désagréable mais les bonnes manières passaient avant toutes choses !
Se relevant lentement il commença le dialogue n'attendant pas de réponse direct :

' - Ne vous inquiétez pas, si j'étais venu vous assassinez comme c'est courant dans cet cité, je n'aurais pas amené une épée en plastique haha ! Par contre j'aurais gardé la cape quitte à me prendre les pieds dedans, cela à un fort impact visuel. Enfin laissez moi ôter tout ceci et me présenter correctement. '

Richemond tourna le dos à son interlocutrice pour reposer les divers accessoires qu'il avait emprunté, avant de se retourner et de continuer :

' - C'est un plaisir de faire votre connaissance madame, ou mademoiselle, je me nomme Richemond. Je suis venu aujourd'hui vous voir suite aux bonnes critiques que j'ai lu sur votre jeu dans les journaux, et je dois avouer ne pas être déçu même si je n'ai vu que la moitié de la pièce, après tout il me fallait le temps de venir ici ! Par contre s'il vous plaît n'appelez pas la police tout de suite, ce serait une simple perte de temps pour vous comme pour moi, un simple allez en garde à vue, puis le théâtre abandonnera les poursuites pour ne pas perdre d'argent face à mon excellent avocat, et je reviendrais ici reprendre cette charmante discussion la semaine prochaine juste à la fin de votre représentation comme si il ne c'était rien passé... '

Posant le pied sur un objet quelconque devant lui, Richemond vint s'appuyer de ses deux avants-bras sur son genoux fléchi pour prendre une pose bien plus charismatique que sa stature de base :

' Je ne suis pas un criminel, madame ... ? '
avatar
Richemond Merwyll

Messages : 3
Date d'inscription : 16/09/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un nouveau rôle ? - PV Kaaribou

Message par Eva Maria Uccello le Dim 10 Déc - 1:16


Eva Maria serre très fort la main de l’homme masqué à ses côtés. Aveuglée par la lumière des projecteurs, elle ne distingue pas très bien la foule, mais le tonnerre d’applaudissements qui lui grise les oreilles est suffisant pour lui accrocher un radieux sourire aux lèvres. Pour l’inauguration de cet antique théâtre récemment restauré, une illustre production de SakiHovet avait décidé de présenter Le Fantôme de l’Opéra et Eva avait été approchée pour le rôle de Christine. On lui avait dit qu’elle correspondait au casting physique recherché, et on lui avait proposé d’être doublée par une chanteuse plus expérimentée, mais la jeune actrice avait catégoriquement refusé. Pour ce qui est d’un rôle, jamais elle ne donne dans la demi mesure. Je peux chanter, leur avait-elle assuré. Laissez-moi une… hum, deux semaines, je vous le prouverai. Sa mère, très croyante, lui faisait souvent chanter des cantiques lors de cérémonies religieuses. Elle savait sa voix jolie, mais avait dû engager un professeur privé pour se perfectionner. Elle avait répété du matin au soir, se baladant entre les répétitions du théâtre et les cours de chant, négligeant considérablement son sommeil, mais ça avait porté fruit. La représentation est un véritable succès et quatre supplémentaires ont déjà été annoncées. Eva ne peut cacher sa fierté et ne s’est jamais sentie aussi heureuse.

Après les saluts, le rideau tombe et le public peut quitter la salle. Un homme très distingué remet un énorme bouquet de roses entre les mains d’Eva. Elle le reconnait au badge qu’il porte au cou comme étant un journaliste.

— Vous avez été prodigieuse, madame Uccello. Un triomphe !

— Merci, répond-t-elle, les joues rouges d’excitation.

On rassemble les acteurs pour les prendre en photo et les féliciter, et au bout d’un moment, la rouquine s’excuse, un peu étouffée par la présence d’autant de gens autour d’elle, la chaleur de la salle et la fatigue des derniers jours. Elle se dirige vers les loges, ne désirant que pouvoir troquer cette robe à corset pour son plus doux pyjama, alors qu’une main se pose sur son épaule, ce qui la fait sursauter. Elle se soustrait rapidement à son contact, n’aimant pas trop être touchée lorsqu’elle n’incarne aucun personnage. L’acteur jouant le vicomte de Chagny lui sourit de toutes ses dents et lui souffle d’un ton complice :

— Tâche de ne pas te faire capturer par le fantôme !


Elle acquiesce en riant et s’engouffre dans les loges. Le calme et la fraicheur des lieux la rassurent aussitôt. Elle erre entre les costumes et accessoires abandonnés, fredonnant la chanson qui repasse en boucle dans sa tête depuis des semaines.

In sleep he sang to me, in dreams he came
That voice which calls to me and speaks my name


Elle dépose le bouquet près de son miroir et s’installe devant, commençant à défaire sa coiffure.

And do I dream again ?
For now I find
The Phantom of the Opera is there—


Elle s’interrompt dans un hoquet d’effroi. Derrière elle, dans le miroir, l’un des mannequins vient de se mettre à bouger. Incapable de crier, elle le regarde s’incliner devant elle dans une courbette polie.

— Ne vous inquiétez pas, si j'étais venu vous assassiner comme c'est courant dans cette cité, je n'aurais pas amené une épée en plastique haha ! Par contre, j'aurais gardé la cape, quitte à me prendre les pieds dedans, cela à un fort impact visuel. Enfin laissez-moi ôter tout ceci et me présenter correctement.

Elle se retourne sur sa chaise pour pouvoir le regarder directement, encore trop sous le choc pour faire quoique ce soit. Comment cet étrange personnage est-il entré ici ?

— C'est un plaisir de faire votre connaissance madame, ou mademoiselle, je me nomme Richemond. Je suis venu aujourd'hui vous voir suite aux bonnes critiques que j'ai lu sur votre jeu dans les journaux, et je dois avouer ne pas être déçu même si je n'ai vu que la moitié de la pièce, après tout il me fallait le temps de venir ici ! Par contre s'il vous plaît n'appelez pas la police tout de suite, ce serait une simple perte de temps pour vous comme pour moi, un simple allez en garde à vue, puis le théâtre abandonnera les poursuites pour ne pas perdre d'argent face à mon excellent avocat, et je reviendrais ici reprendre cette charmante discussion la semaine prochaine juste à la fin de votre représentation comme si il ne s'était rien passé... 

Eva incline la tête sur le côté, le dévisageant, de plus en plus confuse. Elle a beau avoir l’habitude des admirateurs étranges, celui-ci bat tous les records. Il s’incline alors sur un genou et la rousse se demande s’il compte la demander en mariage. Avec une telle entrée en matière, plus rien ne pourrais la surprendre.

— Je ne suis pas un criminel, madame ... ?

Ne connait-il pas son nom ? Qui peut-il être, sinon un fan un peu dérangé ?

— Hum, Uccello. Eva Maria… Uccello.


Son regard se pose sur la porte, insistant. Elle espère à tout moment qu’un autre acteur ou même un journaliste vienne la déranger.

— Que me voulez-vous, monsieur Richemond ? Un… Un autographe ?

avatar
Eva Maria Uccello

Messages : 3
Date d'inscription : 05/11/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum